Dédale de la Biblis Patera

Chroniques martiennes
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Mar 6 Nov - 1:15

Depuis plusieurs jours, Absurd_Jedi restait la plupart de son temps dans son bunker, plongé dans ses méditations. Quand il ne cherchait pas dans ses transes un moyen de mener sa croisade, il sillonnait Mars au volant de son Betrayal, dans l'espoir de trouver quelque chose, quelque chose qui ferait la différence. Son errance sur Mars lui permettait de voir ce qui lui avait jusque là échappé lorsqu'il se contentait de remplir son quota pour la Firme aux commandes de son Béhémoth...

La corruption. La corruption gagnait Mars, imperceptiblement. Il se rendait compte qu'elle devait avoir commencé son oeuvre il y avait fort longtemps et progressé depuis de manière insidieuse. Voilà pourquoi personne ou presque ne s'en était rendu compte : la manoeuvre avait été si furtive et discrète qu'elle avait échappé aux observateurs les plus attentifs. Et pourtant, elle lui apparaissait maintenant clairement : depuis qu'il avait décidé de son exil, lorsque Sanctuary avait profané son Temple, c'était comme si sa vision s'était éclaircie, comme si avec sa nouvelle vie on lui avait offert de nouveaux yeux.

Un signe parmi tous les autres montrait à quel point la déchéance gagnait la planète entière : plus rien n'y était sacré, même le repos des morts. Les tombes des morts étaient pillées, leurs ossements dispersés, le Cycle perturbé. Les cadeaux des Grands Anciens étaient dilapidés, offerts à la masse sans discernement, égard ou respect pour Leur infinie puissance. La folie gagnait ce monde. Et cette folie était orchestrée par ceux qui voulaient étouffer le Grand Rire Cosmique ou altérer sa tonalité dans une quête insensée de puissance.

Il sentait qu'il était de son devoir de freiner ce délire. Il fallait agir, afin de rétablir l'équilibre des forces. Trop d'irresponsables voulaient façonner Mars à leur image.« Mars sera Azur », « Mars sera Pourpre », entendait-il au Bar du Forage, venant de la bouche de déments qui croyaient pouvoir modeler cette planète selon leur vision étriquée. « Mars sera Mars » : ce n'étaient pas eux qui changeaient la planète, mais celle-ci qui les influençait. Mars appartenait aux Grands Anciens, au Côté Absurde de la Force, à l'énergie cosmique qui meut l'univers...

Absurd_Jedi s'en remettait donc au destin pour mener sa quête. Ses longues balades en Betrayal ne lui apportaient aucun bénéfice concret, il n'en rapportait rien à part quelques images de roche rouge à perte de vue. Mais aujourd'hui quelque chose avait rompu la monotonie du paysage : il était tombé dessus par hasard, semblait-il. En contournant un promontoire rocheux, il était tombé sur une structure qui lui était familière. Ici, en plein coeur du désert martien, il avait trouvé un Temple de Métal, apparemment désert.

Il s'en était rapproché et l'avait brièvement exploré. Visiblement, personne n'était venu s'y recueillir depuis très longtemps. L'atmosphère était pure, sereine, comme si rien n'était venu la troubler depuis des temps immémoriaux. Le Jedi Fou ressentit une sensation bizarre, mélange d'émerveillement et de crainte. Il avait peur de dénaturer l'ambiance du lieu, si paisible, par sa simple présence, mais ne pouvait le quitter, fasciné. Le Temple l'impressionnait, Absurd_Jedi se sentait petit et insignifiant comparé à sa majesté et à sa superbe. Qu'est-ce qu'un humain face à ce grandiose témoignage du passé sur lequel le temps semble n'avoir aucune emprise ?

Le Jedi s'agenouilla sous le Dôme pour prier. Il ne releva la tête que lorsqu'il sentit la luminosité ambiante décroître. Lorsqu'il était entré dans le Temple, le soleil, bien que bas sur l'horizon martien, éclairait encore la Rouge. L'obscurité avait remplacé les rayons du soleil et c'est à la lueur de ses phares qu'Absurd_Jedi repartit vers son bunker, non sans avoir préalablement noté la localisation du Temple sur une carte. Il se promit d'y revenir. Quelque chose en lui lui disait que ce lieu serait important. Le hasard n'est qu'une manière d'interpréter les volontés du Côté Absurde de la Force et des Grands Anciens. S'il avait « trouvé » ce Temple, c'est qu'il y avait une raison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Mer 7 Nov - 1:17

Absurd_Jedi savait maintenant comment utiliser sa trouvaille de la veille. C'était un signe, un cadeau des Grands Anciens dans sa quête. Il avait contacté quelques-unes de ses connaissances afin de leur demander de l'aide. Il s'étaient retrouvé le soir, devant son bunker, après quoi le Jedi Fou les avait conduit au Temple découvert la veille. Et il leur avait exposé son plan :

« Ceci, mes amis, est un cadeau du Côté Absurde de la Force et des Grands Anciens. S'ils ne m'avaient pas guidé ici, jamais je n'aurai trouvé cet endroit. C'est avec plaisir que j'accepte de participer à leur plan ineffable. S'ils m'ont montré ce lieu c'est sûrement afin que je m'en serve dans ma quête. Rendons-leur grâce pour tout ce que nous apportent ces forces mystiques : Mars, nos vies, ce Temple... »

Ils s'étaient tous agenouillés, se recueillant dans l'ambiance feutrée du Temple. Un de ses compagnons, à la demande du Jedi, avait pris place au centre de l'édifice. Entamant une mélopée, il fit appel à la puissance d'une sphère karmique pour redonner vie au sanctuaire, amplifiant l'aura ésotérique du lieu pour lui redonner une partie de sa puissance originelle. L'énergie mystique, qui jusque là semblait discrète, comme étouffée par les éons écoulés depuis la dernière utilisation du Temple, se réveilla soudain, emplissant tout l'espace d'une atmosphère sereine, illuminant le bâtiment de sa pureté.

Absurd_Jedi se releva, et déclara d'un ton ferme : « Cette lueur qui nous a illuminé sera notre phare. Elle nous guidera dans notre quête et guidera également ceux qui se sont fourvoyés sur le chemin de leur rédemption. Que ce lieu soit désormais craint par ceux qui veulent déformer le Grand Rire Cosmique. Que son nom résonne à leurs oreilles, attirant leur haine et leurs regards, pour qu'ainsi nous puissions leur montrer le chemin de leur salut : Pouyouland... »

Puis il fit signe à ses camarades qu'il désirait rester seul, afin de pouvoir communier avec les forces mystiques que la cérémonie avait réveillées. Lorsque les échos des pas des terraformeurs quittant le temple se fut éteint, Absurd_Jedi ouvrit la caisse qu'il avait amené avec lui et qui contenait des artefacts ésotériques. Il disposa ses reliques autour de lui et entama un rituel. De sombres nuées ne tardèrent pas à l'entourer, comme si les ombres du Temple s'étaient condensées près de lui. Des reflets couleur rouille dansaient au milieu des volutes noirâtres, semblant parfois former, dans leurs mouvements apparemment erratiques, des visages grimaçants.

Puis la nuée s'élança vers le plafond, passant au travers car son existence sur le plan matériel se limitait à quelques jeux de lumière. Sur le plan éthéré, Absurd_Jedi, par l'entremise de son Ka, menait la progression du nuage, droit vers le Dôme des B.O.S.S. La dernière fois qu'il avait tenté une telle manoeuvre, il s'était heurté à cette barrière et n'avait pu la traverser. Malgré tous ses efforts et la puissance mystique accumulée dans le Temple où il se tenait actuellement, il ne put prendre en défaut la cuirasse ésotérique qui protégeait sa cible.

Encore une fois son attaque fut déviée. Encore une fois il dut lutter avec toutes ses forces pour ne pas en perdre définitivement le contrôle. Par un coup du sort, il perçut une présence, orbitant autour des B.O.S.S mais non protégée par leurs pouvoirs. La signature karmique était suffisamment proche de celle de sa cible originale pour qu'il lui soit possible d'infléchir dans cette direction la course de sa nuée sans trop de dommages. Dans son esprit, s'imprima l'image d'un sceau en déliquescence et il sut alors qu'il venait de frapper Acidalia.

Lorsque son double spirituel regagna son enveloppe charnelle, sa tête tournait, sa vision était trouble, son corps vidé de toute énergie par les efforts mentaux qu'il avait dû effectuer. En se traînant péniblement vers son caisson de stase, il détecta les changements occasionnés par son rituel à l'ambiance du Temple : un peu de la pureté originelle s'en était allée, le chant apaisant du lieu avait été altéré par son acte. Alors qu'il fermait le couvercle du caisson, il se rassura car il pouvait toujours entendre, intacte, inchangée, cette musique céleste, qui était et serait à jamais gravée dans son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Jeu 8 Nov - 1:28

Deux fois. Deux fois déjà il avait tenté de passer outre le Dôme ésotérique protégeant les B.O.S.S avec ses rituels. Chaque tentative s'était soldée par le même résultat : la puissance du Dôme l'avait repoussé et le ricanement de Sanctuary avait résonné dans son esprit alors qu'il déviait son attaque. Comment faire ? Comment faire pour passer outre cette protection, comment faire pour faire ravaler son rire à cet homme qui avait profané son Temple ?

Réessayer, encore et encore. C'était la seule solution qui venait à l'esprit du Jedi Fou. Réessayer, jusqu'à la rupture. Quoiqu'il arrive, ne pas baisser les bras. Il devrait retenter sa chance ce soir. Il s'était donc préparé, plusieurs heures à l'avance, se murant dans son bunker de survie pour méditer. Il en avait arrangé l'intérieur comme un petit Temple : des reliques, statuettes étranges, crânes de Grands Anciens, ossements humains ornaient chaque recoin libre, chaque étagère... L'atmosphère ainsi créée dans son logement était propice au recueillement.

Lorsqu'il se sentit prêt, il se dirigea vers son Temple. Il s'assit en tailleur au centre de l'édifice, posant à côté de lui deux statuettes étranges, dans lesquelles il comptait puiser au besoin un surcroît de puissance mystique. Il se détendit, posa une main sur chaque statuette puis quand il fut bien relaxé entama le rituel. Les ombres qui peuplaient ce lieu mal éclairé semblèrent converger vers lui, l'entourer, formant une aura de noirceur. Un vent fantomatique se leva dans le sanctuaire, soulevant la poussière martienne du sol, s'enroulant en un lent tourbillon centré sur le Jedi, venant ajouter une touche de rouge au halo de ténèbres qui l'entourait.

Encore une fois, l'esprit du Jedi, accompagné des nuées qu'il avait suscitées, s'envola en direction du Dôme des B.O.S.S. L'attaque frontale de la dernière fois ayant échoué, il tenta cette fois de trouver un point faible dans cette cuirasse qui protégeait celui qu'il s'était juré de réduire au silence. Il prit le temps de tournoyer, à la tête des énergies qu'il avait rassemblées, pour observer. Soudain, il le vit : une zone où les énergies étaient moins denses, où la carapace était moins dure. Sans hésiter, il s'y précipita... Le Dôme céda. Il était passé au travers !

Le fait d'avoir « réussi » aussi facilement aurait dû lui mettre la puce à l'oreille. Sur le plan astral, un rire sordide résonna soudain : Sanctuary se gaussait de cet imprudent qui était tombé dans son piège. Absurd_Jedi sentit qu'il perdait le contrôle, il n'était plus maître de la puissance ésotérique qu'il avait canalisée. Dans son Temple, les deux statuettes qu'il avait préparées se ternirent et tombèrent en poussière sous ses doigts comme il puisait dedans de quoi résister à son agresseur.

Las ! Le terraformeur fratricide était sur son territoire et combinait donc l'avantage de la connaissance des courants ésotériques locaux à ceux de la puissance et de l'expérience. Malgré tous ses tours de passe-passe, le Jedi Fou ne put faire rien d'autre que d'assister, impuissant, au détournement de son rituel. Lié à la puissance mystique, son esprit dut accompagner le sortilège, et ne fut libéré que lorsque celui-ci frappa de plein fouet le syndicat sur lequel Sanctuary avait redirigé les efforts d'Absurd_Jedi.

Revenu dans le monde réel, il dut demander de l'aide à Sedahsera pour rejoindre son caisson de stase, tant il était épuisé. Le ricanement se Sanctuary le poursuivit, tel un écho lancinant dans sa tête, jusqu'à ce qu'il sombre dans l'inconscience, dès le mécanisme de stase enclenché. Une image le hanta dans les rêves qui s'ensuivirent, celle, incongrue, d'un scorpion évoluant à la surface de Mars, sa queue dressée se détachant sur le rouge du ciel, lui rappelant douloureusement le symbole du syndicat sur lequel Sanctuary avait renvoyé son rituel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Jeu 8 Nov - 9:17

[i]exellent rp :D mais sans deconnade, il parait qu'a certaine heure du soir, le dome devient moin puissant et laisserait filtrer certaine attaque ( nuke? )
j'avais entendu à l'epoque qu'un bruit sur le bar annoncer cette defaillance...

info ou intox,?
Revenir en haut Aller en bas
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Ven 9 Nov - 1:08

La dernière fois avait été un désastre. Absurd_Jedi était accablé. Le doute le rongeait... Il savait la lutte inégale, mais il avait espéré l'appui du Côté Absurde de la Force et des Grands Anciens. Peut-être n'en était-il pas digne, au fond ? Peut-être devait-il leur montrer sa piété et sa foi de manière plus forte ? Il avait ainsi été taraudé par de sombres pensées depuis qu'il s'était réveillé dans son caisson de stase...

Non ! C'était exactement ce que Sanctuary voulait qu'il pense. Il ne pouvait pas se laisser aller ainsi. Il devait continuer, chaque tentative lui en apprenait un peu plus. Chaque tentative le rapprochait de son but, d'une manière ou d'une autre... Tout cela n'était qu'épreuves. Chaque difficulté qu'il rencontrerait n'était là que pour le tester : il devrait les surmonter, les unes après les autres. Chaque obstacle ainsi franchi le rendrait plus fort, chaque palier atteint le rendrait plus à même de compléter sa quête.

Afin de raffermir sa détermination, il resta à méditer dans son bunker. Sa transe dura une bonne heure, à l'issue de laquelle il se sentit mieux. Il avait renoué avec le Côté Absurde de la Force : « Always Look on the Bright Side of Life ! ». C'est donc d'un pas décidé, le sourire aux lèvres qu'il se rendit à son Temple pour réessayer, encore une fois. Ce n'était pas le sourire béat qui ornait habituellement son visage, mais un autre, plus incisif, narquois...

Il se dirigea vers les murs du Temple pour retirer des petite niches qui le parsemaient quelques objets ésotériques dont le secours lui serait précieux : quelques ossements humains ainsi que des statuettes. Puis il les disposa en un cercle au centre de l'édifice, avant de prendre lui-même place au centre du cercle. Une mélopée ne tarda pas à emplir le Temple de ses échos, provenant de la bouche du Jedi sans que celui-ci sache précisément d'où elle lui venait. Il lui semblait y distinguer des mots, issus d'une langue inconnue de lui, mantra étrange qui remplissait sa tête et qu'il déversait dans le Temple.

Comme les fois précédentes, il fut bientôt entouré d'une nuée où se mêlaient noir et pourpre en une spirale qui ne tarda pas à monter jusqu'au plafond et que le double spirituel du Jedi mena encore une fois en direction du Dôme des B.O.S.S. Cette fois il savait à quel point son adversaire était fourbe. Il n'oublierait pas la prudence, il ne se précipiterait pas cette fois... Il resterait calme et ne crierai pas victoire trop tôt. Il ne commettrait pas deux fois la même erreur, il apprenait, il était mieux préparé.

Pourtant, cela ne suffit pas pour lui permettre d'atteindre les B.O.S.S, juste à éviter que se répète le désastre de la veille. Sachant que son ennemi l'attendait probablement, il avait renforcé son contrôle mental sur le rituel au fur et à mesure qu'il approchait du Dôme. Bien lui en prit, car il ne parvint pas à percer cette carapace ésotérique, à peine l'eut-il effleuré qu'il fut violemment repoussé. N'eut-il pas pris la précaution de raffermir son emprise qu'il aurait perdu le contrôle des énergies qu'il menait.

Il savait qu'il lui fallait maintenant faire vite, car il ne tiendrait pas longtemps face à son adversaire. Il dirigea donc son sortilège vers la cible la plus proche possible afin de pouvoir se dégager au plus vite... Le tsunami mystique déferla donc sur ce syndicat, dont le sigle et l'allure générale rappelaient des vagabonds errants tels des zombies dans l'ombre de leurs maîtres. Aussitôt, son esprit regagna son corps.

Il était perclus de fatigue et dût se faire violence pour regagner son caisson de stase au lieu de se laisser aller à l'inconscience au milieu de son Temple. Encore une tentative manquée. Encore une épreuve pour mesurer l'étendue de sa détermination... Sa vision trouble lui permit de se rendre compte, juste avant de quitter son sanctuaire, que les quelques objets dont il s'était entouré avant d'entamer le rituel étaient maintenant tombés en poussière, réduits en poudre par la violence avec laquelle il avait dû puiser leur énergie afin d'échapper à l'emprise mentale de Sanctuary...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Sam 10 Nov - 11:12

Une autre journée passée en stase. Vingt-quatre longues heures seul, dans son caisson, avec la rancoeur et l'amertume comme seuls compagnons : l'amertume d'avoir encore échoué et la rancoeur qu'il avait toujours à l'encontre de Sanctuary. Il devait changer d'angle d'approche. Il devait changer de stratégie s'il ne voulait pas s'enfermer dans une spirale infernale faite d'échecs à répétition. Lorsqu'il put enfin sortir de son caisson de stase, il avait pris une décision.

Puisque les B.O.S.S semblaient ne pouvoir être atteints, puisqu'il ne pouvait encore se mesure à Sanctuary à armes égales, il devrait trouver un moyen détourné d'atteindre ses ennemis. Il avait déjà atteint, bien qu'ils ne fussent pas ses cibles initiales, ces syndicats qui avaient décidé de se placer volontairement sous le joug des B.O.S.S. Il n'y avait eu aucune réaction de ces derniers, preuve du peu d'égards qu'ils leur portaient.

Il s'était souvenu d'une discussion, tenue dans les locaux de Némésis. En repensant au syndicat qu'il avait dû quitter, honteux de ne pas avoir su défendre son Temple, son coeur avait été étreint d'une sombre nostalgie. Une diplomate d'Acidalia était venue leur rendre une visite « de courtoisie », pour un motif qu'il avait oublié. Il était alors distrait et insouciant. Inconsciemment, il avait dû enregistrer ces paroles :

« Depuis le temps vous devriez savoir que Putréfacteurs et B.O.S.S ne font qu'un. »

C'était peut être une solution. Ça valait le coup d'essayer. Il se rendit donc à son Temple, s'y installa et entama son rituel. Il y invoqua un tourbillon d'ombres corrosives, tant pour le moral que pour le métal. Puis s'élança dans l'éther, son esprit guidant les énergies mystiques. Il n'eut pas de mal à les repérer : l'intense aura de corruption et de pourrissement qu'ils dégageaient était aisément perceptible. Son sortilège était prêt à frapper sa cible...

Tout cela descendait, montait comme une vague, ou s'élançait en pétillant, il lui semblait que la force mystique qu'il avait suscitée avait autant envie que lui de heurter les impies qu'il lui désignait. Sur le plan astral, ce qu'il percevait d'eux était un spectacle à vomir : une charogne en décomposition. Les jambes en l'air, comme une femme lubrique, brûlante et suant les poisons, ouvrait d'une façon nonchalante et cynique son ventre plein d'exhalaisons. le soleil rayonnait sur cette pourriture, comme afin de la cuire à point, et de rendre au centuple à la grande nature tout ce qu'ensemble elle avait joint ; et le ciel regardait la carcasse superbe comme une fleur s'épanouir.

Puis il sentit qu'il avait atteint son but. Eux n'étaient pas protégés par le Dôme ésotérique des B.O.S.S, ils étaient vulnérables à ses attaques. Lorsque son esprit regagna son corps, il se sentit faible, comme chaque fois après une telle dépense d'énergie. Quelque chose d'autre lui semblait... bizarre. Les images qu'il avait perçues pendant sa transe se mêlaient encore à sa vision, comme s'il n'était pas vraiment revenu, mais errait dans un monde surnaturel.

Et ce monde rendait une étrange musique, comme l'eau courante et le vent, ou le grain qu'un vanneur d'un mouvement rythmique agite et tourne dans son van. L'épuisement prit le dessus et il sentit une profonde torpeur prendre le dessus. Les formes s'effaçaient et n'étaient plus qu'un rêve, une ébauche lente à venir, sur la toile oubliée, et que l'artiste achève seulement par le souvenir. Vaincu par la léthargie, il sombra dans l'inconscience, laissant le soin à Sedahsera de le ramener dans son caisson de stase.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Sam 17 Nov - 23:37

Une semaine s'était écoulée depuis son dernier rituel. Une semaine passée en méditations, que ce soit dans son bunker ou dans son caisson de stase. Sept jours passés à ruminer ses échecs. Chacune de ses tentatives pour atteindre les B.O.S.S avait été déjouée, que ce soit par le Dôme ou Sanctuary. Son seul succès restait d'avoir apparemment réussi à atteindre les Putréfacteurs. Il espérait que le Kreator d'Argoth, que la rumeur disait extrêmement onéreux à entretenir, avait souffert de la Rouille Suprême qui s'était abattue sur son syndicat.

Ce soir encore il devait réessayer. Absurd_Jedi se rendit donc dans son Temple pour y communier avec le Côté Absurde de la Force et les Grands Anciens. Les ondes ésotériques du Temple s'étaient bien affaiblies, depuis qu'avec des amis ils leur avaient réinsufflé, par le biais d'une sphère karmique, quelque puissance. A force d'utiliser la force mystique qui peuplait le lieu pour lancer ses sortilèges, il avait fini par presque l'épuiser. Pour ce soir cela suffirait, mais pour demain ?

Et pourtant, le combat devait continuer, il ne pouvait interrompre sa tâche sacrée. Assis en tailleur, quelques objets ésotériques disposés auprès de lui, le Jedi Fou entama une sombre mélopée. Faisant appel à tout son art, utilisant toutes les ressources disponibles, il fit appel au Côté Absurde de la Force afin de rassembler les énergies nécessaires. L'humour acide, corrosif, mordant, serait ce soir son arme et son allié.

Lentement, les ombres du Temple convergèrent vers lui, soulevant sur leur passage la poussière rouge du sol. Un tourbillon éthéré se forma autour de lui, dans lequel virevoltaient les particules pourpres. Une sombre lueur en émanait, qui aurait, s'il y en avait eu, renseigné les observateurs sur la finalité du processus : aucun doute à avoir, l'aura malsaine qui entourait le Jedi n'allait pas être synonyme de bonnes nouvelles pour certains.

Le tourbillon et son esprit s'élevèrent en même temps dans l'éther, comme d'habitude en direction du Dôme. Celui-ci, qui sur ce plan semblait fait de métal en fusion, pulsait de manière glauque, avertissant Absurd_Jedi que cette fois encore il perdrait l'affrontement s'il se risquait à défier sa puissance. Puisqu'il ne pouvait atteindre son ennemi, il tâcherait au moins de faire souffrir ses alliés. Le sortilège fut donc mené vers l'immonde charogne qui hantait le plan astral, reflet à peine déformé de son apparence matérielle.

Sa tâche achevée, le Ka du Jedi Fou revint dans son enveloppe corporelle, qui était maintenant allongée, semblant fixer l'espèce de chandelier qui pendait du plafond et sur lequel trônait une lampe allumée, pâle soleil éclairant la pénombre du Temple. L'Adepte était tellement épuisé par son rituel qu'immédiatement sa raison s‘en alla. L‘éclat de ce soleil d‘un crêpe se voila. Tout le chaos roula dans cette intelligence, Temple autrefois vivant, plein d‘ordre et d‘opulence, sous les plafonds duquel tant de pompe avait lui. Le silence et la nuit s‘installèrent en lui, comme dans un caveau dont la clef est perdue.

Il sentit qu'on le transportait dans son caisson de stase. Dans les bribes de conscience qui peuplèrent le temps avant que la porte du caisson ne se referme, il comprit qu'il venait de vivre une révélation. Il savait maintenant ce qu'il avait à faire. Il n'était pas encore prêt à engager une lutte frontale, il devait encore se préparer. La vision l'avait laissé calme, détendu, résolu. Tout était clair, maintenant : il n'avait pu l'emporter parce qu'il était trop faible, trop facilement sujet pouvoir de son ennemi.

Il avait besoin de se forger une armure, de se fermer totalement à la moindre influence extérieure, afin qu'il reste toujours maître de ses actes. Alors que la stase s'enclenchait, qu'il sombrait dans une inconscience bienvenue, propre à venir à bout de son extrême fatigue, deux mots, seuls, résonnaient dans son esprit embrumé par l'épuisement : « Fermeture hermétique ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Lun 19 Nov - 20:46

Les portes de la Salle de Déclaration de Guerre s'ouvrirent brutalement, repoussées violemment par Absurd_Jedi. Il entra dans la salle, parcourut les quelques mètres qui le séparaient du plus proche greffier, lui fit signe de prendre note de ses paroles et pris la parole. Son visage reflétait l'intense colère qui le motivait. Ses yeux injectés de sang fouillaient la salle à la recherche de quelqu'un...

« Putréfacteurs ! » cria-t-il, rompant soudainement l'atmosphère habituellement feutrée qui régnait dans ce lieu. Puis il cracha à terre, comme si sa bouche était souillée par la seule prononciation de ce nom. Il continua, en prenant soin de bien faire porter sa voix dans la pièce, afin que nul ici ne puisse l'ignorer.

« Vos actions vous ont mené un pas de plus dans l'abject et l'infâme ! N'avez vous donc aucune limite dans la déchéance ? Êtes vous corrompus au point de ne plus être humains ? Vos expériences impies vous ont-elles ravalées au rang de bêtes sauvages ? Vous ont-elles transformées en tas d'ordures ambulants à visage humain ? Sachez que nous ne vous laisserons pas nous traiter comme du bétail qu'on mène à l'abattoir.

Vous disposez de trois heures pour démanteler le syndicat Xochimicqui 52 et libérer les terraformeurs que vous y détenez. Passé ce délai nous prendrons les mesures qui s'imposent : si vous souhaitez qu'on vous traite en animaux, nous le ferons. Nous vous traquerons et vous abattrons à chaque occasion qui se présentera, avec autant d'égards que méritent les nuisibles et vermines que vos actions révèlent.

L'utlimatum prendra fin ce soir à 21h30. »

Ne voulant pas rester plus longtemps que nécessaire, Absurd_Jedi quitta la salle dès que sa déclaration fut dûment enregistrée par le greffier de la Firme. Il prit ensuite la direction du Bar du Forage.

* * * * * * * * * * * * *

Le sas du Bar s'ouvrit, révélant Absurd_Jedi, visiblement dans un état proche de la fureur aveugle. Marchant d'un pas violent, faisant résonner à dessein les bottes de son scaphandre, dont il n'avait pas voulu se séparer au vestiaire (à part le casque, qu'il avait enlevé), sur le sol, il se planta au milieu de l'assemblée. Puis il commença sa harangue, parlant d'une voix forte afin d'être entendu de tous :

« Terraformeurs ! Dudes !

La plupart d'entre vous sont au courant des récentes actions des Putréfacteurs. » Juste après avoir prononcé ce nom, il cracha par terre avec une expression de dégoût.

« Ce qu'ils ont fait est ignoble. Ces terraformeurs emprisonnés ne sont pour eux que du bétail qu'on mène à l'abattoir. Il est de notre devoir d'aller les libérer. »

Il sembla se concentrer quelques instants. Les écrans du Bar grésillèrent soudain, puis montrèrent des images horribles. Visions de charniers, d'humains maltraités, sous-alimentés au point d'en être squelettiques, parqués dans des camps comme du bétail, exploités, utilisés, réduits au rang d'objets par leurs bourreaux. Des noms lugubres défilaient en accompagnant ces images : Dachau, Buchenwald, Majdanek, Treblinka, Sobibor, Belzec, Chelmno, Auschwitz-Birkenau...

« Voilà ce que j'ai vu lors d'un de mes passages aux Archives. Voilà jusqu'où la barbarie peut nous amener. Voilà ce que les Putréfacteurs (encore une fois, il cracha dès que ce nom eut franchi ses lèvres) veulent faire. Même si vous désapprouvez les actions qui ont entraîné ces héros dans les geôles des Pourris, il est de votre devoir, de notre devoir de lutter contre cette infamie.

Ces prisonniers, ce pourrait être moi, ça pourrait être vous ! C'est l'heure du choix : vous pouvez lutter contre ces pratiques impies ou cautionner ces actes immondes par votre passivité, voire même si vous êtes de la même trempe que ces raclures, collaborer avec eux. Le choix est vôtre. Le mien est déjà fait : je traquerai ces ordures qui rabaissent l'homme à la condition d'animaux ou de choses.

J'entends ici tous les jours beaucoup de déclarations enflammées quant aux glorieux idéaux que défendent tel ou tel syndicat, tel ou tel groupement de terraformeurs. Le temps est maintenant venu de montrer véritablement si ces belles paroles reflètent la réalité. Le temps est maintenant venu de savoir de quel bois vous êtes faits : êtes vous des Dudes, des vrais, ou n'êtes vous que des moulins à vent ? »

Les images sur les écrans revinrent à la normale dès qu'Absurd_Jedi eut fini son discours. Puis il se dirigea vers une table un peu à l'écart, dans un coin sombre, afin d'observer les réactions à son message, en repensant à l'ultimatum qu'il venait de lancer dans la Salle de déclaration de guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Mar 20 Nov - 0:08

Trois heures. Ça y est, elles étaient écoulées. L'ultimatum était arrivé à son terme. Assis sur son siège, accoudé à un table qu'il avait prudemment choisie comme étant un peu à l'écart, Absurd_Jedi vit en consultant une des horloges du Bar qu'il n'avait plus d'alternative. Il retourna donc dans son bunker pour se préparer. Sa parure d'Adepte ne le quittait plus ces derniers temps, il n'eut donc qu'à prendre quelques artefacts ésotériques qu'il y conservait et à les ramener dans son Temple.

La rage qui l'animait plus tôt dans la soirée s'était muée en froide détermination. Venu de nulle part, il entendait dans sa tête une voix murmurer faiblement : « Sur toutes les pages lues, sur toutes les pages blanches, pierre sang papier ou cendre ; J'écris ton nom... ». Assis en tailleur, dans son temple, il méditait. La petite voix dans son esprit, inlassable, continuait sa litanie : « ...sur les images dorées, sur les armes des guerriers, sur la couronne des rois ; J'écris ton nom... ».

Il appela à lui les Ombres du Temple. Le tourbillon qui lui était maintenant familier se créa autour de lui, la tornade de noirceur charriant la poussière rouge du sol s'éleva jusqu'au plafond. Et toujours la complainte résonnait : « ...sur la vitre des surprises, sur les lèvres attentives, bien au-dessus du silence ; J'écris ton nom... ». Il sentit sous ses mains, posées l'une sur un Crâne des Grands Anciens et l'autre sur une statuette étrange, les artefacts disparaître en poussière comme il en puisait la puissance pour alimenter son rituel.

Des héros étaient emprisonnés, condamnés par leurs bourreaux à l'abattoir, comme de vulgaires bestiaux. Certaines images, épisodes douloureux de l'histoire humaine, imprimés dans son cerveau lors d'une séance d'apprentissage accélérée sous hypnose refaisaient surface lorsqu'il songeait aux geôles où Lypscao, son Maître, était détenu. « ...sur l'absence sans désirs, sur la solitude nue, sur les marches de la mort ; J'écris ton nom... » : la voix qui accompagnait sa conscience se faisait plus forte au fur et à mesure que les énergies mystiques s'accumulaient autour de lui. Quelques ossements humains, dans le Temple, furent transformés en poudre...

Quand il estima qu'il était suffisamment prêt, il laissa le rituel partir en direction de sa cible. Le sortilège bien nommé oxyderait le matériel de ses ennemis. Il espérait qu'il pourrait également faire rouiller les barreaux qui retenaient les condamnés. « ...sur mes refuges détruits, sur mes phares écroulés, sur les murs de mon ennui ; J'écris ton nom... ». Il concentra tout son esprit sur ce but : que les portes, les barres qui bloquaient la sortie à ces malheureux s'effritent sous leurs doigts, tombent au sol en une cascade de particules rouges.

Même sous sa forme éthérée, dans le plan astral, la signature de ses adversaires était facilement reconnaissable : l'aura de putréfaction, de pourriture qu'ils dégageaient était repoussante. « ...sur la santé revenue, sur le risque disparu, sur l'espoir sans souvenir ; J'écris ton nom... » : comme il approchait du but, la litanie mentale semblait augmenter de volume, combattant l'oppression des Putréfacteurs par sa seule présence. Lorsqu'il sentit qu'il était temps de relâcher les énergies suscitées et de leur laisser faire son oeuvre, il ajouta une touche personnelle au rituel.

Il ouvrit son esprit, laissant toutes les images horribles qui le peuplaient, ces évocations d'hommes d'autrefois que la barbarie avait piégé pour les conduire à la mort comme ces braves actuellement emprisonnés, se répandre autour de lui. Ainsi les bourreaux, connaîtraient les tourments qu'ils infligeaient à leurs captifs. Et la voix dans son esprit prit sa pleine mesure, déployant sa puissance pour scander : « ...et par le pouvoir d'un mot, je recommence ma vie, je suis né pour te connaître, pour te nommer... ».

Puis un mot, un seul, retentit dans son esprit, clamé de manière claire par une voix multiple, semblant constituée d'une myriade d'autres, celles de tous ceux qui subissaient une forme d'emprisonnement, clamant à l'unisson : « ...LIBERTE... ». Les échos de ce cri primal retentirent longtemps dans la tête du Jedi Fou, l'accompagnant jusque dans sa stase.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Dim 25 Nov - 0:32

Une fois n'est pas coutume, Absurd_Jedi n'était pas dans son Temple. Il était dans le bureau du Boss de Pouyouland. Un bureau assez spécial, cela dit : au mur, les affiches réglementaires de la Firme où étaient inscrits nombre de renseignements et de consignes étaient recouvertes par de nombreuses affiches datant du XX ème siècle : Mel Brooks et les Monthy Pythons y côtoyaient Desproges, Les Nuls ou Woody Allen...

Les écrans contrôlant les caméras de surveillance avaient été trafiqués, différents documents vidéo y tournaient en boucle : La vie de Brian, l'intégrale des Minutes Nécessaires de Monsieur Cyclopède, les Temps Modernes de Chaplin... Le Jedi Fou semblait présentement en train de rentrer des informations dans un ordinateur en utilisant les commandes vocales :

- Mais nuke, j'te dit ! S'exclamait-il, visiblement exaspéré
- Commande inconnue, veuillez réitérer votre demande, lui répondait une voix métallique
- Nuuuuuuuke !
- Commande validée : Nuke syndical. Veuillez nommer votre cible
- Pourris !
- Syndicat inconnu, veuillez réitérer votre demande. Pour des raisons de sécurité, le programme est intégralement réinitialisé.
- Bordel de machine ! C'est pas compliqué, pourtant !
- Commande inconnue, veuillez...

Finalement, après une bonne demi heure de lutte acharnée, l'ordinateur sembla enfin comprendre les directives du Jedi. « Nukes programmés. Cible choisie : concession syndicale des Putréfacteurs. » affichait-il. Ne restait plus qu'à appuyer sur le bouton rouge, situé sur le bureau. Le Jedi abbatit lourdement son poing dessus afin de déclencher l'impulsion électrique qui donnerait vie aux missiles tactiques dont il disposait. Son visage se décomposa et il poussa un cri de douleur : il n'avait pas relevé le petit capot transparent aux arêtes vives qui protégeait le fameux bouton de toute manipulation accidentelle.

N'ayant pas atteint son but cette fois, il s'entêta allant jusqu'à revêtir un gant de Marsball afin de protéger sa main. Comme d'habitude dans ce genre de conflit stériles, le plus intelligent céda le premier : le capot céda dans un craquement sinistre et le bouton fut enfoncé et avec lui une petite partie du bureau. La voix électronique annonça alors quelque chose qui fut couvert par des crépitements : manifestement, les composants n'avaient pas apprécié la manière dont ils avaient été traités.

N'ayant rien compris, le Jedi décida de faire comme on le lui avait recommandé avec les ordinateurs, méthode qui, si on en faisait une analogie en domaine de la mécanique, consisterait, pour réparer une voiture qui vient soudainement de tomber en panne, à descendre du véhicule en coupant le moteur et y remonter et relancer l'engin aussitôt. Il appuya donc sur le bouton « reset » de l'ordinateur. La voix annonça, déformée :

- crrrrr... Ident...ation... shhhht
- Absurd_Jedi !
- schcritch... ation... id... ation...
- Absurd_Jedi, résidant en zone Solhnofen, s'pèce de débile ! Hurla-t-il en tapant la machine...
- pshhht... ordre... ccepté... valid... Nuke z...ne... Solh...fen lancé... crrrr
- Oups...

Dans les silos du syndicat, deux séries de missiles à ogives nucléaire tactique furent programmés pour des coordonnées précises. Les réacteurs de leurs fusées s'allumèrent, des sas s'ouvrirent et ils jaillirent dans le ciel maritien... Pendant ce temps, Absurd_Jedi cherchait comment faire fonctionner le transmetteur voxcam à faisceau large de son bureau.

* * * * * * * * * * * * *


Simultanément, les écrans du Bar du Forage et de la Grande Salle de Déclaration de Guerre affichent les mêmes images : une transmission venant de Pouyouland, où Absurd_Jedi est apparemment en train de s'affairer (visiblement au hasard) sur les différents appareils électroniques de son bureau, un manuel d'utilisation à la main...

« Mais il est où ce foutu bouton 3-A ? Rhaa, j'ai bien dû appuyer dessus, j'ai fait tous les boutons du bureau ! »

Puis, avisant son écran, il se rend compte que la communication a déjà débuté. Paraissant soudain embarrassé, il commence à s'adresser à son auditoire :

« Euh... héhéhé, Pouyou tout le monde !!! Juste un petit message officiel à faire passer... »

Reprenant une certaine contenance, il poursuit :

« Vous les Pourris ! Je vous le redis : tant que vous n'aurez pas relâché les terraformeurs que vous tenez captifs à Xochimicqui, je n'aurai de cesse de vous poursuivre. J'espère que vous avez apprécié le petit cadeau que je vous ai fait aujourd'hui. J'en ai encore plusieurs du même genre en stock si vous persévérez dans votre attitude barbare. Je ne vous permettrai pas de traiter des hommes comme du bétail.

Vous continuerez à être harcelés tant que votre infâme mascarade n'aura pas pris fin. Relâchez vos prisonniers. »

Un dernier sourireà l'objectif de la caméra qui le filme et le Jedi Fou conclut la communication.

« May the Absurd Side of Force be with you...

Pouyou !!! »

http://www.mars-help.com/eur/viewtopic.php?t=2746
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Dim 25 Nov - 18:50

Deux fois ne sont toujours pas coutume, Absurd_Jedi se retrouvait dans le bureau du Boss de Pouyouland. En plus, il n'était pas seul : à ses côtés, une pulpeuse et sensuelle secré... Ah, tiens, non, c'était un technicien de la Firme, appelé là pour résoudre quelques problèmes d'électronique, chapitrait vertement le Jedi au sujet de sa précédente utilisation du bouton à Nukes :

- Je vous ai réparé votre installation, mais la prochaine fois vous suivez les instructions, hein !
- Oui M'sieur, répondit le Jedi, comme un enfant à qui son professeur fait une réprimande
- Oubliez pas : vous soulevez le petit capot vitré avant d'appuyer sur le bouton... Vous n'encastrez pas le tout dans le bureau comme la dernière fois !
- Oui M'sieur
- (tendant une facture) Bon, ça nous fera 100.000 témis
- Quoi ? Pour un simple bouton ? C'est une arnaque !
- Non, c'est le tarif pour une intervention sur place un dimanche, monsieur...
- (sortant sa TEM-Card en grommelant) Hors de prix... Firme vénale... cupide...
- Holà, monsieur ! Cessez de marmonner ainsi, c'est pas le Grommelle du pouvoir d'achat, ici !

Une fois que le technicien fut sorti, non sans avoir jeté un dernier regard ébahi aux affiches peu orthodoxes pour un bureau de Boss, Absurd_Jedi entreprit de programmer sa prochaine action sur l'ordinateur. Au prix d'une demi heure de discussions acharnées avec le module vocal et d'un certain nombre de claques bien senties sur le boîtier de la machine, il réussit à obtenir ce qu'il voulait. La voix synthétique annonça alors :

- Nuke syndical enclenché. Cible désignée : Putréfacteurs. Compte à rebours enclenché... Une minute avant la mise à feu...
- Ehh !!! Mince, mon message... Si j'me dépêche pas il va pas partir !

Les occupants actuels du bunker syndical eurent la surprise de voir Absurd_Jedi courir à toute allure dans les couloirs, un morceau de papier dans une main et un rouleau de ruban adhésif dans l'autre. La discipline du 100m-couloir glissant aurait-elle existé que le Jedi Fou y eût décroché une médaille. Il arriva, essoufflé, au silo de stockage des missiles dix-sept secondes seulement après le début du décompte, sans avoir lâché aucun des objets qu'il tenait en main.

Quelques secondes furent nécessaires pour ouvrir la porte qui y donnait accès, après quoi le Jedi s'y engouffra, fonçant vers les missiles qui étaient déjà sur le pas de tir. Il apposa la feuille sur un des missiles puis entreprit de l'y maintenir fermement à l'aide d'une bonne longueur de ruban adhésif transparent. Il fit tout cela avec célérité, sous les regards ahuris de ceux qui l'avaient vu foncer dans les couloirs et l'avaient à tout hasard suivi. Vingt-trois secondes avant la mise à feu des fusées, il sortit du silo, referma la porte et s'y adossa. Ses compagnons médusés l'interrogèrent :

- C'est quoi ce papelard ? C'est une incantation pour augmenter la puissance de l'explosion ?
- Nan, c'est une lettre pour le Putride : j'ai beau essayer de m'adresser à lui, j'ai jamais de réponse. Alors comme ça je suis sûr qu'il va la recevoir.
- Mais... euh, elle va résister à l'explosion, ta lettre ?
(un tremblement parcourt le bunker syndical : les missiles viennent de décoller)
- Oups...

Puis le Jedi se dirigea vers le centre de communication, résigné à devoir faire passer son message par des voies plus conventionnelles...

* * * * * * * * * * * * *


Les écrans du Bar du Forage et de la Grande Salle des Déclarations de Guerre annoncèrent simultanément : « Message en provenance de Pouyouland ». Puis cette annonce fut remplacée par la face ronde d'Absurd_Jedi :

« Vous les Pourris ! Ceci est un nouvel avertissement. Je n'ai de cesse de vous le dire, mais vous ne réagissez pas : tant que vous n'aurez pas relâché les terraformeurs que vous tenez captifs à Xochimicqui, vous continuerez à subir nos foudres. Je viens de vous faire un deuxième petit cadeau radioactif. En voulez vous un troisième ? Êtes vous à ce point butés et bornés ?

Vous continuerez à être harcelés tant que votre infâme mascarade n'aura pas pris fin. Relâchez vos prisonniers. »

Un dernier regard à la caméra et le Jedi Fou conclut la communication :

« May the Absurd Side of Force be with you...

Pouyou !!! »

http://www.mars-help.com/eur/viewtopic.php?t=2746
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Lun 26 Nov - 7:09

Trois fois... Ben trois fois, ça commence à devenir coutumier. Absurd_Jedi était affalé sur le bureau du Boss de Pouyouland, ronflant bruyamment. Devant lui, un réveil égrenait imperturbablement le temps qui passe... A 4h00 précises, il sonna, émettant un son strident dont le volume et la sonorité semblaient propres à réveiller les morts. D'un revers de la main, le Jedi le fit basculer du bureau et s'écraser au sol. Le craquement qui résulta du choc avec le parquet, ainsi que l'interruption de la sonnerie en dirent long sur l'état de l'appareil après sa chute.

A 4h05, une autre sonnerie retentit dans le bureau. Cette fois, elle provenait du haut d'une armoire où un autre réveil avait été déposé en prévision du sort hautement prévisible qui avait frappé le premier. Absurd_Jedi bougea : une de ses mains saisit un presse papier et d'un geste dont la précision contrastait avec la somnolence du Jedi Fou, le lança sur l'objet importun, le réduisant au silence (le tout en gardant ses paupières hermétiquement closes !). Ce ne fut que 15 minutes plus tard, au prix de trois autres réveils ingénieusement (mais pas assez, dirait-on) disposés dans la pièce, que les yeux de l'occupant du bureau daignèrent enfin s'ouvrir.

Il consulta l'horloge murale et se rendit compte qu'il avait encore un peu de temps avant l'heure fatidique. Il en profita donc pour aller se chercher un café au distributeur, le but, puis décida qu'il avait besoin d'un deuxième avant d'entamer sa lutte avec l'ordinateur pour lui faire comprendre ses instructions. Résigné, sachant qu'il n'avait pas d'autre moyen d'obtenir ce qu'il voulait, il s'installa devant le terminal de son bureau, posa son café à côté du clavier et commença à transmettre par voix orale ses commandes :

- Identification : *baille* Absurd_Jedi *baille*
- Utilisateur inconnu. Veuillez recommencer la séquence d'identification en éliminant les distortions ou bruits parasites, répondit la voix synthétique
- Rhaa ! Absurd_Jedi, j'te dis, machine de merde ! *met une claque sur le boîtier*
- Identification confirmée : utilisateur Absurd_Jedi connecté. Veuillez donner vos instructions.
- Nuke syndical. Cible : Putréfacteurs
- Action enregistrée. Veuillez confirmer.
- Mais tu vas faire c'que j'te dis, ouais ! *autre claque sur le capot*
- Commande inconnue, veuillez confirmer l'ordre précédemment donné ou il sera annulé
- Saleté !

Voulant donner un autre coup à l'ordinateur, Absurd_Jedi accroche avec la manche de sa bure son gobelet rempli de liquide fumant, qui se renverse sur le clavier... Des crépitements accompagnés de quelques étincelles jaillissent, suivis d'une fumée peu rassurante, pendant que la voix électronique pérore avec son ton monotone : « Confirmation enregistrée, séquence de nuke activée ».

A cette annonce, le Jedi se détend : il part chercher un autre café pour remplacer celui renversé et revient s'asseoir à son bureau, posant la tasse sur le bureau afin de laisser à la boisson le temps refroidir un peu. Il se penche en arrière afin de reposer sur le dossier de sa chaise, soulève ses jambes et pose ses bottes sur son bureau. Lorsqu'une minute après il sent les vibrations indiquant que son cadeau empoisonné est parti, un sourire narquois vient orner son visage. Puis il se redresse brutalement.

Il ne remarque même pas qu'il vient, ce faisant, de heurter du pied sa tasse de café qui va se répandre au pied du bureau, directement sur l'unité centrale d'un ordinateur qui se trouvait là, faute d'autre place où la ranger avec le foutoir régnant dans le lieu. Ne se doutant de rien, il active les relais de communication afin de faire passer un message, sans apercevoir la fumée, plus dense que la précédente, qui commence à envahir la pièce.

* * * * * * * * * * * * *


Sur les écrans du Bar du Forage ainsi que de la Grande Salle de Déclaration de Guerre, apparaît le visage d'Absurd_Jedi. Malgré les cernes sous ses yeux, sa voix reste ferme lorsqu'il déclare :

« Vous les Pourris ! Une nouvelle preuve de notre détermination vient de vous être offerte. Dois-je vraiment continuer à vous en donner ? Relâchez les terraformeurs que vous tenez captifs à Xochimicqui ! Je n'ai cure de la vengeance que vous souhaitez appliquer à leur égard, mais j'ai vos méthodes en horreur : je ne permettrai pas qu'on rabaisse des Hommes au rang d'animaux qu'on parque avant de mener froidement à l'abattoir !

Vous continuerez à être harcelés tant que votre infâme mascarade n'aura pas pris fin. Relâchez vos prisonniers. »

Les quelques spectateurs pouvaient clairement observer, à l'écran, ce qui échappait au Jedi, concentré sur sa communication : une fumée noire s'élevait autour de lui... Il s'apprêtait comme d'habitude à conclure son message par sa formule rituelle, lorsque :

- (renifle et sent enfin une odeur bizarre) snif...May the... snif?... Absurd Side of...
- Incendie détecté. (une sirène rugit) Systèmes de protection automatiques enclenchés, débita une voix enregistrée
- Rhaa ! Mais c'est quoi ce (aperçoit la fumée)... Oh, nom de...

Le reste des paroles d'Absurd_Jedi fut couvert par la sirène, alors que les sprinklers du bureau déversaient sur lui une douche froide qui acheva totalement de le réveiller... Puis la communication fut coupée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Ven 30 Nov - 1:58

Profitant de l'instant d'hébétude qui suit son invocation karmique, Absurd_Jedi se place au centre du Bar. Les artefacts composant sa parure d'Adepte pulsent au rythme de sa colère, émettant une lueur angoissante. D'une voix forte, il annonce :

« ACIDALIENS ! Votre folie et votre arrogance vous ont poussé à vouloir empêcher la libération des prisonniers de Xochimicqui. Vous défendez des Ordures sans foi ni loi qui rabaissent l'homme au rang de bête. Je ne vous ai pas forcé la main, vous avez fait vos propres choix, en vos âmes et consciences... Puisque par ces actes vous montrez clairement à quel point elles sont corrompues et viles, vous ne me laissez pas le choix. Préparez vous à connaître la Colère des Grands Anciens ! »

Pendant qu'il prononce ces mots, les ombres du Bar semblent converger vers lui, pour former une aura de noirceur autour de sa personne. Alors qu'il semble totalement recouvert par le manteau de nuit que sa colère a suscité, celui-ci éclate soudainement, projetant des lambeaux d'obscurité à travers le Bar. Certains vont frapper les terraformeurs portant l'écusson d'Acidalia présents dans la pièce, d'autres disparaissent au travers des murs. Ceux que les filaments de noirceur frôlent sentent un frisson parcourir leur échine, alors que ceux atteints directement se recroquevillent sous l'effet d'une terreur surnaturelle. Puis le Jedi Fou continue :

« PUTREFACTEURS ! Vous croyez peut-être qu'envoyer vos laquais à mes trousses pourra me stopper ? Vous pensez que vous terrer pour m'ignorer pourra m'amener à vous oublier ? Chaque jour qui passe je songe à ces malheureux tombés entre vos griffes ! Chaque nuit mes rêves sont hantés par les images des souffrances qu'ils endurent, victimes de votre démence. Cessez vos insanités ! Craignez la Colère des Grands Anciens ! »

Une fois encore, les Ombres semblent obéir au Jedi et partent frapper les Putréfacteurs. Après cela, il reste immobile quelques secondes. Quelques terraformeurs reprennent contenance, des murmures, pour la plupart indignés, commencent à se faire entendre dans la salle. Avant que cela ne s'amplifie en un brouhaha au dessus duquel il ne pourrait se faire entendre, Absurd_Jedi reprend :

« Quant à vous, terraformeurs... Même si elle n'est pas dirigée spécifiquement contre vous aujourd'hui, sachez que vous ne pourrez, s'Ils le décident, vous soustraire à Leur colère. Car Ils sont l'ombre et la lumière, la damnation et le salut, le début et la fin. Ne croyez pas en l'impunité ! Nos décisions, nos actions, leurs conséquences, nous suivront tous au delà de la Grande Barrière de Métal.

Quelle terreur nous saisira, lorsque le juge apparaîtra pour tout scruter avec rigueur ! Le livre alors sera produit, où tous nos actes seront inscrits ; tout d'après lui sera jugé. Lorsque le Juge siégera, tous les secrets apparaîtront, rien ne restera impuni. Jour de larmes que ce jour là, où surgira de la poussière le pêcheur, pour être jugé!

Alors le coupable sera puni ! L'égoïste qui préfère son confort personnel plutôt que d'aller secourir ses frères sera hué ! Le lâche, l'hypocrite qui brasse du vent pour ne pas avoir à agir sera conspué ! Le parjure qui prête serments d'honneur et de loyauté sans les honorer sera châtié ! Des camarades, des amis, des frères, sont retenus captifs et traités comme du bétail : allez vous rester inactifs face à ça ? »

Ayant terminé son sermon, le Jedi gagne la sortie. Sur son passage, il frôle le Juke Box : des relents d'énergie mystique l'accompagnent encore, l'appareil se met à jouer le Dies Irae de Mozart, emplissant le silence suivant les déclarations du Jedi de ses accords terribles. Dès que le casque de son scaphandre est en place, il active le communicateur radio pour joindre le centre de commandement de Pouyouland :

« Sedah ? C'est bon, tu peux y aller. Oui, les moutons m'ont écouté. J'en ai terminé, ici, pour le moment. Espérons qu'ils n'ont pas tous été châtrés. »

http://fr.youtube.com/watch?v=EYGtVDyWDcc

* * * * * * * * * * * * *


Arrivé dans son Temple, Absurd_Jedi se rendit compte que la puissance y était revenue... Sans doute un effet de sa sphère. Cependant, cette énergie était faite de haine et de colère, elle n'avait rien à voir avec la puissance tranquille et sereine qui peuplait le Temple autrefois. « Bah » se dit-il « ça conviendra pour ce que je compte en faire ».

Puis il fit appel au Côté Absurde de la Force, à l'humour acide et caustique, afin de préparer une Rouille Suprême. Une tornade corrosive se leva dans le Temple, qu'il dirigea sur les concessions Acidaliennes... « Héhéhé, ça fera du bien à leurs kreators... » pensa-t-il avant de sombrer dans l'inconscience et d'être conduit dans son caisson de stase...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Ven 1 Fév - 20:41

Les portes du Temple de l'Asile s'ouvrirent brusquement, les battants violemment repoussés par des mains pressées. Le Jedi Fou entra dans son lieu de recueillement. Il était en sueur, essoufflé. Les jambles flageolantes suite à la course effrénée qu'il venait de mener dans les couloirs de l'hopital psychiatrique, il referma les portes du lieu sacré avant de les bloquer en entassant devant elles tout ce qu'il put trouver de lourd et volumineux dans l'édifice.

Une fois qu'il se fut convenablement barricadé, il entreprit une fouille scrupuleuse du lieu, suivant une méthode très... « personnelle » : affectant une démarche nonchalente, sifflotant un air débile, il parcourut en tous sens son Temple. Au moindre bruit suspect (goutte d'eau formée par la condensation tombant sur le sol, changement dans le raclement du vent sur le Dôme, etc...), il bondissait brusquement en direction de la plus proche « cachette » pour tenter de débusquer l'intrus potentiel.

Après plusieurs minutes de ce manège, passées à déambuler dans le Temple, à jaillir ainsi derrière chaque colonne, à ouvrir brutalement toutes les portes internes du batiment, il réussit à se convaincre qu'il était seul dans le lieu. Il poussa un soupir de soulagement en s'adossant à un mur :

« Ouf, j'ai enfin réussi à les semer, ces empêcheurs de rouiller en rond... »

Quelques coups frappés sur les portes d'entrée du Temple le firent sortir de l'état béatifique dans lequel cette constatation l'avait plongé : ils revenaient le chercher ! Vite, il devait agir, il n'avait que peu de temps devant lui avant que sa barricade improvisée ne cède. Il se dirigea vers les alcôves où étaient rangés les objets ésotériques, en prit un dans chaque main puis s'assit en tailleur à même le sol.

Depuis trop longtemps il retenait cela. Depuis trop longtemps le feu vengeur couvait en lui, le dévorant, brûlant ses entrailles faute d'avoir une autre cible. Mais là... là, il allait pouvoir le libérer, personne n'était là pour l'en empêcher. Un sourire féroce passa fugitivement sur son visage avant qu'il commence l'incantation. Encore une fois, un vent spectral, surgi de nulle part, balaya le Temple, charriant avec lui la poussière accumulée dans ce lieu ainsi que, semble-t-il, toutes les ombres produites par le faible éclairage.

Ces rafales de ténèbres et de poussière ocre vinrent s'assembler autour d'Absurd_Jedi, formant une colonne tourbillonnante dont il était le centre. Les reliques dans ses mains furent réduites en poudre, trnasfigurées par les énergies mystiques à l'oeuvre dans le Temple. Levant ses mains d'où coulaient des rivières de poussière, l'Adepte relacha son rituel, le dirigeant vers ses ennemis, ceux qu'il s'était trop longtemps retenu de frapper. La nuée couleur rouille parcourue de ténèbres sembla s'embraser, avant de disparaître, accompagnée des imprécations du Jedi Fou...

« Que le feu purificateur se repaisse de votre corruption ! Qu'il brûle votre suffisance et votre morgue ! Qu'il réduise vos ambitions impies en poussière ! »

Au moment même où la barricade de fortune ainsi que les portes cédaient sous les coups de boutoir des infirmiers, Absurd_Jedi, à bout de forces, s'affala par terre, un sourire extatique sur son visage, murmurant d'une voix faible :

« Car eux aussi sont poussière... et retourneront à la poussière... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Ven 1 Fév - 20:41

Absurd_Jedi sortit de son caisson de stase, qui avait soigné la vilaine hypothermie consécutive à une sortie la veille. Il découvrit, surpris, les deux infirmiers qui montaient la garde assomés, gisant inanimés mais toujours vivants au pied de son caisson. Perplexe, il passa au peigne fin son bunker afin d'essayer de découvrir ce qui s'était passé, mais en vint, sans parvenir à trouver la solution de cette énigme.

Ce ne fut qu'après avoir revêtu son scaphandre et être sorti pour méditer dans son Temple qu'il comprit ce qui s'était passé. Un pieu de soumission trônait sur sa concession. Un pieu qui arborait le blason répugnant des B.O.S.S. C'était donc cela ! Ils avaient activé le Pieu pour tenter de l'électrocuter. Il n'avait dû son salut qu'à son caisson de stase... Les infirmiers, eux, s'étaient trouvés au mauvais endroit au mauvais moment.

Le Côté Absurde de la Force était avec lui. L'ironie avait voulu qu'en le soumettant, ils l'avaient libéré. Ha ! Il n'avait plus ces deux lourdauds patibulaires sur le dos qui l'auraient sûrement empêché par stupéfiants ou contention d'agir à sa guise. Par mesure de précaution, il prit le temps de revenir dans son bunker ligoter les deux malheureux histoire d'être sûr de ne pas être dérangé avant de s'isoler dans son Temple.

Il était libre ! Libre de reprendre sa vendetta ! Un rictus carnassier s'afficha sur son visage pendant qu'il songeait au coup qu'il allait porter. Une fois parvenu dans l'enceinte sacrée de son lieu de recueillement, il alla chercher quelques objets dans les alcôves creusées dans les parois. Révérencieusement, il en sortit quelques restes humains, une statuette, ainsi qu'une sphère karmique.

Il se plaça en position de méditation, assis en tailleur à même le sol, puis invoqua la puissance du Côté Absurde de la Force. Des ténèbres peuplant le Temple surgit l'humour noir et morbide, un humour à faire peur. S'assemblant autour du Jedi Fou, les ombres décrirent une danse macabre autour de lui, entrelacs macabre de formes sinistres et changeantes. Puis, ayant apparemment reçu leurs consignes de celui qui les avait suscitées, elles disparurent, se fondant dans les murs, pour aller remplir de crainte le coeur des alliés des B.O.S.S.

La statuette et les restes humains étaient tombés en poussière lorsque l'Adepte avait utilisé leur énergie ésotérique pour alimenter son rituel. Seule restait la sphère karmique. Le Jedi la saisit, se leva et quitta son Temple. Ce qu'il avait à faire maintenant, il devrait le faire dans la solitude du désert profond, avec pour seul spectateur l'Univers.

Une fois ces conditions remplies, il reprit sa posture méditative pour focaliser son attention sur son ennemi juré, Sanctuary. Combattre le feu par le feu, hein ? Il imagina son rival, son Temple souillé... Et il fit appel à la puissance contenue dans la sphère pour s'infiltrer là bas et tenter de dissiper toute l'énergie contenue dans ce lieu impie.

Quant il reprit conscience, il était allongé, la face vers le ciel, à la surface de Mars. Il avait dû s'affaler pendant sa méditation, incapable de conserver sa position assise tant le sort karmique avait sollicité ses forces. Il n'arrivait pas à déterminer les résultats de celui-ci d'ailleurs... Une douleur lancinante lui vrillait les tempes. « Qu'importe ! », pensa-t-il « l'important a été d'au moins essayer, de ne pas courber l'échine en jetant quelques bêlements affolés comme les autres moutons... ».

Il se leva pour rentrer à son bunker. Il se sentait faible, ses jambes arrivaient à peine à supporter son poids. Le rituel avait vraiment été très éprouvant. Une fois la station debout retrouvée, il se rendit compte en sentant le filet de liquide chaud et poisseux couler sur son visage qu'il saignait du nez. D'un pas las et traînant il retourna chez lui. Sur le chemin du retour il croisa de nouveau le Pieu planté plus tôt par Psychobob. Sa bouche s'orna un instant d'un sourire fatigué, amusé qu'il était par l'ironie du sort.

Bah, il s'occuperait de ce pieu plus tard ! Pour le moment, le plus important était de se reposer. Et puis : laisser ce signe lui permettrait de se rappeler ce sarcasme du destin qui avait voulu que ce soient les B.O.S.S en voulant l'atteindre qui lui aient permis de reprendre sa croisade...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Ven 8 Fév - 17:30

Absurd_Jedi était intrigué par l'étrange appareillage qui trônait dans le bar, et qui semblait produire des sons au gré des facéties des clients. Ayant vu nombre de terraformeurs faire une offrande (généralement des objets incongrus, rarement des témis, car cela déclenchait l'ire de certains, qui disaient que "ça détraquait la machine") à l'étrange objet, il en conclut qu'il s'agissait d'une forme d'autel dédié à une quelconque divinité de la musique et que celle-ci récompensait le donateur par une mélodie, chanson, ou une cacophonie selon qu'elle avait ou non apprécié le don.

Il s'approcha précautionneusement, inspecta brièvement la chose, trouvant rapidement la fente qui servait à déposer les offrandes. Il farfouilla dans ses poches, cherchant un cadeau susceptible de plaire à la "divinité du Juke-Box". Il en ressortit quelques témis, des capsules de bouteilles et quelques cailloux prélevés sur le sol rocailleux de Mars. Que choisir ?

Après réflexion, il se décida pour les cailloux. Après tout, ce qui importait était le symbole. Et quel meilleur symbole, dans ce cas, que ces pierres, façonnées par le vent abrasif de la Planète Rouge, chargées d'une histoire plus que millénaire, emblèmes du travail harrassant, des peines et des souffrances des terraformeurs peuplant ce corps céleste ?

Il introduisit donc les bouts de roches dans la fente prévue à la base pour recevoir des pièces et appuya (au hasard), comme il l'avait vu faire par d'autres, sur les boutons de la chose. Et là, miracle ! Une musique entrainante jaillit de la machine, un hymne à la joie de vivre, exhortant à vivre pleinement chaque seconde de la vie, même la dernière...

Sifflotant gaîment en accompagnant la chanson, il alla commander une bière à Gros Robot avant d'aller regagner sa place pour y écouter tranquillement, le sourire au lèvres, cette chanson qui avait traversé les âges :

http://fr.youtube.com/watch?v=jHPOzQzk9Qo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Mer 27 Fév - 17:51

Dans un coin du Bar sombre, comme il se doit, se tenait une réunion discrète. Une dizaine d'Adeptes étaient en plein conciliabule. Quelques mots passaient parfois par dessus le brouhaha ambiant : « Adeptus Corpus... », « ...cérémonie... ». La discussion semblait passionnée et personne ne souhaitait déranger les Adeptes dans leurs besognes. Autour d'une table, de quelques verres et/ou cigarettes, Herkus, Tam, Hera, Jorune, Jethrophobic, Absurd_Jedi, Arwyen, Dakkin devisaient de Foi, de Théologie, et d'organisation du Culte.

Soudain, Gros Robot, brutal comme seul un être dénué de sentiment peut l'être, rompit l'atmosphère mystérieuse de la réunion d'Adeptes, attrapant bruyemment un impudent qui tentait de verser du Turbo Lax dans le verre d'Hera. Le fautif se vit, tel un gamin, puni à une basse corvée sous les quelques applaudissements ironiques, sifflets moqueurs et applaudissements gras habituels dans ce cas produits par les buveurs stationnés dans le Bar.

Pendant que Mandrakore, l'insouciant qui dérangeait un membre du Conseil de l'Adeptus Corpus en pleine réunion nettoyait des verres, les conversation à la table des Adeptes reprirent. Sur un ton un peu plus bas, un peu plus sombre. Laisser passer un tel affront n'était pas bon. Quelques sphères karmiques circulèrent, passèrent de main en main, jusqu'à ce qu'Absurd_Jedi soit en possession de 3 d'entre elles.

Avec un rictus mauvais, il se leva et apostropha la canaille qui usait, derrière le comptoir, une brosse à dents sur quelques verres avec un sourire niais. Dans la main droite du Jedi Fou, une sphère rougeoyait, pulsant sur un rythme lent, répandant une lumière sanguine dans cette partie mal éclairée du Bar du Forage.

Réponse de : Tam
Ne respecte rien sur le désire mais sache que les actes ne restent pas impunis.
Le conseil discute et cherche à faire au mieux et toi tu ne trouve rien de mieux que d’agresser un des nôtres...
Chaque acte se paye.
Les Grands Anciens donnent…Les Grands Anciens prennent…
Rappelez vous en.


Réponse de : Jethrophobic
Il n'est âme qui vive sur Mars qui ne se doive de manquer de respect aux membres de l'adeptus, que ces paroles soient gravées a jamais dans ton esprit

les grands anciens donnent, les grands anciens reprennent


Réponse de : Syndrome
Il faut savoir respecter les autres si l'on veut attirer le respect.
Tes façons de faire ne sont pas dignes des Grands Anciens selon moi.

Réponse de : Herkus
Le lax... L'acte des laches...Et cela sur une adepte, membre du Conseil, en pleine réunion...

Herkus voulut se lever pour aller mettre un coup de boule au gamin, mais un mot fut laché...

-"Sphere...."

Ni une ni deux, un rapide coup d'oeil à sa collection de Tem card, et il en fit passer une au Jedi Fou...

Ce petit allait comprendre qu'il y a certaines personnes, à certains moment, qu'il ne faut pas chercher....


Réponse de : Hera
Nous travaillons pour le bien de la communauté…tu ne dois pas manquer de respect à aucun membres de l’Adeptus, nous agissons pour vous.

Les grands anciens donnent, les grands anciens reprennent

Réponse de : Absurd_Jedi
Une fois que la sentence fut prononcée par la session du Conseil de l'Adeptus qui siégeait dans le Bar, Absurd_Jedi leva le bras droit. Dans un éclair de lumière tellement pourpre qu'elle en était presque noire, la sphère disparut. L'éclair alla frapper Mandrakore en pleine poitrine, lui causant apparemment une grande douleur.

Le truand de pacotille s'affala sur le bar, brisant un verre et alertant Gros Robot, qui vint voir pourquoi sa « nouvelle recrue » n'avait plus autant de tonus pour récurer les verres. Un dernier sourire satisfait, et les membres du Conseil purent revenir à leurs préoccupations et à leurs boissons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Jeu 13 Mar - 20:45

Il y avait de l'agitation, aujourd'hui, dans le bunker du Jedi Fou... Entre les divers bruits d'objets tombant à terre, délogés de leur lieu de stockage sans ménagement, se faisaient entendre quelques marmonnements. Visiblement, Absurd_Jedi cherchait quelque chose, mais n'arrivait pas à le trouver. Soudain, un « Pouyou !!! » satisfait retentit : il venait de mettre la main sur l'objet convoité. Il sortit donc de la pièce qui lui servait de lieu de stockage (de débarras, diraient certains), tirant derrière lui un sabot de Kréator pour l'amener jusqu'à son garage.

Là, s'armant d'un chalumeau, il entreprit de faire quelques découpes sur la grande pièce de métal. Plusieurs minutes et deux brûlures aux doigts plus tard, il se retrouvait avec deux plaques, l'une carrée et l'autre rectangulaire, ainsi qu'une tige de métal. Puis il souda ces éléments ensemble afin d'obtenir une sorte de panneau reposant sur un socle. D'un air satisfait, il admira quelques instants ce qu'il venait de créer avant de passer à l'étape suivante.

Un petit quart d'heure passé à farfouiller dans le bazar de son garage lui permit de mettre la main sur quelques pots de peinture, originellement destinée à être appliquée sur un Béhémoth. Cela faisait maintenant un bon bout de temps que les agents de la Firme lui avaient confisqué son engin, trop irradié à leur goût. Les pots n'avaient donc pas servi depuis longtemps et, ayant été refermés à la hâte, la peinture avait séché, scellant définitivement certains récipients. Néanmoins, après quelques coups de tronçonneuse de chantier, certains couvercles cédèrent.

Quelques manipulations de divers solvants plus tard, le Jedi Fou se retrouva avec deux coloris à peu près utilisables : du noir et du blanc. Il entreprit alors de passer une première couche de pigments noirs sur sa création. En attendant que cette première application soit sèche, il partit faire un tour en Betrayal, sans but précis, juste pour le plaisir d'arpenter le sol rouge de Mars. A son retour, s'emparant d'un pinceau et du pot de peinture blanche, il traça quelques lettres, maladroitement comme chaque fois qu'il s'essayait à écrire.

Quelques heures après, lorsque la peinture fut bien sèche, le Jedi Fou fourra sa création (enrobée dans un bout de tissu crasseux) ainsi que le chalumeau dans un grand sac avant de quitter son bunker, pour se diriger vers le Bar du Forage. Une fois arrivé, il salua l'assemblée d'un « Pouyou tout le monde !!! » dans lequel on pouvait sentir percer une pointe d'espièglerie. Du regard, il parcourut l'assemblée, cherchant quelqu'un en particulier. Un grand sourire vint orner son visage lorsqu'il se rendit compte que la personne en question n'était pas présente. D'un pas assuré, il se dirigea vers la table habituellement occupée par Herkus, lequel brillait à ce moment là par son absence.

Il déposa son sac sur la fameuse table. Quelques regards perplexes se tournèrent vers lui, qu'il dissipa par quelques mots, annonçant que le contenu du sac était destiné à l'Adepte à la Barre de Kraag. Les consommateurs alentour retournèrent alors à leurs boissons et leurs discussions. Prestement, le Jedi Fou vida sa besace et avant que quiconque ait pu l'arrêter, alluma le chalumeau et se dépêcha de souder le socle du panneau qu'il avait fabriqué à la table, avant que Gros Robot ne vienne l'alpaguer pour détérioration de matériel de la Firme.

La peur est une motivation de premier ordre et l'idée de se faire choper par le Fuel Goliath était loin d'être folichonne... Les soudures, bien que maladroites et peu esthétiques, furent réalisées en un temps record. Par chance, Gros Robot était occupé à servir d'autres clients pendant son étrange manège et les terraformeurs aux alentours n'osèrent pas intervenir, gageant que déranger un aliéné notoire pendant qu'il s'affairait avec un chalumeau allumé et réglé à pleine puissance n'était pas forcément le mieux à faire.

Absurd_Jedi rangea le chalumeau dans son sac puis retira l'étoffe miteuse qui couvrait jusque là sa création, l'offrant ainsi aux regards de tous :



Puis il décida que s'attarder ici en attendant qu'Herkus revienne et découvre sa farce était à classer dans la catégorie « manoeuvres suicidaires ». Il prit donc rapidement la poudre d'escampette en riant sous cape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Le sarment de l'Adeptus : In vino veritas   Ven 28 Mar - 3:22

Absurd_Jedi arriva dans les locaux de l'Adeptus, portant dans ses bras une caisse qui semblait peser son poids. Il la posa au sol près d'un mur, l'ouvrit et en tira un grand pot en grès, qui devait, vu sa taille, occuper la majeure partie de l'espace disponible dans la caisse. Dans le pot se trouvaient un sac de toile grossière, semblant bien rempli, ainsi que quelques petites boites et des fils électriques.

Le Jedi Fou déposa les objets contenus dans le pot au sol, ouvrit le sac, qui se révéla contenir un peu de terre et beaucoup de cailloux, le tout aussitôt benné dans le récipient en grès. Puis il déballa une des petites boites pour en sortir un ampoule et une douille. D'une autre il retira un système de minuterie électronique. Deux court-circuits et une électrocution manquée plus tard, l'ampoule se retrouva fixée au dessus du pot, alimentée en courant via la minuterie.

Puis il sembla se désintéresser de tout ça et sortit de la pièce. Et revint après quelques minutes, portant une grosse boite métallique d'où provenait un léger bourdonnement, qui s'interrompit lorsqu'il l'ouvrit. Il en sortit une espèce de branche tordue qu'il porta révérencieusement jusqu'au pot, avant de l'enfoncer délicatement, écartant la terre avec ses mains pour faire une place au bâton.

Il répandit une poudre bizarre provenant d'un petit sachet dans le pot, alla chercher de l'eau au robinet le plus proche, et arrosa avec parcimonie sa création. Puis il se tourna, l'air victorieux, vers les quelques spectateurs éberlués que son étrange manège avait attiré et entama une danse grotesque, apparemment euphorique, en psalmodiant :

"J'ai fait le serment, j'ai fait le serment..."

Bien sûr, on ne tarda pas à l'arrêter et à l'interroger sur les raisons qui le poussaient à se comporter de la sorte, ce à quoi il répondit :

"Ben quoi, c'est pas rien ! T'imagines pas ce que ça m'a coûté de faire venir tout ça, directement de Terre... Et puis attend, c'est pas de la merde, hein... Directement importé depuis le domaine du Château Figeac, celui que Desproges aimait tant..."

"Ouais, peut être, mais ça nous explique toujours pas ce que c'est !", s'entendit-il rétorquer

"Mais, mais... c'est pourtant évident, c'est un serment de vigne, je l'ai fait importer ici pour qu'il y pousse !"

Quelques regards consternés suivirent cette déclaration... Non, ce n'était pas possible, il ne pouvait pas être aussi bête. Puis les regards se portèrent vers le récipient en grès dont la présence physique était irréfutable, malgré les quelques pincements que certains s'auto-infligèrent pour vérifier qu'ils n'étaient pas en train de rêver. Une voix s'éleva :

"Abs, c'est un sarment, ça... "Sarment", avec un 'a'... Pas "serment"..."

"Ah bon ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Jeu 3 Avr - 1:03

Il régnait, ce soir là, sur la ZDV1, une certaine effervescence. Toute la presse people de Mars était aux aguets, le plus célèbre Adepte fumeur de Mars allait enfin se caser. L'évènement était très attendu, notamment par les piliers de comptoir du Bar du Forage, qui pourraient ainsi écluser tout leur saoul ce soir là sans avoir à tenter d'inventer un prétexte pour justifier leurs excès alcooliques. Mais aussi par la cohortes de noobs qui y risquaient parfois le bout de leurs casques et qui espéraient voir l'Homme à la cigarette retenu le plus souvent possible par ses occupations conjugales, rendant ainsi le lieu un peu moins dangereux pour eux.

De son côté, Absurd_Jedi, sans faire de vagues, s'était activé pour apporter sa touche à la cérémonie. L'état de son nez, pas encore complètement remis de sa dernière rencontre avec la Barre de Kraag, l'avait incité à faire preuve de la plus grande prudence et de la plus grande discrétion. C'est donc sans faire de bruit qu'il avait récupéré son panneau bricolé qu'Herkus avait balancé à l'extérieur du Bar. Quelques commandes avaient été passées, afin de se procurer quelques menus objets, le tout à voix basse et toujours en s'assurant qu'aucune odeur de clope ne flottait dans l'air ambiant à ce moment là.

Et il avait passé la majeure partie de la semaine reclus dans son bunker, à bricoler. Cela au moins était évident : les nombreux pansements qui ornaient ses doigts tuméfiés en témoignaient. Car il y avait de la marge entre le Jedi Fou et Léonard de Vinci, la maladresse du premier étant le parfait contrepoint de l'habileté et du génie du deuxième. Si l'illustre génie italien avait condescendu à prendre un disciple aussi maladroit, il en aurait été risible à un point tel que les pitreries ainsi générées auraient pu faire l'objet d'un bon nombre d'opuscules satiriques dans les siècles suivants (voire même, pourquoi pas, sous forme de récits imagés dessinés par Turk, sur un scénario de De Groot).

Le matin du jour fatidique, un colis était parvenu au bunker d'Absurd_Jedi, contenant les derniers éléments nécessaires à sa préparation. La journée fut passée à fignoler les derniers détails de sa surprise. Le soir venu, trois paquets informes prirent place dans son Betrayal : deux dans le coffre, et le Jedi Fou à la place du conducteur. Le véhicule s'ébranla et se mut en direction du Temple où le mariage devait être célébré. La conduite de son occupant laissait encore plus à désirer que d'habitude car il avait du mal à tenir le volant à cause des nombreuses coupures aux mains reçues dans une lutte héroïque avec le papier cadeau dans lequel étaient emballés les objets transportés.

Il arriva sur place après la cérémonie. La fête battait son plein, les convives s'empressaient de regagner le temps inutilement passé loin du buffet, perdu en cérémonie religieuse, en s'imbibant consciencieusement. Absurd_Jedi chercha du regard les jeunes mariés et les trouva, répondant distraitement aux félicitations qui leur étaient adressées, perdus dans un monde qui n'appartenait qu'à eux deux, pendant qu'une file de terraformeurs patientait pour pouvoir faire de même à leur tour. Portant ses deux paquets le Jedi Fou vint prendre place à la fin de la queue et attendit son tour. Lorsque ce fut à lui, il salua les tourtereaux :

« Pouyou Stella, Pouyou Herkus !!! Tous mes voeux de bonheur ! Que le Côté Absurde de la Force soit avec vous. », dit-il en tendant un grand paquet bombé à Stella et un autre, plus petit, à Herkus. Déchirant le papier, Herkus découvrit un étui en bois contenant un cigare, une pochette de tabac, une pipe et... un harmonica. Le Jedi se hâta d'expliquer, voyant l'expression médusée de l'Adepte à la clope :

« Ben, j'me suis dit que tu pouvais changer un peu de ton éternelle clope, non ? Oh, puis l'harmonica, on m'a dit que ça allait avec. C'est une bonne marque, en plus : Lewinsky. Comme ça t'as une pipe et un harmonica Lewinsky... »

Stella, quant à elle, découvrit une plaque de métal bombée, légèrement cabossée : le panneau qui avait décoré pendant un bref laps de temps la table d'Herkus au Bar avait apparemment été recyclé, la face convexe arborant toujours les deux mots « Noob Zone ».

« Euh, c'est une ventrière qui s'adapte sur une Carcasse de l'Affliction, normalement, si j'me suis pas trop foiré... S'pour bien signaler l'endroit d'où sortiront les futurs petits noobs fruits de ce mariage. »

Puis, avant que le couple ait pu se ressaisir, il les salua, s'inclinant, laissa la place aux suivants dans la file et s'en retourna à son véhicule pour aller retrouver son Temple...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Absurd_Jedi

avatar

Nombre de messages : 1909
Age : 34
Localisation : Pouyouland
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   Dim 29 Juin - 5:54

« Encore ! » ... L'injonction retentit dans le casque du scaphandre d'Absurd_Jedi, la voix forte retransmise par les haut-parleurs résonnant à ses oreilles, vrillant ses tympans. Il était épuisé, littéralement sur les rotules : à genoux devant le sas de son bunker, haletant, le corps parcouru de spasmes incontrôlables dus à l'état d'épuisement total dans lequel il se trouvait. Il n'arrivait même pas à faire cesser le claquement convulsif de ses dents pour articuler une réponse. Toute une journée passée à trimer sur sa concession et maintenant ça...

« Encore ! » ... Il n'avait le droit à aucun répit. « Allez, s'pèce de loque, bouge-toi ! » ... La voix se faisait plus insistante, la menace était maintenant clairement perceptible dans ses harmoniques. « T'as cinq minutes pour t'exécuter. » ... Le ton était sec, froid, vibrant d'une violence difficilement contenue. « Si tu t'es pas bougé le cul d'ici là, on va se charger de te faire morfler. » ... Son interlocuteur jubilait visiblement à l'idée de mettre sa menace à exécution.

Un compteur s'afficha sur le HUD de son scaphandre, une minuterie égrainant inlassablement les secondes. Il avait beau être totalement analphabète, il n'en savait pas moins ce que ça signifiait : lorsque quatre ronds s'afficheraient, cela serait le signal annonçant une souffrance encore plus grande que celle actuelle. Laborieusement, le Jedi Fou contrôla sa respiration, calmant les convulsions qui le parcouraient. Il dut s'y reprendre à deux fois pour réussir à se mettre debout. Chancelant, il se dirigea vers son Betrayal, manquant de choir à chaque pas.

Il dut se cramponner à la poignée de la porte pour ne pas s'étaler par terre. En ouvrant la portière, il se rendit compte que ses doigts refusaient de desserrer leur étreinte autour de la poignée. Son corps transi de fatigue ne lui obéissait plus. Il dut utiliser son autre main pour faire lâcher prise à la première. Il se hissa ensuite à grand-peine jusque dans l'habitacle de son véhicule. Il s'assit et poussa un long soupir. Ses yeux se fermèrent d'eux-mêmes. Ils se rouvrirent soudain, alors que son corps était pris d'un sursaut. Il paniqua : combien s'était-il écoulé de temps ? Pouvait-il encore accomplir sa tâche avant que la douleur ne survienne ?

Son regard glissa jusqu'au siège passager. L'objet était là, prêt à être utilisé. Les chiffres sur le compteur défilaient toujours. Machinalement, il démarra la turbine et lança la machine. Sa vision était floue, troublée par les toxines charriées par son sang. Il conduisait au jugé, tentant d'orienter tant bien que mal son Betrayal dans la bonne direction. Une petite minute lui suffit pour apercevoir son objectif. Son véhicule partit en dérapage sous l'effet du coup de frein trop brutal destiné à l'immobiliser, soulevant un nuage de poussière rouge. D'une main il se saisit de l'objet sur le siège voisin et de l'autre il ouvrit la portière.

Il tomba plus qu'il ne descendit de l'habitacle et se retrouva à quatre pattes sur le sol rocailleux. Quelques gouttes de sueur vinrent s'écraser sur la visière de son casque, troublant encore un peu plus sa perception visuelle. Le minuteur sur son HUD affichait deux ronds à gauche des derniers chiffres qui défilaient encore... Ce qui signifiait qu'il ne lui restait plus beaucoup de temps pour accomplir sa tâche. La douleur irradia dans ses muscles presque tétanisés alors qu'il se relevait. Qui aurait pu croire que sous la faible gravité qui régnait ici, il aurait été si difficile de se tenir debout ?

Il fit un pas, un deuxième et s'affala par terre. Il n'eut pas la force de se relever encore une fois et parcourut le reste de la distance le séparant de son objectif en se traînant à quatre pattes. Il enfila l'étrange gantelet qu'il avait apporté avec lui par dessus son gant de Marsball. Le compteur affichait maintenant trois des quatre ronds qui déclencheraient son supplice. Il tendit un bras tremblant vers le pieu et referma sa main munie du Briseur de Vassalité autour, en y mettant toute la force qui lui restait. L'artefact fit son office, désintégrant la marque de soumission sur sa concession.

« Ah ben voilà, tu vois que quand tu veux, tu peux... » ... La voix était de retour. « Allez, on remet ça, mon gros ? » ... La réponse provint d'un autre canal « Il s'est évanoui... D'après les capteurs de son scaphandre, il est dans un état d'épuisement total, il va lui falloir un peu de repos avant de pouvoir reprendre. ». La première voix reprit la parole « Que dalle, doc ! On a autre chose à foutre que de le laisser roupiller ! Tu vas le chercher, tu le fous à l'infirmerie et tu me le remets sur pied le plus vite possible... Une bonne piquouze d'adré et on repart pour une autre séance ! ». La réponse, inquiète, du médecin ne tarda pas : « Mais, ça risque de le tuer ! »... « Discute pas, doc : c'est lui qu'a voulu ça, maintenant il assume... Exécution ! ». « Oui, Boss... c'est le cas de le dire... ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefou.forumsactifs.net/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Histoire d'Absurd_Jedi (ou: l'exemple à ne pas suivre)
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Souaf' Arh, l'Ogre (et l'histoire de ses compères)
» Histoire de l'Art -proposition de sujets
» Histoire à suivre.....
» La vérité historique dans Keos
» [banni] Exemple à ne pas suivre !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dédale de la Biblis Patera :: Bibliothèque - salons Rp :: Hall des colons :: Autobiographies :: Singe arlequin-
Sauter vers: