Dédale de la Biblis Patera

Chroniques martiennes
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Métamorphose

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
cyanure

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Métamorphose   Jeu 22 Nov - 1:15

Voilà déjà plusieurs jours que cyanure aménageait sa serre selon les indications d'Adanedhel. Le labeur touchait à sa fin. Elle contemplait le travail accompli.

La moitié de la serre était dorénavant dédiée à la culture de cellules organiques.

La fabrication de peau artificiel s'avérait une tâche complexe.

Les néons diffusaient une lumière tamisée sur les différents incubateurs. Baignant dans un liquide bleuté, les premiers amas de cellules nourricières entamaient une lente et indicible danse. Le doux ronronnement des cuves battait la mesure à un rythme ancestral, celui de la vie.

Soudain la voie nasillarde de l'ordinateur de fit entendre : « température 37,2 degré , taux de co2 de 5% »
Les conditions étaient donc optimales, ce qui était déjà une petite victoire en soi.

Sur la droite, un incubateur laissait s'échapper sporadiquement un halo orangé. Au travers d'une vitre épaisse, des kératinocytes, principal composant de l'épiderme humain, colonisaient inlassablement une surface enduite de cellules nourricières.


L'incubateur voisin quant à lui, était réservé à la culture de fibroblastes. A terme, ils seraient injectés dans une matrice constituée de collagènes et de micro fibres de nylon. Le tout constituerait un derme idéal pour accueillir l'épiderme artificiel.


Le projet semblait hors norme. Cyanure se pencha sur l'un des écrans et vit apparaître une première modélisation de la matrice finale, une enveloppe complexe sensée lui donner une apparence humaine. Cyanure restait pensive face aux difficultés qu'il restait à solutionner.


Le premier obstacle, sa corpulence actuelle : De nombreuses pièces métalliques devraient être supprimées, pour qu'elle puisse intégrer sa nouvelle enveloppe, et cela sans entraver ses capacités.

Le second obstacle, la régénération des cellules. Il faudrait assurer la diffusion constante de substances nutritives dans l'ensemble de l'enveloppe. Cyanure disposait déjà d'un réseau, certes réduit, de substances nutritives. En réalité Cyanure n'était pas un androïde au sens strict du terme. Il serait toujours temps d'aborder le sujet avec Adanedhel et de dimensionner le réseau actuel au futur besoin de l'enveloppe.

Le dernier obstacle, les éléments moteurs : Les pièces motrices de cyanure étaient majoritairement de nature hydraulique. Bien qu'efficaces, elles n'étaient en rien biomimétiques. Sous la futur surface cutanée, le résultat serait disgracieux. Heureusement Cyanure expérimentait déjà dans son garage des muscles artificiels constitués de nano-tubes de carbone alimenté par du methanol. Elle éprouvait cependant des difficultés à maitriser la puissance ainsi que la vitesse des contractions. Il fallait qu'elle expose son expérimentation à Adanedhel, en espérant qu'il ait une solution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel

avatar

Nombre de messages : 718
Age : 44
Localisation : rochefort
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Ven 23 Nov - 1:08

Adanedhel restait admiratif devant l’œuvre de Cyanure. En quelques jours elle avait considérablement progressé et son labo et ses cultures hydroponiques imposaient le respect. Cependant certains choix technologiques le laissaient perplexe. Découvrant les solutions motrices actuelles de Cyanure, il ne puit que convenir qu’une évolution etait nécessaire.
« Voyons, ce sont des actionneurs de troisième génération pour ne pas dire de troisième zone que tu as là. Qui a pu avoir la grossièreté de connecter ton caisson cybernétique (euh ton joli visage) à une architecture motrice aussi primitive ! »
Adanedhel fila en courant dans le sous-sol de son bunker ou il commença à bricoler un substrat de myomère synthétique. Tout en travaillant il marmonnait « …En déportant les neurorécepteurs directement aux alentours des articulations et en y programmant l’ensemble des actes réflexes.. On peut alors shunter la liaison corticale et donc augmenter de quatre la vitesse de réaction. La myomère devrait avoir a peu près la même texture que le muscle mais présenter une résistance quinze fois supérieure. Le seul souci est que pour rendre la myomère réactive aux ondes alpha de ton cortex celle-ci (la myomère pas cyanure) devait être ionisè sous une très forte différence de potentiel de .. Voyons .. ah oui quand meme.. 750 gigavolts ».
Adanedhel se releva de son travail. « Euh cyanure dis moi, dans tes banques de données sais tu si Mars possède des orage ou en tout cas des éclairs? Sinon il faudra que je me fasse molester pour ioniser cette myomère… les pieux de soumission ca fait des arc a quelle différence de potentiel ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cyanure

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Ven 23 Nov - 17:35

Cyanure suivit adanedhel dans l'antre de son bunker. Elle se fraya un chemin parmi des caisses et de multiples outillages dont le rôle restait obscure.
Sous une lumière vacillante elle descendit avec précaution au sous-sol.
Là, Adanedhel s'afférait à la tâche avec une dextérité hors-pair.

Elle observa le bricoleur de génie mettre au point des fibres de myomères synthétiques en quelques heures. C'était impressionnant, elle n'osait pas imaginer le temps ainsi gagné.

Adanedhel expliqua ensuite à Cyanure, le besoin de fortement ioniser les fibres ainsi synthétisées et le besoin de produire un différentiel de 750 gigavolts.

« Adan, il y a bien des orages sur Mars. Il s'agit d'orage de poussières. Mais la foudre est un phénomène quasi unique à la terre. Des éclairs on été observés toutefois sur Jupiter mais pas sur mars. La solution du pieux de soumission me semble plus rapide à mettre en place »

Quelques heures plus tard, Cyanure avait convaincu Arwen et Adanedhel de tenter l'expérience.
Assignée au poste de gardienne , Cyanure pu accéder au Narthex. Sur L'écran de contrôle on pouvait vérifier que Adanedhel était bien soumis. Cyanure régla le taux de soumission à 50% comme lui avait signifié Arwen . Grâce au contrôle vidéo , elle pouvait voir le terraformeur évoluer à l'extérieur de son bunker. Puis elle actionna l'interrupteur d'une vieille radio que lui avait confiée Adanedhel. Chuintement et grésillement s'entremêlèrent accompagnés par le clignotement insensé de multiples diodes :

shht ...Adan, tu est soumis... shhht
shhht ...Je sais , gloup ... shhht

Cyanure hésita un long moment avant de molester Adanedhel. Mais ce dernier semblait sûr de lui. Est que cela valait le coup, ne valait-il pas mieux trouver une autre solution ?

La porte du Narthex s'ouvrit laissant apparaître la gracieuse silhouette d'Arwen.

Vas-y Cyan , tu peux le molester.

Cyanure enclencha alors la commande sans réfléchir et activa le pieux de soumission. La réponse ne se fit pas attendre. Elle vit depuis le contrôle vidéo un arc électrique foudroyer Adanedhel. Après quelques secousses, le corps encore fumant s'effondra, restant ainsi sans le moindre signe de vie. Cyanure commençait à paniquer, qu'avait-elle fait ! . Mais au bout de quelques minutes, Adanedhel se redressa avec difficulté. Cyanure se jeta sur la vieille radio :

-shht ...Adan, Adan, ...shht, ...Est ce que ça va ....sssht
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel

avatar

Nombre de messages : 718
Age : 44
Localisation : rochefort
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Dim 25 Nov - 1:25

Adanedhel pris un certain temps à réaliser qu’on lui parlait par l’intermédiaire de la HF. Il prit le temps de remuer doucement chacun de ses membres, de se parcourir mentalement pour être certain d’être toujours vivant et qui plus est indemne. Mais oui ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, a part les cheveux hirsute et la totalité des poils hérissés par l’électrisation (électrocution aurait été de mise si j’avais eu des blessures) adanedhel n’avait rien.
« shht adan.. tu n’as rien.. Répond !! » Mais quelle était déjà cette voix ? Ah oui ça y est ça me revient. « Euh.. Non cyanure, ça a l’air d’aller merci ! Même mon scaphandre a l’air d’avoir tenu. !!!
- Et les myomères ? Elles sont ionisées ??
- Les quoi ? Euh.. ET MERRRRRDEEEEEUUUUH »
Un coup pour rien, dans l’immense angoisse qui le tenaillait de se faire molester, Adanedhel avait juste oublié de prendre les myomères dehors avec lui.
« Hum, pardon cyanure, je crois que ça n’a pas marché… euh, c’était pas assez puissant, enfin hum , pour tout te dire, beeeeen j’ai comme qui dirait oublié de prendre les myomères avec moi. Ceci dit, je viens d’avoir une idée. »
Retournant dans son bunker, adanedhel exhuma d’une vieille malle son canon à effet gauss. Ressortant de son bunker avec myomère et canon, il se mit à réviser rapidement son arme.
« Cyanure, il faut que tu sache que avant de venir m’enterrer sur Mars, j’etais chasseur de robots. Ceci est mon arme de service. Je sais que tu considères ça comme une abomination, mais ce canon à effet gauss devrait me donner la saturation électromagnétique permettant l’ionisation homogène des myomères. Reste dans le bunker de contrôle, je ne voudrais pas endommager ton système de contrôle central ou tes régulateurs vitaux par une surcharge électrostatique. Et j’espère aussi que tu ne m’en veux pas trop de posséder une arme pareille. Mais mon passé est mon passé et je crois qu’a l’heure présente, ceci peut nous etre une aide précieuse. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cyanure

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Mar 27 Nov - 20:18

Cyanure connaissait le principe des armes à effet de Gauss. Un influx électromagnétique était capable de propulser à très grande vitesse un projectile solide ou constitué de plasma (gaz ionisé). L'arme que tenait Adanedhel dans ces mains était autant imposante qu'effrayante .

"Ma mise en service est trop récente pour avoir croisé un chasseur armé d'un tel engin Adan. Mais avec la faible gravité de Mars, son utilisation doit être assez aléatoire sur cette planète.
En fait, je préfère cette solution que de te molester de nouveau même si cela améliore ta coupe de cheveux."

"Par contre je ne connais pas précisément les effets de ton modèle. !Si tu as l'intention de ioniser les fibres de myomères avec une charge de plasma, il va falloir régler la puissance de ton arme avec précision, sinon tu risques de tout désintégrer. Il faut de plus assurer un traitement homogène des fibres. Peut-être que l'on peut détourner une pile à combustion d'un synthétiseur pour créer un champ électromagnétique autour des fibres. En bombardant le champ de charges de plasma on devrait provoquer une ionisation complète des fibres. A moins que cela n'entraine qu'une réaction en chaine qui détruirait tout le secteur. Qu'en penses tu adan ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel

avatar

Nombre de messages : 718
Age : 44
Localisation : rochefort
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Mer 28 Nov - 15:34

« Euh non cyanure, pas tout à fait. Le risque est beaucoup trop grand.
En fait je pensais utiliser le canon en le détournant de son usage classique.
Premièrement sans accélération de particule. On utilise l’influx électromagnétique seul, autrement dit à vide.
A la base cet influx reste insuffisant pour ioniser correctement la myomère. Cependant, si on se place dans les conditions d’une forte tempête de sable, le frottement entre les grains de sable devrait amorcer un champ électrique ionisant. Si à ce moment là je déclenche le canon gauss sur la myomère je crée une amorce de pompage qui servira de catalyseur et drainera la totalité de l’électricité statique présente dans la tempête dans un rayon de ... voyons.. hum environs 800 mètres. Si, en plus on fait cela à une température extérieure suffisamment basse, on sera alors dans une configuration supraconductive qui permettra d’une part d’éviter que la dissipation d’énergie ne fasse fondre les myomères et d’autre part d’abaisser la tension d’ionisation de façon significative. »
Dès lors, Adanedhel se plongea dans des calculs sur son Pod informatique. Après un petit quart d'heure ponctué d'interjections, de grognements et de moues dunbitatives, adanedhel arivait à la conclusion qu’il faudrait attendre une tempête présentant des vents allant à au moins 110km/h sous une température inférieure à -77° C.
« Hum, la sortie dans ces conditions risque d’être rude !! J’espère que tu pourras dans la foulée réparer mon scaphandre et me dégeler le bout des pieds. Je doute franchement d'en sortir indemne.
Au fait ? Tu en es ou de la culture de cellules neuronales déportées ? Là on risque d’avoir besoin d’un biotech. Personnellement je n’ai pas la capacité de mener ce projet à terme, si tu ne maitrise pas totalement cet aspect de la problématique, enfin je veux dire si tes banques de données ne sont pas parfaitement à jour, va falloir qu’on trouve de l’aide.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel

avatar

Nombre de messages : 718
Age : 44
Localisation : rochefort
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Sam 1 Déc - 2:54

Intermède.

Je me trouvais seul en haut de la colline surplombant son bunker. A côté de moi, mon canon gauss que je venais de bricoler dans l’attente de la future tempête qui marquerait la genèse des travaux sur les myomères. En face, loin sur l’horizon, la masse écrasante du soleil s’effondrait pour céder la place à la nuit et à mes angoisses. Un vent glacial balayait les terres alentours mais, perdu dans mes pensées, je n’y prêtais aucune attention. J’étais troublé, profondément troublé même. J’étais sur le point d’aider à construire ce que j’avais passé des années à chasser et à réformer. Je songeais à ma mission sur Mars, à ma complicité naissante avec un androïde alors que je devrais en être à haïr ces mécaniques plus parfaites que les êtres humains. Mais peut être aussi que cet androïde serait mon allié le plus sûr dans ce que j'allais devoir accomplir et ce justement parce que j’étais sûr de sa nature. Mais après ce qui s’était passé il y a un peu plus d’un an maintenant comment concilier tout cela.

* Flashback : au revoir Raymond *

Le couloir restait étrangement silencieux. Penché sur mon terminal, je m’échinais à pénétrer le système de défense de la mine pour enfin accéder aux plans qui nous permettraient d’atteindre le centre névralgique de supervision. Derrière moi, sécurisant le couloir, Raymond gardait l’œil rivé sur les moniteurs de détection de mouvement, de scan multi-spectres ainsi que sur les graphes d’assistance tactiques qui calculaient en temps réel une voie d’échappement et de progression dans ce dédale minier.

Tout avait commencé il y avait une huitaine de jours. Ce complexe minier de la ceinture orbitale saturnienne avait rencontré un incident plutôt singulier. Cette mine fonctionnait sur un mode mixte d’exploitation a la fois robotisé et par des mineurs humains. Lors d’un quart, un mineur passablement énervé avait balancé sa foreuse au sol. Celle-ci glissa bascula du surplomb où l’employé se trouvait pour finalement se ficher dans le centre neuromoteur d’un robot de terrassement. L’ordinateur central pilotant l’exploitation considéra cet incident comme une agression patente et bascula en mode defcon 2.

Ce mode permettait de protéger la mine contre un éventuel pillage de pirates en utilisant les robots miniers pour verrouiller toute circulation humaine en attendant le passage de la sécurité ou de la SecInt. Les tensions sociales au sein du personnel ne résistèrent pas à ce blocage et des mouvements d’humeur amenèrent à deux autres destructions ou endommagements de robots. Ceci eut pour effet de basculer l’exploitation en Defcon1 : agression de pillards caractérisée. Le personnel est considéré comme perdu. L’ensemble des robots ont alors pour tâche de détruire toute forme de vie. Pour renfort, la mine dispose de quatre-vingts veuves noires. Ces hexapodes ultrarapides embarquent en leur centre un saturateur permettant des cadences de tir effarantes qui en une rafale vous coupe un homme en deux aussi sûrement qu’avec une lame.


Un gros tiers du personnel minier put sortir des conduits et se réfugier dans les locaux d’habitation où ils s’étaient barricadés. Cet acte leur donnait juste le répit pour appeler de l’aide en ayant la certitude que les robots miniers tentaient de pénétrer le centre de vie pour finir d’exécuter leur objectif.


C’est a cette occasion que je fus appelé par la Norcom, société d’exploitation minière orbitale qui possédait cette concession, pour tenter avec trois camarades d’arrêter les robots et repasser la mine en mode production au plus vite.
Nous devions fonctionner en binômes, nous relayant dans les conduits pour neutraliser au fur et à mesure les robots (sans les abîmer). Le premier binôme se fit exterminer après douze minutes dans les boyaux de la mine. Fauchés tous deux par un feux croisé de trois veuves noires.
Dès lors, nos objectifs à Raymond et moi-même changèrent du tout au tout. Il n’était plus question de préserver les robots mais bien de survivre et neutraliser toute l’exploitation avant qu’elle nous annihile. Nous n’avions plus les moyens de partir, la Norcom refusant de ravitailler notre vaisseau tant que le contrat n’était pas rempli.


Raymond. Ah Raymond. Ne vous y trompez pas, Raymond était la plus belle femme que j’ai jamais rencontrée. Son sourire était un vrai rayon de soleil. Je l’aimais tant.
Son sourire avait totalement disparu quand les premiers points signalant l’arrivée de veuves noires s’affichèrent sur ses moniteurs. Je n’avais toujours pas réussi à pénétrer le système, me heurtant à plusieurs algorithmes de protection de tout premier ordre. La Norcom n’avait pas lésiné et je ne comprenais toujours pas qu’elle ait refusé de nous communiquer les codes pour raison de confidentialité sur des éléments vitaux de la mine.

Nous possédions bien plusieurs grenades électroblast et deux canon gauss permettant de neutraliser toute électronique dans un rayon de cent cinquante mètres. Mais tant que je ne savais pas où nous devions aller, nous ne pouvions pas les utiliser.
« Ada, bouge toi mon chou, ces saletés se rapprochent beaucoup trop vite à mon gout. Leurs senseurs thermiques ont du nous localiser. A moins qu’elles ne s’appuient sur ta tentative d’intrusion pour rallier le terminal incriminé.
-Je sais ma puce. Mais ces tarés ont du sombrer dans la parano maladive quand ils ont sécurisé la mine. J’en suis a trois barrières passées et je n’ai pas idée de combien il en reste.
-Ben bouge toi, parce que je nous donne en l’état un peu moins de trois minutes d’espérance de vie. »


Je transpirais abondamment sous la concentration, mes mains courant sur le clavier cherchant le bon algorithme de craquage. Plusieurs claquements me firent sursauter. Raymond lâchait ses premières balles explosives sur la première veuve noire qui se présentait à l’angle de la jonction.
« Ada par pitié.. Elles sont sur nous !!! »
Enfin de perçait le dernier rempart du système. Il me fallait encore quinze secondes pour télécharger les plans de la mine et la localisation du nexus central dans mon terminal blindé qui résisterait à la tempête électromagnétique qu’on allait déclencher.

« On y est presque raym, je prépare une électroblast pour la zone avant, toi tu balances derrière. Huit secondes avant top. »
Le bruit mat d’une rafale de saturateur retenti soudain derrière nous. La trappe d’accès derrière moi tinta et frappa violement dans mon dos. Je vis le regard de Raymond s’exorbiter, puis devenir vitreux pendant que, dans un temps qui me sembla infini son corps s’affalait sur le sol froid de la mine.
« Ramooooond !! nooooon ! »
Dans sa chute, elle trouva la force de relâcher sa grenade dégoupillée. C’est sans doute ce qui me sauva la vie tandis qu’une deuxième puis une troisième veuve noire franchissaient le coude à cinquante mètres de nous.
La déflagration ne se fit pas attendre, libérant dans la zone suffisamment de charges pour paralyser plusieurs heures même des circuits de classe 0.
Je suppose que le choc de la trappe me fit perdre connaissance quelques minutes, a moins que ce ne soit la douleur de la perte de Raymond qui me laissa inerte sur le sol. Cela me submergea un moment, mais, petit à petit la paralysie fit place à une rage froide qui m’amenait à négliger ma protection pour détruire la chose qui avait réduit ma raison d’être à une bouillie de chair et de sang effondrée sur un sol miteux d’une mine du bout de nulle part. J’aurais le peau du nexus, après je pourrais mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cyanure

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Ven 7 Déc - 0:28

Cernée par les incubateurs, devant l'ordinateur de contrôle au centre de la serre, Cyanure supervisait les différentes cultures de cellules. Elle aurait bientôt suffisamment de matière pour constituer le derme et l'épiderme artificiel. Elle était curieuse de savoir si la dernière tempête avait permis à Adanedhel de ioniser suffisamment les fibres de myomères.

Pourquoi tout cela ? Cyanure essayait de donner un sens à quête...cela devait paraître tellement absurde pour les autres. Redevenir humaine ! quelle folie, c'était emparée d'elle. Les hormones d'inhibition émotionnelle n'avait plus le moindre effet depuis plusieurs jours déjà, et elle éprouvait des sensations qu'elle pensait perdues pour toujours. Le désire de renaître comme elle était autrefois...

Mais qui pouvait comprendre cette frustration, de n'être devenue qu'une masse cérébrale enfouie sous cette caricature cybernétique. Il ne restait de l'ancienne terraformeuse que cette substance mollement spongieuse baignant paresseusement dans son liquide nutritif. Ce corps artificiel avait été sa rédemption, il était dorénavant sa passion.

Bercée par la pâle clarté des cuves de stockage cellulaires, l'esprit de cyanure se laissait aller vers des souvenirs de plus en plus prégnant.

L'atmosphère de ce laboratoire improvisé la replongeait quelques mois auparavant, lors son dernier séjour sur terre , là où tout à commencé ...

http://nemesis.annuaire-forums.com/biographies-f63/a-l-origine-sur-terre-t837.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel

avatar

Nombre de messages : 718
Age : 44
Localisation : rochefort
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Tempête, Cyanure, cianose...   Lun 10 Déc - 17:26

La tempête s’annonçait. Tous les voyants de la station météo portative étaient au rouge. Dans les heures précédent la tempête, j’avais pu sélectionner un site ad hoc où les vents seraient les plus violent. J’avais creusé une fosse abritée pour y mettre toute mon infrastructure de suivi météo et attendre le plus fort de la tempête pour sortir et procéder à l’ionisation des myomères. J’avais érigé de grands portiques haubanés afin de pouvoir hisser les quelques cent quatre vingt douze mètres de fibres en dix faisceaux qu’il faudrait électriser un à un. Le treuil électrique permettrait de hisser l’ensemble des tresses au moment opportun. Je prenais le temps de réviser pour la quatrième fois mon canon Gauss modifié. La charge du générateur dorsal était bonne. Le bras d’assistance du canon fonctionnait à merveille. Tout semblait être bon. J’avais pris soins de prendre un sac-gourde dans mon dos rempli de vodka afin de me réchauffer par ces moins soixante dix neuf degrés ambiants. J’aspirais de temps en temps à petite gorgée de ce liquide alcoolisé qui me brulait la gorge et me chauffait les entrailles et me faisait oublier la folie que j’allais commettre.
Je n’avais prévenu personne. Je souhaitais faire la surprise à Cyanure et sans doute par orgueil, je voulais tenter l’aventure et défier la tempête martienne. Cependant, à mesure que je voyais la cellule de vents match se rapprocher et les chiffres prévisionnels des vents et températures s’afficher, mon bel orgueil faisait peu à peu place à une angoisse confinant à la terreur. Mais je n’avais de toute façon plus le temps ni l’envie de faire demi-tour. Je vérifiais machinalement ma radio HF et mon transmetteur d’infra-ondes dont les systèmes d’auto check étaient au vert.
Enfin je senti au fond de mon être, plus que je ne le vis ou que je n’entendis, les vents commencer de se déchainer au dessus de mon abris enterré. Les sondeurs me montraient l’évolution rapide des vents au fur et à mesure que la tempête avançait sur moi.
Cent quarante sept kilomètres par heure, quand les sondeurs me donnèrent cette valeur record, je me décidais à sortir. Une dernière gorgée pour la route, le stress, l’alcool et l’émotion me grisaient. J’allumais le treuil pour hisser les tresses de fibre dans cet enfer glacé. Une grande inspiration et enfin je sorti de l’abri. Je fus à moitié coupé en deux par la force du vent. Je m’arque-boutais sur me jambes afin de progresser de quelques mètres. Le vent soufflait en rafale et j’en cherchais le rythme pour profiter de chaque accalmie. Enfin, dans la nuée sableuse j’aperçus mon portique. Mon doigt effleura le contact de mise en charge du canon. Mon indicateur de suivi tactique qui me projetait des données sur la visière de mon casque confirma que la force du vent et la température étaient corrects pour une ionisation. J’ajustais la première tresse avec mon canon, luttant contre le vent pour maintenir la ligne de tir. Puis je pressais la gâchette. Un éclair bleu violacé parti de mon canon jusqu’au sommet de la tresse. J’avais fait mouche. La tresse se mit a luire dans la noirceur de la tempête, se chargeant d’énergie. Je relâchais la gâchette en exultant. La fibre grise à l’origine avait pris une belle teinte argentée. Je repris une autre lampée de vodka, puis éclatait de rire en me remettant à l’œuvre pour les neuf autres tresses. Un chant paillard me montait aux lèvres et je beuglais dans les éléments déchaînés avec un immense sentiment d’invincibilité.
Les choses se compliquèrent vers la neuvième tresse. Le portique semblait sur le point de lâcher. Le vent m’épuisait et je perdais la sensibilité de mes jambes sans doute à cause du froid. Je finis d’ioniser la dernière tresse alors que le portique gémissait atrocement. Deux élingues avaient déjà claqué et me forçaient à la plus grande vigilance pour ne pas me faire cingler et y perdre un membre.
J’actionnais alors en hâte la commande du treuil pour redescendre l’ensemble avant que cela ne se fasse emporter par le vent. Malheureusement, grippé par le sable, le treuil refusa de descendre plus qu’a mi-hauteur. Tout allait de mal en pis. Je me débarrassais rapidement du canon qui devenait encombrant et m’élançais en titubant vers le portique. Il en allait de l’avenir de cyanure, je ne pouvais pas échouer.
Je pris à ma ceinture mon lance grappin et visait le haut du portique. Un court instant le vent tomba et je profitais de l’opportunité pour tirer. Le grappin s’enroula au sommet et je commençais l’escalade sous le redoublement des bourrasques. Une élingue claqua sur ma jambe m’arrachant un cri de douleur et je vis plusieurs alarmes de chute de pression s’allumer sur le moniteur.
Tant bien que mal, j’arrivais au sommet. J’entendis encore deux claquements. Tout allait s’envoler. Il ne me restait qu’un choix. Avec ma lame à disruption moléculaire, je tailladais rapidement le câble de mon grappin, puis le sommet du portique. Les tressent churent au sol et moi avec. La chute fut terrible, je senti un os ou deux craquer et je fus submergé par la douleur qui se transforma en nausée. Je luttais pour ne pas perdre conscience.
J’allais échouer et pire j’avais toutes les chances d’y rester. Mon scaphandre était déchiré a la jambe. Le système de secours s’enclencha. L’étanchéité se fit au niveau du coup. Il me restait quinze minutes d’air et déjà le froid terrible s’insinuait dans la partie non alimentée. Le transmetteur était hors service, ayant explosé dans la chute. Il me restait la HF, deux kilomètres de protée. Deux kilomètres ! Le bunker de Mithra ce trouvait a peu près a cette distance. Mais le froid était si intense. Dans un dernier effort je lançais un dernier appel.
« Mimi ! A l’aide, deux kilomètre sud est de chez toi. C’est urgent je... »
Le voile noir de l’inconscience s’abattit sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Métamorphose   Mar 11 Déc - 2:40

Mithra, depuis l'apparition de Xochimicqui 52, avait investi le temple afin de se rapprocher des Grands Anciens et de comprendre leurs volontés...

La violente tempête qui sévissait ce jour-là ne l'avait d'ailleurs pas empêché d'honorer ses tâches spirituelles...
La passion du pilotage et le désir de braver les éléments n'avaient jamais quitté Mithra malgré l'obtention de son Kreator. En effet, ce type d'engin colossal ne permettait pas les mêmes libertés qu'un béhémoth ou qu'un betrayal.

Mais la voilà maintenant clouée à son bunker, nul ne pouvait sortir indemne d'un tel chaos... Mais le temple avait été entretenu, sa mission avait été accomplie malgré la casse...

Mithra rongeait son frein, regardant envieuse les éléments se déchaîner, et se décida, faute de pouvoir creuser, de s'amuser avec son betrayal...
C'est alors qu'elle capta sur son voxterm la voix poussive d'Adanedhel suppliant une aide urgente...
La jeune femme se doutait qu'Adanedhel n'avait pas trop pû s'éloigner de son bunker et, sans perdre temps, elle changea son itinéraire...

La progression était lente et pénible mais Mithra arriva au bunker de l'électro-mécanicien. Par ce temps, aucune trace n'était pistable et la visibilité restait très faible.
Elle se mît à réaliser des cercles de plus en plus grands autour du bunker.

La tension était palpable et la tempête ne faiblissait pas.
Après quelques minutes de ce balayage circulaire, Mithra distingua une masse inerte allongée sur le sol et ballotée par saccades.
Elle s'approcha alors très vite et pût constater depuis sa cabine de pilotage l'état alarmant de la situation.
Mithra s'amarra à l'harceau de protection du siège de son betrayal et mît pied à terre. Elle accrocha alors le treuil de son véhicule à la ceinture d'Adanedhel et le tînt par les aiselles afin de d'éviter les embardées.
C'est alors qu'elle distingua une sorte de tresse filandreuse bloquée sous son bassin. Mithra se souvenait qu'Adanedhel travaillait en ce moment sur une sorte de réfection du corps de Cyanure et prît ainsi avec elle deux de ces objets étranges.

Mithra hissa ensuite laborieusement Adanedhel dans sa soute et démarra à une vive allure en direction du bunker de l'inconscient mécano.
Une fois arrivée, elle porta très vite le corps inerte et molesté d'Adanedhel dans son caisson de stase et le veilla, avant de s'endormir, terrassée par la fatigue...


Dernière édition par le Mer 12 Déc - 1:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
cyanure

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Mer 12 Déc - 1:34

Installée, au centre de sa serre, Cyanure réfléchissaient à un moyen de gagner en autonomie. Ces batteries actuelles lui assuraient une autonomie de 10h, mais le temps de recharge était quasiment équivalent. Les fibres de myomères sur lesquelles travaillaient Adanhedel, fonctionnaient par stimuli électrique.

Or il devait être possible de d'obtenir ces stimuli avec de faibles quantités de méthanol. La réaction catalytique du méthanol avec l'oxygène produisait une énergie électrique suffisante. Il suffisait de concevoir un système de circulation de méthanol et d'oxygène faisant office de circuit électrochimique. La fourniture de méthanol, n'était pas un problème , surtout à Erinyes ou les stocks d'alcool étaient quasi-illimités. Utiliser l'alcool comme source d'énergie pure cela devait être le rêve de pas mal de terras...

Il fallait absolument qu'elle parle de ce principe à Adanedhel. Elle se précipita vers sa voxcam pour contacter Adan.

Adan, ne répondit pas au premier appel, ni au second. Si elle avait été de chair, Cyanure aurait été blème. Adanedhel avait dû tenter son expérience pour ioniser les myomères, mais avec cette tempête les risques étaient inimaginables. Son sixième sens lui criait de ce rendre au bunker d'Adan.

Cyanure enfila à la hâte son scaphandre, et prit les commandes de son betrayal. Dans un rugissement déchirant le véhicule se jeta au coeur de la tempête. La visibilité était nulle, la poussière soulevée par les bourrasques composait un balai étrange au formes mystérieuses et épaisses. Cyanure activa les lunettes que lui avait récemment confiées Mithra et tenta de maintenir le Cap.

Au bout de quelques kilomètres elle vit se dessiner péniblement à l'horizon le bunker de l'electro-mécanicien.

A l'interieur,se fut le choc. Adanedhel, reposait dans sa stase, le visage tordu de douleur, le corp ravagé. Mithra s'était endormie à ses côtés. Le froid avait gravement altéré les jambes d'Adanedhel. Malgré le séjour en stase les cicatrices seraient irrémédiables. De plus Adanedhel mettrait un temps infini à retrouver à 100% l'usage de ces jambes.

Cyanure Souleva délicatement Mithra et alla la déposer dans le lit D'adanedhel. Elle la couvrit avec amour d'un couverture. Elle désactiva ensuite la stase et glissa consciencieusement, le corps d'Adan dans une coque de transport. Elle refusait de laisser Adan marqué dans sa chair de part sa faute.
La solution se trouvait en partie sur son exploitation. Mais elle ne pouvait partir sans avoir trouvé un élément indispensable. Après quelques minutes, elle trouva ce qu'il lui fallait des fibres de myomères ionisées rangées dans la soute du véhicule de Mithra. En d'autres circonstances elle aurait heureuse de la réussite de l'expérience, mais pas avec Adan dans cet état.

Elle chargea son bétrayal et emporta avec elle le corps de l'electromécanicien, direction sa serre.

Le voyage se fit promptement, le tempête ayant perdu en intensité. Sur place, il fallu moins d'une heure à Cyanure pour organiser une véritable salle d'opération au milieu de sa serre. Adanedhel était maintenu en état stationnaire grâce à une assistance respiratoire bricolée dans l'urgence. Un électrocardiogramme oscillait sans relâche à proximité. A priori il avait bien supporté l'anesthésie générale.

Cyanure désinfecta ses mains, et s'équipa d'une pince et d'un petit scalpel. Elle nettoya ainsi les plaies avec précaution, découpant habilement les tissus nécrosés. 2 heures fut nécessaire pour dégager les tissus sains. Le résultat était macabre. Il ne restait pratiquement rien des jambes d'Adanedhel.

Cyanure découpa ensuite les fibres de myomères avec un micro laser. Elle tressa ses dernières jusqu'à obtenir des formes similaires aux muscles humains. Elle pu ensuite reconstituer la musculature des 2 jambes.

Au bout de 4h, chaque muscle artificiel était relié au système nerveux encore sains d'Adanedhel. Cyanure se dirigea vers les cuves ou elle stockait des plaques de dermes artificiels. Il lui avait fallu du temps pour constituer ce stock, mais son objectif initial lui paraissait dérisoire désormais.

Elle découpa plusieurs morceaux et commença à les appliquer sur les jambes d'Adan. Le résultat donnait une impression de patchwork morbide. Sa stase finaliserait l'opération, et un traitement au micro laser ferait disparaître les dernières cicatrices.

Cyanure transporta le corps dans sa stase personnelle. Lorsqu'elle activa celle-çi, le visage d'Adan paraissait déjà plus serein. Son système l'avertit soudainement du niveau critique des ses batteries. Elle chercha le secteur de charge le plus proche, mais il était trop tard, son corps s'arrêta net, et ses yeux s'éteignirent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel

avatar

Nombre de messages : 718
Age : 44
Localisation : rochefort
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: réveil   Lun 14 Jan - 8:49

J’ouvris les yeux lentement en émergeant d’un sommeil qui n’avait rien eu de naturel. La bouche pâteuse des tous les produits anesthésiants qui avaient circulé dans mes veines, je peinais à reprendre pied dans la réalité des choses. La lumière diffuse du caisson de stase avait quelque chose de rassurant. J’en repoussait le couvercle avec mon bras et me redressais sur mes coudes.
Le décor ne correspondait pas à mon bunker. Je mis plusieurs minutes à acclimater ma vue et à reconnaître l’antre adorable de cyanure. Cyanure ?? Mais qu’est ce que je faisais là ?
La tempête !! La myomère !! Je me souvenais vaguement de la poigne ferme de Mithra me tirant à son bord. Mais depuis lors, plus rien !
Je tentais de me mettre assis, mais mes jambes refusèrent de répondre.
Ainsi je ne m’en étais pas tiré indemne.
J’aperçu à quelque mettre la silhouette de cyanure me tournant le dos. Visiblement fort occupée à songer puisqu’elle n’avait pas encore bougé.
« Cyan ! s’te plait. J’arrive pas trop a bouger. Tu pourrais me filer un coup de main ? Cyan…
Cyan.. ? Ouhouuuu !! »
Pas de réponse. Elle devait s’être mise en veille encore que ces neurotransmetteurs auraient du la réactiver à mon réveil. Bon de toute façon, il fallait bien que je me débrouille. Et tant qu’à être ridicule, mieux valait que ce soit en présence de personne.
Je poussais un profond soupir en réalisant qu’une fois de plus j’étais nu au réveil ! Ce soupir eut pour effet de faire tressaillir mon gros orteil gauche. Tiens les jambes n’étaient donc pas mortes. J’avisais d’ailleurs la somme de cicatrices qui apparaissaient encore sur mes cuisses et pressentait le travail qu’avait du mener Cyanure.
J’avisais alors une chaise à roulette non loin de là. A la force des bras je m’extrayais tant bien que mal hors du caisson de stase, mes jambes s’abattant comme deux poids morts sur le sol carrelé. Je bataillais un moment avec le siège après avoir rampé pour me hisser dessus et me stabiliser et ce malgré les roulettes et sa fâcheuse tendance à tourner sur lui-même. Puis j’entrepris de naviguer savamment de meuble en meuble sur mon fauteuil roulant improvisé pour remplir plusieurs objectifs.
Premièrement redevenir décent. Une rapide inspection dans les affaires de cyan me permit de trouver un pantalon de mine que je pouvais fermer et qui me rendait suffisamment de dignité pour passer au point deux. Je vous passe les details pour réussir à l'enfiler.
Point deux donc. Comprendre ce qui arrive à Cyan et y remédier.
Je m’approchais donc de cyan avec ma chaise roulante. Affalée sur son siège, elle avait l’air assoupie. Et lorsqu’un robot à l’air assoupi c’est en général que soit il est H.S., soit ses batteries sont à plat. Il s’agissait donc maintenant de recharger Cyan. Soit, mais comment ?
J’avisais non loin du caisson de stase un câble à la connectique peu usuelle qui devait probablement servir à cet effet. L’une des extrémités était connectée à la prise de puissance murale. Je me saisis de l’autre extrémité et considérait Cyanure d’un œil dubitatif. Où pouvait bien être la prise ??
Je m’élançais sur mon siège avec le câble à la main. Un bon mètre avant le fauteuil de Cyanure je me trouvais stoppé net par le câble. Décidément rien ne serait simple.
Bon une chose après l’autre. Un peu troublé, je m’attaquais au cutter aux habits de Cyanure afin de découvrir ou se trouvait cette fichu prise. Les habits réduits en charpies au sol, je regardais consterné cyanure maintenant nue sur son siège. Le métal lisse de son corps luisait dans la pénombre du bunker. Bien que nue, je n’avais encore pas l’ombre du début d’une prise. Il ne restait plus qu’une solution. Sa prise.. ben elle était assise dessus.
Je passais l’heure suivante a batailler pour faire arriver Cyan à coté du caisson, puis à la basculer dans le caisson. Une fois allongée sur le coté je découvrais sa prise au bas du dos. Le concepteur de ce bot avait vraiment de drôles d’idées et un gout douteux. Je la raccordais au câble et un voyant sur le connecteur passa au vert clignotant. Il ne restait lus qu’à attendre. Bien qu'étant un bot, je couvrais Cyanure d'une couverture sans savoir vraiment si je préservais ma pudeur ou la sienne. Bloqué sur ma chaise, je me munis d’un calepin et pris note de quelques questions techniques à régler pour les futures évolutions de Cyanure.
1- Quel aspect lui donner ? En effet les myomères allait permettre de lui façonner un corps presque humain et donc une corpulence, un visage, des expressions. Pour compléter le tout, la peau et les cheveux pourraient être pigmentés à souhait. Autant de choses à clarifier avec cyanure si je voulais que le résultat soit cohérent avec le schéma corporel que le cerveau humain de Cyanure avait en mémoire.
2- Les myomères pouvaient être couplées avec un radar d’approche et se rigidifier lorsqu’un projectile allait rentrer en collision avec elles. Ca pourrait immuniser Cyanure des coups et tirs divers. Mais en se rigidifiant, cela paralyserait cyanure le temps de l’impact. De fait, une attaque au shotgun permettrait de capturer cyanure aussi simplement que si elle dormait.
3- L’alimentation des myomères nécessitait de faibles courant. Ces courants pouvaient être fournis par un petit module de métabolisation de l’éthanol. Une sorte de centrale thermique miniature qui permettrait à cyanure de passer inaperçue au sein du syndicat. Qu’est ce qu’on boit la bas !! (note : penser à vérifier mes triglycérides).
4- Problème majeur : lors d’un passage dans un champs ionisant suffisamment puissant pour briser le blindage diélectrique cutané, cyanure risque alors de faire des mouvements inopinés forts déconcertants. (note : penser à lui faire la blague)
5- Calculer les efforts générés par les myomères afin de garantir que le squelette resisterait aux tensions résultantes.
J’allais inscrire encore quelques notes lorsque je vis Cyanure ouvrir les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cyanure

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Mar 26 Fév - 23:36

Aucune sensation...
Seulement la pensée pure, libre et sans entrave.
Avoir la trompeuse impression de flotter...
Une conscience sans limite, inconcevable pour ceux qui sont ancrés à la réalité si matérielle.

Je m'évade, mais le monde réel me rappelle à lui.
je m'englue dans un combat illusoire, car déjà des images se forment. Les sons et les odeurs m'assaillent, mes senseurs me brident, ma pensée se délite....

--memory system------------- OK
--cerebral container----------- OK
--emotional control--- 76% failed
--conditionnement-----72% failed
--cybernetic unit--------------- OK
--battery--------------- in charge--


Cyanure ouvrit lentement les yeux et vit Adanedhel prenant consciencieusement des notes, absorbé par ses pensées. Elle s'étonna de le voir ainsi débraillé dans son bunker, puis rapidement elle se remémora les derniers évènements survenus.
Elle fut soulagée de constater qu'Adan avait survécu à l'opération. Il devait posséder un sacré constitution pour pouvoir récupérer ainsi d'un tel traumatisme.

Au bout d'un instant, il releva la tête et afficha son sourire enjoué inimitable. Il s'en suivit de longs échanges ou chacun raconta ses péripéties. Adanedhel conta avec fougue sa lutte contre la tempête mortelle « les myomères sont enfin ionisés » criait t-il avec enthousiasme.

Avec son flegme si caractéristique, Cyanure narra l'enchaînement des évènements depuis son appel sans réponse. Adan tout en écoutant, découvrait avec stupeur ses jambes devenues artificielles.
« tu n'auras plus besoin de t'épiler, ces tissus sont dépourvus de pilosité » commenta Cyanure , pour tenter de dérider son ami. Comme à son habitude, Adan ria de bon coeur.

Cyanure sorti un électrostimulateur, et plaça plusieurs électrodes sur les dites jambes.
« Installe, toi bien ! Je vais tester chacun de tes muscles »
Sous l'action de l'appareil , des spasmes parcouraient les 2 membres. Adan ne ressentait que de légères démangeaisons.

Durant les tests, adanedhel prit son carnet pour aborder les étapes à venir. Ses yeux pétillaient et sa mésaventure semblait déjà sombrer dans l'oubli.
Passant de muscle en muscle, Cyanure tenta de répondre au flot de questionnements qui tournoyait dans l'esprit de l'electromécano.

Elle lui montra ainsi une vieille photo, vestige d'un lointain passé. Il s'agissait d'une jeune femme rousse, coiffée d'une longue natte. Ses grands yeux lui donnaient un air juvénile

Elle lui expliqua ainsi ce qu'elle avait été, que son unité centrale n'était pas artificielle mais biologique. « tu es une cyborg en fait » ne pu s'empêcher de compléter Adanedhel.

« si, tu le dis , Adan ! En tout cas la personne que tu vois sur cette photo est modélisée en 3D. Une fois les fibres myomères posées, elles devront être revêtues d'une enveloppe en silicone correspondant à ce modèle. Le derme et l'épiderme artificiels seront greffés à la surface du silicone.
Cependant, il faudra assurer la circulation d'une solution nutritive au travers du silicone micro perforé et de méthanol vers le muscles artificiels. Les cheveux, les yeux, les ongles et appareil buccal seront réalisés en matériaux simili-naturels. Les pigments utilisés pour tes jambes sont naturels, mais leur production est longue et fastidieuse. Il faudra donc essayer des pigments synthétiques. Mais avant tout cela, il faut découper et modeler les myomères en plus de 600 muscles artificiels et les placer après avoir démonté le mécanisme actuel. Mon squelette actuel devrait supporter aisément les contraintes mécaniques développer par ces muscles, par contre j'ai des doutes pour tes jambes Adan. »

Cyanure vit le regard inquiet d'Adan parcourant ses jambes devenues comme étrangères.
« Adan, tant que tu ne maîtrises pas totalement tes nouveaux membres, il n'y a pas de risque. Par contre, il va falloir anticiper et trouver un moyen de renforcer ton squelette. Il paraît que le squelette de Tomtom est renforcé à l'adamantium , c'est peut-être une piste... dans l'immédiat on va te bricoler un fauteuil avec des pièces détachées de rover. Avec un entraînement quotidien, dans quelques semaines tu seras debout ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel

avatar

Nombre de messages : 718
Age : 44
Localisation : rochefort
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Mer 7 Mai - 0:28

Lorsque Cyanure arriva au Bunker d'adanedhel, ce dernier avait totalement oublié qu'il l'avait conviée à passer pour discuter d'une chose qui préoccupait grandement Adanedhel ces derniers temps.

Lorsqu'elle signala sa présence grace au carillon, personne ne vint lui ouvrir. Persuadée qu'il était encore au fin fond de son atelier, elle decida d'ouvrir et de le rejoindre dans le joyeux cafarnaum de son garage.

Quand elle entra dans le bunker, Adanedhel lui tournait le dos. Atablé dans la salle de vie, il s'appliquait à peindre une aquarelle et sa concentration était totale.
Le pinceau détrempé courait sur le velin blanc en laissant une trainée nette de pigment d'un azur profond, mais elle ne put voir ce qu'il peignait.

Elle se racla la gorge, ce qui eut pour effet de le faire sursauter.

"Cyan. hum .. ah tu es là.. ben oui c'est moi qui t'ai dis de venir.. suis bete moi.. Entre entre. Je peignais...
Oui je sais, j'ai fait venir en fraude un peu de papier, mais j'ai besoin de cet exercice dans les moments difficiles."

Visiblement géné et mal à l'aise, adanedhel decida d'emmener Cyanure au hangard.

Là, sur des perches, des plateaux et tout ce qui permettait de poser, supporter ou suspendre un objet, etaient amoureusement rangés des centaines de faisceaux de myomères représentant la totalié de la future musculature de Cyanure.

Adanedhel y avait travaillé d'arrache pied, jonglant avec ses obligations de prêtre de l'ordre, les expériences syndicales en cours et ses périodes de creuses obliatoires pour dégager le temps nécessaire à cet ouvrage. Son sommeil en avait beaucoup pati et cela se voyait sur son visage hagard.

Tout était là du plus petit zygomatique au grands quadriceps.

"Ben voila Cyan, j'ai fini de tout préparer. Il a fallu le temps, mais au bout du compte, tout est là, conforme à ta morphologie originelle et à tes mensurations. Mais.. euh.. j'ai juste un petit souci.
Hum..
J'ai demarré cet immense chantier en te considérant plus comme un défi. Un défi à moi même vaux je dire. Après la mort de raymond, je crois que j'avais besoin de me prouver que je pouvais aussi apporter la vie.
Le fait que tu puisse être considérée comme un droïd me facilitait les choses dans nos relations.. Je me sentais protégé en quelque sorte..
Pfuuu je suis super maladroit alors on va faire court.
Voila.. les choses ont un peu changé.
Tu n'est pas un droid. Tu es humaine, brillante et drole. Je crois que les sentiments ont un peu pris le pas sur la science et..
Non ce n'est pas pour te faire une declaration que je t'ai fait venir.. c'est bien plus grave. Voila.. je creve de trouille. Je n'ai plus le detachement nécessaire à cette opération. J'ai peur de me rater, de ne pas t'offrir un résultat à la hauteur de tes attentes, de ne pas t'offrir le corps que tu mérites. Je voulais te voir pour te laisse le choix.

Si tu pense qu'il est plus sage que ce soit quelqu'un d'autre qui t'opère, je comprendrais.

Je veux dire.. enfin.. je ne me défile pas.. mais je voulais t'informer de la situation pour que tu puisse decider en ton âme et conscience.
Je tiens enormément à toi.. et tu passes avant tout. Alors ben tout est là. Il y a plus qu'à. Un bon chirurgien de la firme te fera ca nickel si tu le souhaites. Sinon ben je le fais.. mais je ne sais pas si c'est raisonnable."
Adanedhel fit un pas en arrière et laissa à Cyanure le temps de la réflexion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cyanure

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Mar 13 Mai - 0:55

Cyanure laissa filer le temps , ne sachant où poser son regard . Elle cherchait à bien mesurer le sens du propos ainsi que la meilleure réponse à donner. Alors qu'Adan l'observait le visage crispé par l'attente, Cyanure se tourna vers lui, et fit ce qui semblait être un sourire.

« Adan je ne suis pas sûre de mériter tous ces qualificatifs mais je suis émue par l'attention que tu me porte. Tu es ingénieux, généreux et plein de charme ...tu es un sacré bout en train, et tu ne cesses de me faire rire, moi qui ne suis qu'un assemblage de métal et circuit. Tu es mon gentleman bricoleur, celui qui me comprend le mieux., celui qui me séduit à force d'attention et de jeux de mots. »

Soudain le regard de Cyanure se détourna et se porta sur les paysages désertiques qui se dessinaient au travers d'un hublot. Son ton changea brutalement

« Seulement, son coeur, Magmarace l'a déjà offert à une personne qui vit encore sur cette maudite planète, une personne qu'elle chérissait plus que tout....

Lorsque je suis retournée sur terre, j'ai eu l'impression de trahir mes amis, mais avant tout, j'ai cruellement poignardé mon tendre amour. Par ce terrible abandon, je lui ai laissé une blessure a jamais ouverte.

Qu'il est douloureux encore aujourd'hui de se remémorer sa colère, sa peine, ses plaintes...

Et me voici de retour, mais pourquoi donc, oui pourquoi, car je ne peux reconstruire ce que j'ai si hâtivement brisé.
je ne suis qu'une ombre qui porte le fardeau de sa faute.

Alors détrompe toi je ne suis plus humaine, et je ne le serais plus quelque soit mon apparence. L'amour, Adan, j'en ai retenu peu de choses : Un éphémère et absolu bonheur si qui s'accompagne de souffrances et de tortures sans fin. »

Se dirigeant vers les myomères , Cyanure les effleura du bout des doigts , elle était comme fascinée par tout ce travail accompli.


« Adan, tu as déjà fait beaucoup pour moi, et je t'en suis éternellement redevable. J'ai la certitude que tu es le seul à pouvoir accomplir ce projet jusqu'à son terme. Parce que tu es formidablement doué , et que j'ai un confiance sans borne en toi. Je ne laisserai en aucun cas un boucher de la firme saccager tout ton travail. Il n'y a que toi qui puisses le faire, Adan... mais si cela doit te faire autant souffrir, je préfère rester ainsi. »


Le regard de l'androïde se tourna de nouveau vers les paysage pourpres de poussière, fixant une cible imaginaire... sa silhouette métallique restant ainsi immobile, figée par d'obscures pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel

avatar

Nombre de messages : 718
Age : 44
Localisation : rochefort
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Mar 13 Mai - 14:19

« Non ! »
Ce mot franchi les lèvres d’Adanedhel comme un claquement sec pour ponctuer le discours de Cyanure.
« Je ne t’ai pas fait venir pour réclamer ton cœur ou ton amour ni pour te faire part de ma souffrance. Je t’ai ouvert mon cœur en toute honnêteté pour bien te faire comprendre que ces fichus sentiments te mettent en danger. Et en fait, je ne suis qu’un idiot.
Tout me semble limpide à présent. Mes sentiments ne seront, ne peuvent pas être un frein à ton opération. La ou j’aurais revérifié cinq fois mes calculs, je les revérifierais quinze parce qu’il s’agit de toi. J’avais peur que ma main ne tremble sous le coup de l’émotion, elle ne tremblera pas parce que je sais que tu crois en moi. »
S’approchant de Cyanure afin de regarder par-dessus son épaule l’étendue Martienne, Adanedhel ajouta :
« Tu es humaine Cyanure, infiniment plus humaine que bien des terras présent sur ce sol.
L’humanité ne réside pas dans la chair ou le sang. L’humanité n’est affaire que de sentiment et de cœur. Ton cerveau est bien là, farouche et puissant. Et ton cœur, et bien il semble battre pour un autre homme.
Cela ne m’attriste pas.. Enfin pas autant que de savoir que tu souffre de l’avoir perdu. Je préférerai te savoir heureuse. Et j’y travaillerai avec acharnement. Je ne pense pas qu’a ce corps de métal. Je pense à ce sourire que je voudrais te voir faire même en dormant. Je pense au sentiment rassurant de savoir qu’il y a toujours quelqu’un sur qui on puisse compter.
Tu sembles avoir peur de me faire souffrir, comme cela semble s’être déjà passé. Et bien rassure toi… Tu ne me feras pas souffrir. En fait, il est trop tard, je souffre déjà. Je souffre de ne pas pouvoir te protéger. Je souffre de ne pas pouvoir t’aider plus. Je souffre de ne pas être à chaque instant dans l’horizon de ton regard. Et en fait, j’adore cette souffrance. Je crois que cela veux tout simplement dire que je t’aime.
Et même si cet amour n’est pas partagé.. J’aime le fait de t’aimer.
Une dernière chose ma belle. Moi aussi j’ai perdu mon premier amour. Raymond me manque encore à chaque instant. Je crois connaitre la douleur sourde qui t’habite et te murmure « ne t’attache pas, tu n’es bonne qu’a faire souffrir. Tu sèmes la désolation partout où tu passes alors reste seule.. Tu ne blesseras que toi. » J’ai eu cette chanson dans la tête des mois durant. Je l’ai encore souvent mais maintenant que j’ai quelqu’un à qui consacrer mon énergie, ce n’est plus qu’un murmure qui tend à disparaitre. »
Par-dessus l’épaule de Cyanure Adanedhel déposa un chaste baiser sur la joue de celle-ci.
« Tu ne seras jamais une machine à mes yeux. Je te dois déjà la vie et mes jambes. Permet moi de t’offrir le reste sans rien attendre en retour. »
Adanedhel commença à s’éloigner pour retourner à ses calculs et son atelier.
« ah oui.. l’opération.. prend tes dispositions, ce sera dans trois jours.. euh et il y a soixante douze heures d’intervention. Donc.. ben si t’as du monde à voir rapidement.. Fais-le vite. »
Et il lui adressa le sourire le plus radieux qu’il puisse faire.
« Grace à toi Cyan, je n’ai plus peur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel

avatar

Nombre de messages : 718
Age : 44
Localisation : rochefort
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Mer 14 Mai - 12:52

adanedhel finissait de boucler ses affaires..
Il devait partir en méditation deux jours dans le désert afin de se purifier avant l'opération de Cyanure..
Il se souvenait du temple de métal d'asile.. qui était maintenant à l'abandon. Voila l'endroit révé. Reserves d'oxygène, rations et tout le matériel pour célébrer les anciens.
allez hop..
Bouclant son bunker il se dirigea vers son betrayal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel

avatar

Nombre de messages : 718
Age : 44
Localisation : rochefort
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Mer 14 Mai - 14:50

Voila deja plusieurs heures qu'adanedhel roulait dans le désert.
Il avait demandé à Absurd_jedi la localisation de son ancien temple d'asilyum.
Fort gentillement, Abs lui avait répondu que c'etait dans un coin à consonnance germanique, streinberg, wolfenberg un truc comme ca..
Fort de cette indication fort vague au demeurant, ada mis le cap vers la zone Steinberg. Branchant le pilote automatique, il occupa son trajet à fouiller les banques de données du bunker de absurd_jedi. (Oui c'est illégal)
Pas trace d'une zone Steinberg. Par contre, Abs avait vécu un moment en zone Bohsternberk.. il y a un an.. donc avant asilium pas ca non plus..
Ah.. voila.. sur la période voulu, il etait dans la zone Taylor jones.
Pfff bravo le nom germanique.. changera jamais celui la.
Changement de cap, verification de l'autonomie, ravitaillement au passage afin d'assurer le retour, puis une fois sur zone, recherche du temple .. ah oui pour cela adanedhel du pirater aussi les données de navigation du betrayal de abs.
Enfin j'arrivais sur les lieux. Béni soit Absurd_jedi d'etre aussi peu averti des technologies de protection informatiques.
Adanedhel gara son betrayal devant le temple a moitié recouvert de sable. debarqua ses affaires et entrepris immédiatement le nettoyage des lieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel

avatar

Nombre de messages : 718
Age : 44
Localisation : rochefort
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Mer 14 Mai - 23:55

Enfermé dans son temple au mileu de nulle part, adanedhel avait interrompu sa transe medidative pour répéter pour la deuxième fois tout les geste à accomplir pour l'opération de Cyanure.

L'ordre et l'agencement de chaque myomère, le test de controle par stimuli pour chaque fibre, la fixation, la liaison au systeme nerveux central, chaque geste etait lentement memorisé et répété. La préaration et la programmation des nanoreconstructeurs, leur injection, la mise en place du synthétiseur à ethanol, la pose des tissus cutanés intissés de fibres de carbone, chaque élément etait precautieuneusement recontrolé.

Adanedhel executais chaque geste dans le vide, comme un ballet silencieux et lent. Il transpirait abondament malgré la froideur de la nuit.
A mi voix, il psalmodiait inlassablement une mantra aux grands anciens qui lui permettait de focaliser son attention et son esprit sur la tache en cours.
Etrangement, il begnait dans une douce aura bleue mais ne s'en rendait pas compte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cyanure

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Sam 17 Mai - 0:00

La pièce n'était qu'un fatra de câbles et de moniteurs, la stase de cyanure trônait au centre semblant vomir tout ce qu'elle contenait d'électronique. A ces pieds cyanure, s'acharnait sur les derniers réglages à effectuer. Elle avait minutieusement, avec l'aide d'Adan, incorporé des lampes uv de sa serre, puis désactivé le stabilisateur de pression et de température. Le tout avait été reprogrammé pour faire assurer toute une série de traitements nécessaires à la maturation et à la pigmentation de la peau synthétique et l'activation des terminaisons méta-nerveuses. Traitement uv, compression/décompression, traitement thermique...rien ne serait épargné. Elle songeait au danger d'endommager son cortex, chose qu'elle n'avait pas prévu jusqu'à maintenant avec Adan. De toute façon , il était trop tard pour prendre cela en considération. Elle regarda l'étrange sarcophage tentaculaire et un frisson la parcouru. Sera-t-il la chrysalide qui la transcendera de corps et d'esprit ou une tombe cristalline la protégeant dans son sommeil devenu éternel ?

Les réglagles finis, elle se rendit à l'atelier et commença à détacher délicatement ses plaques de protection, laissant apparaitre des fines tresses de fils électriques se soulevant doucement aux passages des verins fatigués, et des multitudes de petits capteurs hystérique pulsant, cliquetant, vibrant...balai complexe et stupéfiant de matière inerte et pourtant si proche de la vie....

Après avoir décortiqué le maximum de sa personne, elle attendit Adan pour la phase finale de l'opération, étape cruciale et redoutée. Elle avait hâte que cela se termine et qu'Adan l'installe dans l'incubateur pour la maturation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel

avatar

Nombre de messages : 718
Age : 44
Localisation : rochefort
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Lun 26 Mai - 23:41

Adanedhel avait fini sa longue meditation dans le desert. Son esprit etait appaisé et ses emotions maitrisées au oins pour un temps.
Le jeune et la prière l'avait rapproché des grands anciens et il avait desormais confiance dans le temps qui passe.
Sur le trajet du retour il pianota sur son pad un court message pour Cyanure : "Rendez vous dans 3h à l'atelier de sunrise, je suis de retour. Il est temps que les choses évoluent."
Il réflechit une minutes de plus et completa son message par "Quoi qu'il arrive mon coeur t'appartient."
Il envoya le message, selectionna l'addagio d'albinoni sur la music box de son betrayal et se reconcentra sur la route du retour. L'heure de l'action avait sonné!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cyanure

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Lun 26 Mai - 23:52

*Cyanure avait bien reçu le message d'adan. Bien qu'elle fut en partie désossée, elle enfila son scaphandre sans difficulté...sans réfléchir. Les heures qui allaient suivre serait cruciales, magiques. Elle grimpa dans son betrayal et pris la direction des ateliers de Sunrise. Le temps était clément et elle mettrait peu de temps à rejoindre sa destination. Intérieurement elle espérait que sa cuve de maturation improvisée tienne le coup*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel

avatar

Nombre de messages : 718
Age : 44
Localisation : rochefort
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Mer 28 Mai - 1:15

H-1 : Adanedhel rentrait calmement du désert profond où il s’était isolé. Arrivé devant l’atelier il remarque la présence du betrayal de Cyanure. Elle était arrivée la première.

Descendant de son véhicule, il se dirigea donc droit vers l’atelier. Ses oreilles bourdonnaient et il lui semblait percevoir les choses avec une acuité accrue, comme si le temps se déroulait moins vite.

Dans l’atelier, il découvrit Cyanure installée dans le fauteuil devant le terminal, plongée dans la pénombre. Le blindage cutané de cyan était retiré et l’ensemble des actionneurs, microvérins et faisceaux de câblages divers étaient apparents.

« Tu m’as avancé le travail Cyan, c’est gentil. J’en conclus que tu es donc prête. Ne perdons pas de temps et allonge toi sur la table là bas. C’est la dernière fois que tu te vois avec toute cette ferraille. »

Adanedhel offrit un sourire qui se voulait chaleureux et rassurant, mais il était submergé par le trac et l’étrange torsion de son visage du plus ressembler à une grimace.



H+0.2 : Cyan était allongée sur la table. Une injection d’un puissant neuroleptique l’avait plongé dans un coma contrôlé que supervisait un caisson de stase détourné à cet effet.

Adanedhel commença à déconnecter et dériver tout les systèmes en dehors des modules de régulation en température, d’alimentation en oxygène et en fluides vitaux maintenant le cerveau de Cyan en parfait état. Autours d’adanedhel, sur des portiques, des tablettes et des servantes, l’ensembles des modules, des myomères et des outillages avaient été préparés et agencés pour être accéssible dans l’ordre des besoin pour faciliter au maximum l’intervention.



H+4 : Après quelques heures de travail acharné, Le corps de Cyan n’était plus qu’un squelette. Les myomères induisant des chemins de contraintes plus important que les structures musculaires classiques, Adanedhel commença à recouvrir de titane toutes les surfaces cartilagineuses soumises à usure. Les corps osseux eux furent recouverts de kevlar, afin de renforcer mécaniquement l’os sans l’alourdir de façon drastique.

Adanedhel eut quand même un vague sourire en imaginant la première pesée de Cyan.



H+7 : Inondé de sueur, Adanedhel avait terminé les renforts osseux. Il intégra dans la cage thoracique les différents modules cervicaux, il ajouta le synthétiseur d’éthanol, le modélisateur olfactif, les systèmes de post traitement auditifs et visuels ainsi que le système d’analyse tactile qui serait connecté au maillage sensoriel et nerveux plus tard.

Ceci fait, il ajouta une fine pellicule de blindage intercostal pour protéger le tout.

Il pouvait passer maintenant aux myomères.



H+17 : Adanedhel terminait sa première injection de neurostimulant qui lui permettraient d’oublier sa fatigue et de garder un haut niveau de concentration.

Les couches musculaires profondes étaient maintenant en place. La procédure était la même pour chaque myomère. Prendre le faisceau de fibre, vérifier son repérage et sa cartographie, l’ajuster, revérifier sa cartographie, effectuer le soudage moléculaire, vérifier la conductivité et la rétraction, biffer le muscle sur la cartographie et passer au faisceau suivant. Puis incanter les paroles rituelles, bénir et consacrer la myomère aux grands anciens. Seuls leur grande puissance seraient à même de favoriser la renaissance de la vie dans ces tissus artificiels. D’ailleurs, Adanedhel était nimbé d’une aura bleu qui pulsait du saphir de son front. Cette lueur se perdait dans l’éclairage cru et puissant des lampes à iode.



H+40 : Adanedhel s’accordait une pose, il regardait la troisième seringue de produit dopant maintenant vide sur le bureau. Il rabaissa sa manche, s’étira et retourna se laver consciencieusement les mains. Son dos crispé e faisait souffrir mais il n’écouta pas son corps et retourna à la mise en place des myomères. Les satellites neuronaux étaient en place. Ces boîtiers devraient permettre à Cyan de diminuer la chaîne de propagation réflexe en la délocalisant au plus près de la zone de réaction. Normalement, si tout marchait bien, Cyan devrait faire montre de réflexes et d’une capacité d’esquive stupéfiantes.



H+52 : Toutes les myomères superficielles étaient maintenant en place. C’etait sur ces dernières qu’Adanedhel avait le plus de doutes. Elles allaient conditionner toute la palette d’expression et a totalité du langage corporel de Cyanure. Il les avaient vérifier 3 fois dejà et les avaient dimensionné et positionné au dixième de millimètre afin de garantir à Cyan de retrouver son visage d’autrefois quand elle était Magmarace. Mais les mimiques et expressions avaient été extrapolées de quelques clichés et il n’avait aucune assurance d’avoir respecté l’original.



H+65 : Adanedhel renonça à sa cinquième injection. Son organisme s’épuisait mais il touchait au but. L’épiderme de culture développé par Cyan était maintenant en place et connecté aux points musculaires majeurs. Les autres accrochages se feraient dans le temps.



H+68 : Ayant tout revérifié une dernière fois, Adanedhel s’attarda sur le monitoring de Cyanure. Tous les indicateurs étaient au vert. Allongée sur la table, elle ressemblait maintenant à une femme ou à une sorte d’ébauche de femme avec tous les arguments qui lui permettraient de séduire à nouveau. Adanedhel lui ne voulait que son cœur qui résidait dieu sait où. Puis, il se dirigea vers le coffre blindé de l’atelier. Il confia ses données anthropomorphiques à la serrure sécurisée. Dans un claquement la porte s’ouvrit et il retira du coffre une mallette réfrigérée. La ramenant près de la table d’opération, il en extirpa trois seringues remplies d’un liquide bleuâtre aux reflets irisés.

Ce fluide contenait des nanotechs. Ces robots microbiens avaient été programmés pour tisser et mettre en place tout le système nerveux artificiel à partir du système nerveux central biologique issu du rachis cervical de Cyanure. La basse température maintenait les nanotech en latence. A température, leur autonomie n’était que de quelques heures durant lesquelles ils devaient tout mettre en place.

Adanedhel s’installa pour attendre la remontée en températures des seringues.



H+70 : L’injection effectuée, Adanedhel transporta Cyanure tendrement vers le caisson de stase modifié. Il l’installa dans une gangue qui serait remplie d’ici une heure d’un fluide nutritif. Le caisson avait été programmé pour réaliser un monitoring génétique afin d’implanter ongles, poils et cheveux à l’épiderme de Cyan et ce aux bons endroits.

Refermant la gangue, Adanedhel s’absorba dans une dernière prière aux grands anciens, puis lança le programme de monitoring et de réveil. D’ici vingt quatre heure Cyanure serait sur pied et peut être le détesterait elle pour son œuvre, mais dans tout les cas il avait fait de son mieux.



Se traînant péniblement vers le sas, accablé de fatigue, adanedhel enfila son scaphandre. Sur le seuil de l’atelier le disque rouge du soleil se levait sur l’horizon. Une aube nouvelle arrivait qui ne pouvait être que porteuse d’espoir. Il parvint à peine à sourire, se hissa dans son bétrayal et programma les 10 minutes de trajet qui devraient le ramener à son bunker.

Ces 10 minutes lui parurent des heures tant il fut dur de lutter contre le sommeil.

Enfin arrivé au Bunker il avança péniblement jusqu'à son caisson, jetant de façon éparse les éléments de son scaphandre. Il s’allongea dans le caisson et ‘eut pas le temps de sentir sa tête toucher l’oreiller que déjà il sombrait dans l’oubli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cyanure

avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 24/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Jeu 29 Mai - 0:31

Une obscurité fantomatique avait pris possession des lieux. Entre les caisses et les machines , des ombres se dessinaient de façon erratique au gré des spasmes des panneaux lumineux. Adanedhel se tenait devant la console du caisson modifié luttant contre la fatigue. Tiré de son paisible sommeil par un message d'alerte, il était revenu aussi que possible à l'atelier. Deux heures avant la sortie de stase de Cyanure, un orage ésotérique de forte ampleur s'était abattu sur le secteur, détruisant en partie l'installation électrique du bunker. Heureusement, un groupe de sécurité avais permis de conserver l'intégrité du caisson. Seulement son programme s'était réinitialisé verrouillant tout le système.
Adan pianota sur la console programmée par Cyanure pour la énième fois. Sans attendre le message d'erreur fit son apparition sur l'écran une nouvelle fois : « mot de passe incorrect. Si vous avez oublié votre mots de passe, veuillez consulter l'indication de mot passe que vous avez renseigné »
Exaspéré, Adan relu l'indication laissé par Cyanure : « Les filles en ont deux, les garçons aucun, pourtant Adanhedel en dispose d'un et cyanure en est dépourvue»
Adan se concentra sur ces quelques mots, il fallait absolument qu'il déverrouille le système avant que des dégâts irréversibles soient causés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adanedhel

avatar

Nombre de messages : 718
Age : 44
Localisation : rochefort
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: Métamorphose   Jeu 29 Mai - 11:11

Hmmmff décidement.. Voilà le deuxième mot de passe qu'adanedhel devait craquer en 24h. Autant le précedent lui semblait évident, autant le stress et la fatigue brouillaient l'esprit du maga.
Voyons .. euh.
Les mains tremblantes il fit un premier essai.. coeur.. non ce n'est pas ca .. les filles n'en ont pas deux..
alors .. euh.. Les filles en ont deux, les garçons aucun, adanedhel en a un et cyanure n'en a pas.. de l
adanedhel tapa cette unique lettre..
si ce n'etait pas cela .. il pourrait encore décliner en aile, hell ou ou.. rien d'autre ne lui venait à l'esprit..
le l clignotait à l'ecran.. pas le temps d'hésiter. il appuya sur la touche entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Métamorphose   

Revenir en haut Aller en bas
 
Métamorphose
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La métamorphose de Franz Kafka
» 30-04-07, Heillecourt, la métamorphose physique
» Une métamorphose iranienne de Neyestani
» Naoko Takeuchi - Métamorphose - Sailor Moon T1
» [Kafka, Franz] La métamorphose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dédale de la Biblis Patera :: Bibliothèque - salons Rp :: Hall des colons :: Chroniques martiennes :: 2007-09-
Sauter vers: