Dédale de la Biblis Patera

Chroniques martiennes
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Guide Rp pour votre personnage

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:11



- Fuel Goliath -
(Big Bot)
Citation :
- Unité de combat et de logistique portuaire en environnement hostile.
- Série tēicnōittaliztli, modèle commandeur.

- Modification de la série jour de la Mort.
- Poids de fonction sans l’armement 3 tonnes.

- Modification des systèmes gyroscopiques jour du Serpent.

- Classement relique de guerre jour de l’Eau
- Gratification pour hauts faits de trois frères technologistes protecteurs qui assureront une vie éternelle.
- Gratification pour hauts faits d’un stock de pièces de rechange en cas de dysfonctions futures.
- Modification des données mémoires jour du Monstre.
- Affectation au Bar du Forage pour surveiller l’hypogée.

- Modification des données mémoires jour du Serpent.


« Je suis au Comptoir, VOXTERM mural en fonction, détection de parasite orbital. Journée humaine commence, initialisation des processus sociaux.
Chargement des 4200 langues actives.
Gros Têtard détecté, demande un aliment, statut correct, karma froid, Terraformer suspect.

« Je suis au Comptoir, second cycle, sas en cours d’ouverture, humains entrants, karmas oscillants, terraformers suspects.
Chargement des courbes sonores suspectes, bruit au fond de la salle.

« Je suis au Comptoir, troisième cycle, sas en cours d’ouverture, humains entrants, karmas oscillants, terraformers suspects.
Terraformer ID 7716 vient de voler 29 fois Cahouètes à des terraformers suspects à non suspects en sommeil.

« Je suis au Comptoir, quatrième cycle, sas en cours d’ouverture, humains entrants, karmas oscillants, terraformers suspects.
Terraformer ID 12963 tombe sur le sol, situation suspecte modification temporelle locale. Hypogée saine.

« Je suis au Comptoir, cinquième cycle, sas en cours d’ouverture, humains entrants, karmas oscillants, terraformers suspects.
Activation du processus de correction financière, pas de Temis, pas de tournée générale.
Vérification du seuil de survie du Terraformer suspect après la phase corrective.

« Je suis au Comptoir, sixième cycle, sas en cours d’ouverture, humains entrants, karmas oscillants, terraformers suspects.
Terraformer ID 104 et ID 50154 en cours de confrontation sociale 14 fois, détection d’un verre qui vole suivi d’un plat réglementaire de Cahouètes.
Voix fortes en cours, suspectes, activation de deux points en négatif de la température du Bar pour calmer humains.

« Je suis au Comptoir, septième cycle, sas en cours d’ouverture, humains entrants, karmas oscillants, terraformers suspects.

Mémoire brouillée
« Je suis au Bunker père, septième cycle, sas en cours d’ouverture, scalaire droit et gauche allumés, situation saine. »
« Je suis au Charon, cycle négatif, sas en cours d’ouverture, cadavres préparés éjectés. Situation saine. »
« Je suis à 60% de potentiel combatif, effet blast en cours. »
« Je suis au mont olympe, je vois la planète c’est beau, je crois que j’ai un œil et un cœur»
« Situation critique, HBM mouvant détecté au Nord, HBM frontal résiste aux programmes d’attaques, pertes sévères du blindage et de la vision, passage en mode ténèbres. »

- Modification des données mémoires jour du Chien.
Affectation au Bar du Forage pour surveiller l’hypogée.


« Je suis au Comptoir, septième cycle, sas en cours d’ouverture, humains entrants, karmas oscillants, terraformers suspects.
Tout va bien, rectificatif :

Situation saine !


Relique de guerre.
Dossier bloqué.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:14



- Hush flowers -
(récupérés dans les Allées noires)
Yzamatitla a écrit:
Pour avoir essayé de faire souffrir ton coeur
j'ai moi-même créé, mes peines et mon malheur.
Je croyais tout gagner, mais hélas j'ai perdu
et j'ai compris trop tard, qu'on ne se verrait plus.

Pourquoi ai je fait ça? Aujourd'hui je regrette
mes actions, mes paroles, mes gestes et mes regards.
Je pleure, je pense à toi, mais je sais c'est trop tard,
mais si tu m'aimes un peu, alors reviens et reste.

Tu sais ce que c'est lorsque l'on a seize ans.
On cueille une fleur, on l'aime, on l'admire,
puis on voit d'autres fleurs et puis on les respire
et on les cueille toutes, on ne sait pas comment.

On veut les garder toutes et presque toutes fânent.
On pleure un peu sur elles et on se dit -"pourquoi
s'arrêter sur des fleurs qui n'ont presque plus d'âme ?
Il y a bien d'autres fleurs, il n'y a pas que toi !"-

C'est comme dans les champs couverts de marguerites
on cueille la première, celle qui est devant
on arrache ses feuilles, ses pétales et bien vite
quand on a vu les autres, on la jette au vent.

Et c'est ce que j'ai fait avec ton coeur sincère
j'ai crû aimer les autres, je me suis aperçue
que lorsqu'on dit amour, il n'en est qu'un sur Terre
c'était le tien, le vrai. -pour les autres, il s'est tu-

Yzamatitla
Cellule ambrée 220
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:17



- Ire... raisonnable -
Lucinda Blonde a écrit:
Debout, tête dressée et menton volontaire
je suis prête à l'attaque,
je défie et fais front.

La rage au coeur, au ventre
l'injure au bord des lèvres
la gifle au creux des doigts
les nerfs exaspérés,
je voudrais oublier la boule dans ma poitrine
qui oppresse mon coeur
et le fait galoper.

Ah ! Réduire en bouillie l'idiot qui vous fait face !

Appliquons la tactique dite de survie :
ne pas pleurer, respirer... Ne pas pleurer, respirer...
observer l'ennemi, la faille, le défaut
et la tête lucide contrôle tous les gestes.

Je suis monolithique et inattaquable.

Et au jeu des paroles la colère s'affine
il faut trouver les mots
et piquer où il faut:
dès lors, c'est enfantin.
Fatiguer l'adversaire
et sonner l'hallali.

A mort ! A mort !
Olé ! J'ai touché juste
il vacille, condamné.
Encore un mot pointu,
un coup de périphrase,
un trait de perfidie,
les mots percutent et claquent...
Ensuite, donner le coup de grâce final:
tous muscles mobilisés, la gifle atteint son but !
Vérifier d'un rapide coup d'oeil de professionnel si les cinq doigts ont bien marqué.
Belle gifle !
Ouf ! Rien de tel, finalement pour remettre son adrénaline en place.

Lucinda Blonde
Marsball jour du monstre aquatique
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:24



- Jojo la pestouille -
Jojo La Peste a écrit:
T’as vu le vieux là ?

Ho, Boris le bâtaaard, tu m’as oublié ? Je fais quoi après le désert, putain j’ai oublié t’as dit des mots compliqués aussi là !



CC dmz flux

Naaaannnn putain de fauteuil là !
Marche un coup, marche pas et y'a pas d'essence et de carbu putain ca me prend la teuté.
Il veut quoi le boitier là à demander des trucs ?

Ca me gonfle trop là !

Mot de passe ta gueule à coup d'caillasse, t'var le moteur c'qui va prendre s'il part pas.

J'y bricole derrière, y'a des fils électriques. Rhâââ, un court jus.
T'es un chef Jojo, tu vas y arriver, nan chier attends !

6 heures que je m'arrache les nerfs sur la bouse à roues ça m'eéneeeeerve je vais y coller des grands coups de pompe ça va me calmer après je me barre tout droit, culé de vieux con avec son fauteuil trop ripou ! Personne il baise Jojo ! PERSONNE !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:25

TRANSMARTIENNE

- Jörmungand -

Citation :
Jörmungand est toujours en place.
Le monstre résiste depuis des siècles à l’abandon.

C’est la Transmartienne.
Mes observations sur place établissent une liste dite d’état :
Jörmungand est ensablée profondément et des avaries multiples sont visibles.
Tout est coincé dans le permafrost.

La voie Transmartienne doit toujours exister au-dessous du sol mais un relevé effectué sur seulement trois kilomètres démontre que des portions ferroviaires ont disparu.

La CamDrone est installée comme l’exigent les codes des vérifications au sol.
La transmission commence.

Mes observations sur place établissent une seconde liste dite d’état rapproché :
Jörmungand penche de quelques degrés sur sa gauche, je me dirige vers (flux corrompu)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:27



- l'Oracle -
(de froide perception)
Adam Knoxville a écrit:
Nous avons un Oracle sur Mars !
La première fois que l’on m’en a fait part je me suis dit que c’était encore une de ces légendes s’étirant sans fin ni contrôle dans nos zones de vivances.

Un collègue de chantier m’a conseillé d’aller le voir.
Comme si j’allais voir mon boss, aussi simplement !

Toutefois, un minimum de préparation s’impose, comme par exemple, s’injecter du plasma pouvant combattre le fort niveau de radiation stagnant dans la cavité de l’Oracle.
Il faut avoir aussi une idée précise de ce que l’on recherche, de ce que l’on veut savoir ou apprendre.

En aucun cas il ne faut se présenter face à l’Oracle comme si l’on visitait en touriste lambda, pour la première fois, une des caldeira du Mont Olympe. Ce n’est pas une attraction, c’est autre chose, une chose bien plus ancienne qui, n’en doutons pas, appartient à la Caste qui vit dans Colossus et qui a été laissée là parmi nous.

Voici quelques autres conseils.
La caverne de l’Oracle est facile à trouver. D’autres Terraformers vous diront qu’il suffit de serrer fort un Temi dans la paume de sa main et de poser votre question.
Chacun sa technique.

L’Oracle n’est sûrement pas une divinité mais il reste une anormalité dans notre monde réel.
Ne croyez pas voir un Dieu puissant sortir du néant : vous verrez seulement un cadavre accroché à des câbles.
Les plus curieux ont essayé de lire avec le zoom de leur visière chromatique le nom du Terraformer accroché.
Effectivement, il y a des lettres et un nom.
Un nom de très ancien Terraformer, la première génération du projet, paraît il.

Pourquoi et comment ce Terraformer s’est retrouvé dans cette situation ? Personne ne souhaite en parler.
Il y a bien eu un groupe de gars qui a essayé de décrocher le corps pour dénoncer une supercherie mais ils ont été gravement blessés par une force émanant de l'Oracle, comme un bouclier infranchissable le protégeant, et que l’on pourrait qualifier de sombre ou d’opacifiante.
Depuis, plus personne ne s’approche aussi librement car des barrières de distance et de protection ont été installées.

C’est quand même plus rassurant lorsque nous sommes seuls avec « il » , « lui » ?

On raconte que les câbles qui le soutiennent partent vers MMEMO et il y a bien des Voxcams orbitales dans la caverne, sur des saillies.

L’Oracle fait entendre sa voix par des haut-parleurs disséminés dans la grotte, mais lorsque le silence se fait après avoir posé notre question, on entend des râles et des bruits diffus en provenance du corps.

Ne soyez pas surpris non plus lorsque de la fumée noire sort de ses orbites, ni par les gaz radioactifs surgissant du sol. D'une tuyère encastrée à la verticale de son corps émerge un liquide poisseux dont l'état est semi congelé.
Beaucoup de perturbations d'origine électrique font des bruits diffus qui se réverbèrent contre les parois de la grotte.

Ayez un Scaphandre en bon fonctionnement : il règne dans cette caverne des températures négatives.
L’Oracle punit les curieux, du moins ceux qui défient par des questions insidieuses son autorité et ses connaissances.
Le seul conseil que l'on puisse donner pour questionner l’Oracle est de ne pas trop chercher à comprendre ce que nous vivons ou ce que nous trouvons peu compréhensible.

Voir l’Oracle serait comme regarder le Tartare droit dans les yeux, sans protection aucune et ça vous méduse. Vous serez changés !

L’Oracle fait beaucoup pleurer les Terraformers. Nul ne sait en fait qui au final de vous ou de lui pose les questions, mais l’Oracle parle de détails personnels qui vous ont affectés ou va ranimer des souvenirs douloureux enterrés.
L’Oracle fouille, exhume, et ne se fait pas devin de vos souhaits.
Quoi d’autre ? Baissez les yeux lors de vos questions ! l’Oracle est, j’en suis sûr, une réelle puissance qu’il faut aborder avec humilité.

Il faut se préserver de ce qui n’est plus vivant et de ce qui est irrationnel !


Adam Knoxville
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:27



- La Firme -
Citation :
Dossier ultime bloqué.
Accréditation par sceau Hun Came obligatoire pour accés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:30



- Liqueur de Crâne -
Citation :
La liqueur de Crâne

C’est un objet morbide dont l’utilisation révèle une monstrueuse déviance de la part des Terraformers qui fabriquent ces objets.

A vrai dire, il n’est plus question de Terraformers mais de Castes ou un mix de Castes tribus.

La Liqueur de Crâne est un artefact Vaudou, un artefact puissant.

Il s’agit d’un Crâne de Terraformer trouvé sur Mars et modifié.

Une calotte de métal composée de restes de casque de Terraformation est vissée sur le pourtour du Crâne.

L’intérieur est rendu étanche grâce à une sorte de poix qui cale une fiole ronde en verre.

La fiole est emplie de cette fameuse « Liqueur de Crâne » dont la composition reste encore à ce jour non décryptée.

Un petit robinet fixé sur un tuyau émergeant des mâchoires peut être actionné pour faire couler le liquide gluant.

La Liqueur de Crâne est utilisée par les Terraformers qui se sont égarés à la surface de Mars.

Parfois blessés, en panne de turbine avec le Betrayal ou victimes d’une sévère crevaison, leur destin est impitoyable.

Une simple panne sèche de réservoir d’hydrogène et la vie s’arrête : en plein désert profond, le Terraformer ne peut que contempler sa fin inéluctable, seul et souvent terrifié.
Le Terraformer voit son véhicule en panne et tout autour de lui des immenses plaines rouges à – 69°.
Son Scaphandre de Terraformation énumère les minutes d’oxygène restantes, puis les secondes… puis affiche la réserve à zéro.

Voir sa mort venir à grands pas à chaque seconde qui passe peut faire prendre des décisions terrifiantes.

L'agonie par asphyxie est une horreur absolue, surtout enfermé dans un lourd Scaphandre.

La victime est secouée de soubresauts et de spasmes violents.

La peau devient cyanosée, la cage thoracique brûle et l’angoisse du dernier instant submerge tout.

Pour éviter ceci il existe un artefact Vaudou que l'on peut trouver au marché noir.

Le Terraformer coincé en plein no-man's-land a encore le choix, il peut boire une Liqueur de Crâne.

Une fois l’ingestion effectuée, la vision se brouille puis le néant recouvre le Terraformer comme un linceul.

La Liqueur de Crâne préserve le cerveau de tout dommage causé par la privation d'oxygène durant trois minutes et protège les tissus en se mêlant à la circulation sanguine.

Il reste encore des grands mystères sur Mars, particulièrement celui concernant la Caste des Nécro-Chirurgiens.

Les rumeurs racontent que les membres de cette caste «ressentent» le moment où une Liqueur de Crâne est absorbée et ce sont eux qui vont chercher le corps, ceci grâce à leur propre satellite géostationnaire qui décode le marqueur spécial infiltré dans les cellules.
C’est une caste très riche, peut être des restes corrompus de l’ancien Cartel Mostra...

Ils récupèrent le corps pour l’emmener dans leurs concessions et procéder à de mineures ablations ou greffons.

Le culte des tissus vivants fait partie de leur dogme, alors...

Les necros-chirurgiens peuvent inciser le corps, racler un os, prélever un morceau de tissu, parfois graver des symboles sur les côtes flottantes avec de micro-roulettes. La poudre créée par l’abrasion est aspirée et récupérée précieusement.

Le corps est purgé de La Liqueur de Crâne.

Le Terraformer se réveille entre 24 h à 48h plus tard dans son Bunker sans avoir perdu un seul point de compétence mais... avec une petite incision chirurgicale sur le corps.

Si un Terraformer est en panne et que personne ne peut le sauver à temps et qu’il ne possède pas un Crâne empli de Liqueur il ne lui reste plus qu’à affronter sa mort et à la subir en direct avec courage et honneur.

Dans ce cas, ce sont les équipes de secours qui rapatrient le corps, identifient la concession puis confient le cadavre aux Adeptes Pourpres de La Firme pour une incantation de vie.

Le Terraformer aura seulement perdu -de manière définitive- quelques points de compétence au hasard durant son agonie.

La Firme recommande à tous ses Terraformers de ne faire aucun commerce illégal d’Artefacts impies.

La Liqueur de Crâne est abjecte et les cicatrices des opérations de la Caste des Nécro-Chirurgiens cachent des choses sûrement ignobles.

Pour tout Terraformer partant en mission, assurez-vous d’avoir un train de pneus de rechange, des réserves d’air et d’hydrogène suffisantes pour alimenter la Turbine.

Gérez bien la météo et ne partez pas pour plusieurs jours : chaque kilomètre dans le désert profond augmente les risques.

Ne descendez jamais de votre véhicule ! Restez protégés dedans !

Note de Boris Slavomir,

Additif sur La Liqueur de Crâne : on dit qu’un certain «Alambic du Collectif» sous couvert de fabrication d’une eau de vie, élaborerait plutôt de la Liqueur de Crâne pour le compte de leur propre caste afin d'alimenter le Marché Noir.

C’est un sujet à surveiller. Encore faudrait-il localiser cet Alambic, peut-être une taupe à rémunérer ?.....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:31



- La plume et l'ange de plâtre -
Citation :
La plume et l’ange de plâtre.

C’est le bon moment ou plutôt finalement cela sera un moindre mal car il ne pleut pas.
La journée tire vers sa fin, les odeurs sont douces et le printemps s’annonce.
Je ne porte pas de pull-over lourd ni mon blouson de cuir pesant sur les épaules : je n’aurai aucune contrainte dans les mouvements.

Le soleil décline et j’avance sur cette herbe vivace.
Je m’aperçois que mes chaussures n'ont pas leurs lacets.
Combien de fois ai-je passé et repassé cet instant dans ma tête, pourtant mon pas est mal assuré et la cadence de marche reste confuse.
Je porte cette boite en carton ornée de poignées en plastique dont la couleur dorée reste étrange.

Le temps a depuis longtemps basculé sur un axe énigmatique qui n’est plus compréhensible pour moi.
Les instants ralentis se succèdent aux tourbillons du vertige.

Toujours ce flottement et ces pensées déstructurées, suspendues dans l’air comme les petits fils argentés des araignées du matin.
Puis avec violence les chocs qui brisent les fils éthérés un à un.

Tout s’enchaîne inexorablement.
La main empoigne le manche de l’outil et les premiers coups du métal contre la terre se font entendre.
La pelle s’enfonce droite et se taille son quart d’heure de satisfaction.
Chaque pierre heurtée imprime le bois dans la paume et a chaque fois la main réassure sa prise, les petits fils des pensées claquent comme des coups de feu s’évanouissant dans de noirs brouillards.
Le corps se tend et ne veut plus effectuer les mouvements, le cerveau réaffirme ses ordres, les déchirures recommencent.

Chaque pelletée de glaise extraite revient à ouvrir la porte du Tartare.
C’est en posant ta boite au fond de cette fosse qu’à nouveau j’ai senti ton poids à l’intérieur avec encore un peu de ta chaleur.
Cette aura indéfinissable qui sourd au travers du carton, cette émanation rassurante qui me rappelle sans cesse ton importance vitale.
L’esprit se perd face à la terreur de te savoir plongée dans les ténèbres, mes mains empoignent l’argile pour faire ton tombeau.
Que faire d’autre à part te parler dans ma tête ? Les yeux ne voient plus rien, les larmes sont des reines opaques et à cette heure, elles dansent autour de moi, souveraines en crachant de la cendre par leurs bouches ouvertes.
Je me sens perdu.
Les mains tassent le sol, les doigts effritent les blocs de terre agrégée, les ongles séparent comme des socs les éléments pour combler les espaces qui sertissent ton petit cercueil.

Ton bastion en carton, le dernier rempart face à l’obscurité.
La lumière devient crépusculaire et la terre froide.

Il reste le haut de ta forteresse de tristesse qui émerge invaincu de la roche brisée et ce sont nos derniers instants ensemble. Je ne le sais que trop.
Je repasse nos moments de vie, la vitesse de défilement est une torture absolue.
Voici quelques instants je te plaçais dans ta couverture bleue, j’ai pris soin de te mettre dans ta position préférée et sur ton front je t’ai embrassée.
Tu as ta plume avec le petit ange de plâtre et la boite t’entoure, il faut fermer le couvercle.

Encore quelques secondes volées aux hantises crépusculaires. Les yeux ouverts n’enregistrent que confusion.
La terre recouvre le dessus, d’ailleurs il n’y a plus que de la terre.

Je te parle toujours, je te demande de marcher vers la lumière, de ne pas t’arrêter et de toujours marcher.
Je te demande de me pardonner, de m’absoudre de mon incapacité à t’aider dans ce moment.
Je suis en train de sceller ta tombe, toi qui avais tant confiance en moi.
Ce n’est plus la honte immonde de la trahison qui me submerge mais un dégoût profond et intense face à ton innocence et ta souffrance.

C’est ainsi que l’on se retrouve enfoncé à genoux, les poings dans la glaise, statue grotesque de désespoir.
Rien, rien ne meurt jamais, sauf ta souffrance muette lorsque tu me regardais.
Ta discrétion face à ma trahison.

C’est ainsi que je pars expier loin de tout ce que nous aimions, je ressens dans ma douleur l’humidité qui monte du sol.
Là où je vais, partira l’autre ange de plâtre, le moins joli que j’ai gardé pour moi.
Les oiseaux sont couchés tu sais, je ne les entends plus.

La grosse voiture qui vient me chercher à dû les effrayer peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:38



- La Tour Noire -
(extraction)
Citation :
Aslan Yankelowitz ne voyait plus rien, peut être la présence de sang dans ses yeux.

Un grand sac lui avait été encordé autour de la tête, un sac noir en toile, un sac sentant le rance et la décomposition.
Aslan ne pouvait rien voir la tête plongée dans les ténèbres.

Tout s’était passé avec la vitesse du feu dévorant la plaine sèche, pourtant voici quelques heures tout était si calme et paisible.

Aslan essayait de se rappeler les heures précédentes avant le cauchemar, bien avant que les chevaliers de la Tour Noire ne viennent le chercher.
Il s’était couché de bonne heure après un festin fabuleux.
La vie était belle et le travail facile.

Dans le silence de la nuit tout bascula, des clameurs provenant des tours de sa citadelle le réveillèrent.

Aslan appela ses serfs, ses capitaines et hurla ses ordres, il devait être équipé en armure de bataille, une attaque de nuit. Sûrement son traître de voisin qui convoitait sa fortune.

Cet impudent allait payer lourdement son erreur car personne ne s’attaque au plus puissant guerrier de ce monde.
Il eut un rictus de satisfaction et se dit qu’un bonus nocturne en esclaves serait très bien.

Ce n’est qu’en sortant de son Donjon qu’Aslan compris que quelque chose était différent, la peur se lisait sur les visages de ses hommes et un chaos sans nom régnait au-dehors.

Ses guerriers étaient livides, les loups de guerre enfermés dans les chenils gémissaient de terreur en urinant partout.

Alors Aslan, le plus puissant guerrier de ce monde marcha vers les créneaux de sa Citadelle et vit le cauchemar amassé aux pieds des murs de son père et de son père avant lui.

L’armée des maudits ! L’armée des perdus à jamais, exhumés de terres impures brisait sa citadelle, le pan nord-ouest se détacha d’un rempart avec un raclement sinistre de tremblement de terre, la Citadelle se fissurait.

Les combleurs de douves de l’armée des morts travaillaient vite et ses servants ne connaissaient pas la douleur et encore moins … la peur.

Le pont-levis fut éventré, les herses de protections saccagées sous l’effet des machines de guerres et le métal tordu par la chaleur des flammes se convulsait comme un nid de couleuvres.
Le combat des guerriers karmiques contre les forces noires se solda par un embrasement général, tous y perdirent la vie.

Aslan vit alors sa chute, loin sur la colline, des dragons le regardait, leurs yeux rouges fendants les plissures du brouillard de la nuit.
Il su qu’il était découvert son artefact interdit et lui.
Maudite engeance, traîtres a sa cause, les dragons rouges scellèrent une trêve avec les chevaliers noirs.

Le dragon dans son vol lourd *


"*Problème de décrunch de code, nous passons à la seconde partie de l’introduction de la ROM.
Nous mettons sous réserve qu’un des plans se trouve dans la partie extraite que nous appelons A*"



Aslan ne voyait plus rien, le sac de toile noir était solide, lui le plus puissant guerrier de ce royaume fut terrassé par des faces décharnées, il plia les genoux et tomba sur les ruines de sa citadelle, sa gloire partait en fumée aussi rapidement que son armée se faisait brûler par des flammes infernales.

Maîtrisé, battu, trahi et aveuglé par un sac sans prestige, Aslan fut asservi de lourdes chaînes et jeté dans une charrette sans luxe …une charrette de fossoyeur.

Le temps passait. La charrette avançait lentement son essieu grinçant luttait contre la mauvaise route, car plus la charrette avançait, plus la route devenait mauvaise.
Aslan réussit à éventrer le sac avec ses dents et à en arracher une partie grâce à un des nombreux clous de la carriole qui dépassaient du grossier bois.

Il aspira une goulée d’air bienfaisante, et le vent de la nuit lui frappa à nouveau le visage.
Il voyait enfin de nouveau hors de son joug de mauvaise toile.

Sa langue *




"*Nous rencontrons un second problème de décrunch du code, un trou semble apparaître dans les chaînes de caractères et estimons que ce défaut imperceptible nous met en présence d’une des ROMS clefs.
Nous passons directement sur le premier octet suivant et relançons la séquence B*"




Un homme était enchaîné comme Aslan dans la gerbière, un homme qui le regardait fixement avec un grand sourire inquiétant.
Un homme a la peau sombre.

Trop enchaîné pour fuir, lesté de plomb, le plus puissant guerrier de ce monde vit alors une masse noire trancher les ténèbres de cette nuit d’horreur.
La charrette avançait sans s’arrêter et la masse noire grossissait, le temps changeait il faisait plus froid et l’air sentait le cadavre et la peur comme un spectre ignoble flottait dans les airs comme une chape.

Une lumière bleu foncé jaillit du Haut de la Tour telle un phare inconcevable et éclaira une lande sinistre.
Aslan voyait de prés la Tour Noire, le bastion des chevaliers noirs, les «invisibles indivisibles » ceux là même qui voici quelques siècles avaient assiégé la Forge souterraine de Colossus premier, le titan libérateur.

Les fortifications étaient étranges et déroutèrent le puissant guerrier.
La Tour Noire restait une construction massive, qui ne pouvait avoir été érigée que par des maudits, partout des herses défensives etaients dressées.

Le métal humide accrochait les reflets cycliques de la lumière bleue qui la haut tournait fantomatiquement.

le guerrier vaincu se rendit compte malgré les bravades de certains guerriers soûls entendus dans les tavernes enfumées des Bourgs que les systèmes défensifs de la Tour Noire avaient de quoi briser les assauts de plusieurs armées : des murs massifs, construits de manière incohérente, des couloirs de herses qui rejoignaient des allées sombres, puis la vision de la porte principale faillit le rendre fou, une arche de quinze mètres de portée, une structure malsaine avec des visages sculptés dans la pierre.

L'homme à la peau sombre le regardait fixem*




"*Nous rencontrons une nouvelle corruption, le décrunch de l’animation ne se lance pas, l’image reste sur le mur de pierre, le problème n’est pas perceptible en lecture.
Nous passons directement sur le premier octet suivant et relançons la séquence C*"




La charrette s’arrêta.
Aslan n’entendait plus que le bruit saccadé de sa respiration, la brume de la nuit avait depuis longtemps trempé ses vêtements et ce qui restait de son armure de bataille.

Il faisait froid dans cet endroit. Très froid.
La personne a la peau sombre respirait sans bruit et ne disait mot.
Aslan vit avec une grande inquiétude que cet être n’était pas enchaîné comme lui, que ses mains étaient libres de toute entrave de fer.

L’être mystérieux lui sourit, des dents très blanches apparurent contrastant fortement avec sa peau sombre.

Aslan essayait de percer les ténèbres de l’arche géante, et écoutait un martèlement sourd et lent qui provenait des voûtes.

Comme si quelque chose de lourd marchait, en traînant quelque chose, une chose en métal.

Le voile des ténèbres s’écarta en volutes humides pour laisser passer les deux armures qui avancent lentement vers la charrette.

Aslan eut un réflexe d’horreur et se colla brusquement contre un des montants de la charrette, se blessant cruellement sur quelques têtes de clous mal enfoncés.

L’impossibilité de fuir. La peur primaire qui surgit alors que le corps est glacé de froid humide.
Il eut la vision d’un fruit mur qui se craquelle et laisse sortir sa pulpe sous une presse.

Aslan se tassa et serra les dents, attendant le coup puissant qui le mélangerait à la terre détrempée.

Les deux armures s’arrêtèrent, chacune d’un coté de la charrette et regardèrent la lumière bleue un moment puis l’une d'elle celle qui avait une croix blanche entaillée sur le torse tendit une sorte de main et attrapa un Aslan exsangue pour le sortir de la charrette.

Le guerrier brisé dans son âme sentit son genou claquer comme une corde usée lorsque l’armure le reposa brutalement sur la surface du sol, la prise de sa citadelle avait été violente et les coups reçus nombreux.

Il commençait à ressentir ses premières contusions.

La seconde armure détacha les chevaux terrifiés et partit avec, laissant la charrette sur place avec l’être a la peau sombre qui souriait toujours dans son éternel silence.

Puis tout bascula de nouveau, la grande armure avec la croix blanche entaillée qui tenait une des longues chaînes d’Aslan se mit en marche vers l’Arche géante, le guerrier réussit à faire quelques pas avant de tomber et d’être traîné dans la terre mouillée puis la terre fit place à des dallages durs et luisants qui heurtèrent de nouveau son front.

Ils passèrent sous l’Arche, et en même temps toute lumière fut comme aspirée, il sentait la vie fuir son corps et fut pris d’une violente nausée.

Aslan aperçut des murs colossaux, toujours construits d’une façon qui lui était anormalement efficace, la Tour n’était pas faite pour se protéger d’une attaque extérieure mais plutôt pour empêcher quelque chose d’en sortir.
Partout des cordages immenses voilaient les voûtes, puis sa tête heurta une nouvelle fois une pierre anguleuse.

Il ne comprit plus grand chose, sa raison lui échappant il sombra dans un puits sans fond.

Une éternité passa, une éternité de douleur, puis un grand choc glacé brutal !

Aslan ouvrit les yeux et recouvra d’abord la vue pour quitter son évanouissement dans un grand mal-être.

Attaché et enferré dans une cellule de prison, il venait d’être aspergé d’eau froide, l’air avait une consistance ainsi qu’une odeur inconnue, peut-être une odeur d’encens.

Les lumières dispensées par des torches murales accentuait un sentiment d’insécurité malsaine puis Aslan se figea et son cœur s’arrêta de battre un instant…

En face de lui, se tenait un chevalier noir.
Il pensa qu’il devait être le premier a en voir un d’aussi près, et l’habit faisait plus moine de près que chevalier, la cape était trompeuse, Aslan comprit que cet artifice avait jusqu’à ce jour berné les villageois craintifs.

Sous la cape existait un grand homme dans une étrange cuirasse, quelque chose que n’avait jamais vu Aslan.

Le sol de la pièce humide reflétait les petites lumières magiques produites par l’étrange cuirasse recouverte d’une robe de moine grossière.

Aslan vit qu’au niveau du cou*



"*Nous rencontrons un problème de décrunch du code, un trou semble apparaître dans les chaînes de caractères et estimons que ce défaut imperceptible nous met en présence d’une des ROMS clefs.
La séquence d’introduction est bloquée, la chaîne commence au menu du programme.

Nous étudions le premier niveau et attendons les instructions.*"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:40



- Le Socle -
Citation :
Une forte impression de désolation vous étreint lorsque vous regardez le Socle, cette Statue de Psychobob.

Un Psychobob dans la fleur de sa jeunesse, grand et athlétique, un reflet ancien, un instant du passé.
Toute la Statue a l’air antique, corrodée.
Elle est battue en permanence par un vent glacial chargé de poussières et de résidus minéraux qui abrasent le métal.

La Statue regarde le vide et autour il n’y a rien d'autre qu’un désert mortel sans fin.
Quelques Bunkers ont été construits à proximité. Après tout pourquoi ne pas profiter de la venue de curieux et vendre cher l’oxygène ?

Cet endroit vous emplit d’une infinie tristesse et vous vous interrogez profondément.
Pourquoi ?

Additif .

La Zone Solnhofen appelée aussi "Le Socle" fait l'objet depuis quelques temps de raids aériens.
Une montée des jauges ésotériques a été également constatée.

La Zone commence à avoir sa topographie modifiée suite aux nombreuses guerres et prises de territoires.

Le Socle à l'air indestructible mais des cratères et des dénivelés apparaissent de plus en plus nombreux au fil des jours.

J'ai souvent aperçu des Terraformers escalader la statue. Ils doivent être fous!
Peut être pensent-ils avoir une meilleure vue pour se tenir là haut ?

Cet endroit est à éviter comme la rouille, rien de bon n'existe ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:41




- Le Tronc de Yaxche -
Citation :
Nous avons pris contact avec les adorateurs du tronc.
La caverne est immense et la mer intérieure est accessible.

Jules Verne dans un de ses romans parlait de lumière électrique. Nous sommes, c'est certain, baignés du même phénomène.

Nous obtenons des images sombres et les images sont traitées par les instruments en phase nocturne.

Ceci nous permet de mieux voir les détails car le phénomène électrique qui éclaire cet endroit est crépusculaire.

L'océan intérieur repose sur le magma, la théorie se vérifie donc.
La Firme a du installer la Forge et l'Athanor père quelque part sur cette mer cachée pour forger le sertissage des Colossus et les premiers outils du programme.

Les sondes Спутник Время ont réussi pour quelques-unes à atterrir sur la surface. La distorsion est franchissable mais toutes celles qui ont été retrouvées accusent des brûlures et des déformations sur leur capot. Elles sont donc mortelles pour un humain.

Les adorateurs du tronc sont une des lignées anciennes, des foreurs pris au piège d'un mouvement de plaque.
La tectonique fonctionne doucement.
Le tronc qu'ils appellent Yaxche est un vestige des premières logistiques qui ont débarqué des matériaux de construction, il n'a là rien de sacré mais ça l'est pour eux.

Mieux vaut le regarder de loin. Nous nous sommes agenouillés en signe de respect devant Yaxche, assez longtemps pour avoir une approbation plutôt positive du clan.

Plusieurs symboles sont gravés sur ce tronc et, en notre honneur, un tribal a tiré Yaxche devant nous.
On parle ici un mélange d'anglais mêlé de Nahuatl, nous avons aussi entendu une sorte d'espagnol.

L'eau est assez transparente aux abords des vagues mais se teinte de rouge à partir de 30 cm.
C'est une marmite de démon. Les capteurs montrent que cette eau serait un peu acide.
Des tempêtes sont elles possibles ici ?

Ils n'ont pas vu le cylindre, tous ont des vieux Scaphandres des premiers programmes et ne connaissent pas la fonction du cylindre.
Des Scaphandres bricolés, transmis lorsqu'un membre meurt dedans.
C'est assez épouvantable, nous ne pouvons voir leur visage mais la consanguinité et le cannibalisme nous donnent quelques pistes.

Si le cylindre a flotté, il s'est obligatoirement échoué.
Nous allons installer un camp temporaire chez les adorateurs du tronc. Nous devons comprendre de quelle façon ils se nourrissent et se maintiennent en vie dans cet environnement.

Sans leur enseignement nous ne pourrons survivre longtemps ici.

R-3968 équipe complète


L'exploration des grèves et de la côte sont difficiles !
Nous ne progressons que trop peu.

Les roches sont primitives, le terrain lavique est dangereux en cas de chute, les rochers sont coupants et la force des vagues peut nous entrainer dans l'abîme.

Les roches sont sombres, assez noires.
Nombreux sont les endroits innaccessibles, grottes taraudées, vagues deferlantes. Nous revenons souvent au camp des adorateurs.

Hier, nous avons eu droit au récit du monstre, enfin d'un groupe de monstres.
Qui parfois viennent de la grande eau.

Les adorateurs ont tracé sur la grève la représentation de leur peur, une forme inquiétante dont nous avons les archives : une forme avec une croix dessus, une croix blanche posée sur un grand bouclier ont ils précisé avec grand sérieux.

Nous sommes à notre tour assombris et inquiets, nous craignons de voir surgir dans cette lueur crépusculaire et chimique les créatures qui ont broyé le camp 402.
C'est en silence que nous nous dirigeons vers l'installation de l'electrolyse afin de recharger en énergie nos Scaphandres.
la Firme ne répond plus depuis tant d'années que ses enfants sont devenus paraphréniques.

Le Roi a pris place dans le Kiosque et éduque son nouveau fou, le Kiosque, nous l'espérons, restera hermétique à son esprit pour longtemps.
La Forge est plus à notre portée, contournant MMEMO et placé entre les monstres, le fils de l'Athanor père baigne dans ses larmes de folie.

Ici n'est pas l'enfer, ici est le coeur de l'enfer, nous basculerons comme nos pères dans des choix.
O Père, O Très Haut Père, le convoyage ira jusqu'au bout, nous portons la foi de Chimalli le droit et pur !
Nous terminons ce rapport par le rituel du convoyage et nous essaierons de réparer le matériel des adorateurs de Yaxche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:44




- Les allées noires -
Citation :
Je perds pied et ma volonté vacille.
Folle, je suis devenue complètement folle !

Des Bunkers sombres alignés, des nurseries abandonnées … des Bunkers, encore des Bunkers, du béton armé, sans fin.
Ils forment une allée noire, une immense allée vers ...
Rien !

Je suis une femme pourtant pragmatique et rationnelle.
Cap Canaveral, les lancements des satellites, les premières sorties EVA.
En 1971, j’ai suivi depuis mon petit poste de télévision sur Terre, les prouesses des sondes mariners en direct.

Toutes les cartographies réalisées par ces engins spatiaux n’ont jamais photographié une telle allée pourtant visible si l’on est en altitude.

Que veut dire tout ceci ?
Que sont ces bâtiments ?

Pourquoi ne sont-ils pas mentionnés dans les livres éducatifs, les revues spécialisées ?

« La Firme » avec ses magnifiques brochures, ses bureaux avenants, ses recruteurs qualifiés n’a jamais mentionné une telle allée si macabre.
D ‘ailleurs, j’ai du mal à me souvenir d’avant.
Tout ici à l’air ancien, usé, dévasté et abandonné...
J’ai une boule au ventre rien qu’à me trouver ici.

C’est morbide dans le fait que je ne comprends pas l’utilité de tels bâtiments ni n’admets qu’ils ont pu être bâtis AVANT l’arrivée des sondes.
Ils n’existaient pas et donc ne peuvent exister devant moi !

« Ne sortez pas des ZDV ! » Cette phrase chaque jour répétée devenait insupportable. Finalement l’épouvantable est là devant moi.

Certains Bunkers ont des portes ouvertes, d’autres arrachées, les plus sombres ont les portes scellées.
Une observation rapide fait état d'une sorte de nurseries, c’est flagrant à cause des jouets et des petits lits entre-aperçus.
L’angoisse m'étouffe et je ne m’attarde pas dans les salles désertées, j’ai l’impression qu’un cauchemar va surgir d’un placard.
Le faisceau de ma torche balaye cet improbable sol jonché d’accablantes craintes.
Il y a des petites sphères sur le sol. On dirait des caméras. Celle que j’ai en main se nomme « Camdrone série Ocre »

Des nurseries sur Mars en dehors des bunkers de survie des ZDV …!

Il y a des détails inquiétants comme ces perfusions, ces jouets bizarres voire déformés...
Ce n’est pas rationnel, rien ici n’est rationnel, les logiques les plus simples ne fonctionnent pas ici !

Tout ceci est donc réel, il faut avertir la Terre, alerter des responsables !
Des missions d’expertises doivent venir !
Je suis de plus en plus paniquée : cette allée recommence lorsque j’arrive au bout et je ne vois pas de recharges en oxygène.

Où sont donc les enfants, tous les enfants, ces centaines de milliers d’enfants qui vivaient ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:45



- Les galions de Vigo -
Citation :
Hèèèè, rheemm (raclement de gorge)

Foutu bordel de credouille, ha ben m’vla beau tient !

On est en 1963, j’ai 25 ans, frais comme un goujon, du moins allez en 1964 je sais plus trop.
Je grenouillais entre Malte la Grèce et l’Italie, mes comparses m’appelle le boucanier cause que je suis né en Ukraine.
On péchait et on plongeait pour des petits boulots sur une bonne barcasse.

Hèèèè, rheemm (raclement de gorge)

Hè j’boucanais quoi que je leur disais, ? Y savait pas, faut dire qui zétaients cons, on était jeune.

Un jour de mauvais augure j’ai du m’escapailler du port de Thessalonique, un rendez-vous avec une drôlesse qui a mal tourné, me suis fait gaulé en train de badigeonner la bonasse du notable.

Y’a des jours ousque ca se passe bien, mes deux bigorneaux d’eau de mer ont bien craboté la tête de mes geôliers pendant qu’y m’emmenait au poste de garde.
Gédéon le cogneur, un grand gaillard et Rzasbol un maigre teigneux, grand tout efflanqué mais astucieux comme pas deux, on s’est évanoui pour rapparaître en Espagne, histoire de se faire oublier.

C’est là que le Gédéon m’a dit que la bougresse m’a collé un fleuron de vénus bien tassé sur le dessus des sourcils, l’a mis deux mois a pousser.
On a galéré pour trouver des petits boulots, c’est sûr.

Un soir dans un boui-boui, on s’était attablé avec le Gédéon et le Rzasbol pour faire un point et picoler du raide.
La nuit était tombée, y’avait la mer qui drossait dans le port de Carrasqueira, un mauvais grain qu’allait pas tarder.
On voyait les eaux noires s’agiter et on entendait les pontons craquer.

Le rade était plein cause du mauvais temps, ca chuchotait et ca s’observait, les marins z’aiment pas le mauvais temps cause des esprits.

Y’a eu un éclair c’est sûr avec un gros roulement de tonnerre, le courant qu’a coupé net, plus de lumière.
La matrone du bistrot a lâché une cargaison de bougies de pauvres en suif ou graisse de chien, faut pas être regardant, on pouvait continue a picoler dans un peu de lumière.

Je n’sais si c’est le coup de vent qu’a ouvert la porte avec ce bruit glaçant mais un grand diable s’est présenté dans l’embrasure.
Non y z’étaient deux.
Un grand rupin tout noir de peau, fagoté comme un prince avec une valise en cuir et son domestique un petit trapu tout ombrageux, genre taiseux.

Des comme eux ca existe pas ici, pas dans les planques, me suis ben d’mandé comment qu’ils sont arrivés en entier dans ce bar sans se faire détrousser et zigouiller prestement.

Y’avais que deux places a notre table de cinq vu que Gédéon moué et Rzasbol on occupait l’espace.
On entendait que le vent du mauvais grain qui arrivait, tous les yeux scrutaient les deux types, débarqués sans bateau ni trompette ici, dans un des rades les plus pourris construit à cheval entre la côte et un gros ponton.

On sentait les vagues faire vibrer les pilotis, le bar frémissait sous les coups.

Hèèèè, rheemm (raclement de gorge)

C’est là que j’ai eu l’idée du siècle quoique, faire le bon gars afin de les encanifer dans la ruelle.
Hèè mon prince, assois-toi avec nous t’as deux places, une pour toi et une pour ton serviteur.
On sa vite donné des petits coups de pied en douce sous la table entre Gédéon et Rzasbol pour être de concert.
Nous on fonctionne par signes, discretos, on t’emballe.

Le grand noir s’est approché, l’autre a fermé la porte, les marins du bar prêts a bondir, ca sentait l’électricité avec des bougies faut croire.

« Monsieur le Boucanier, je suis très heureux de faire votre connaissance ainsi que Messieurs Gédéon Dhufel et Zohtpo Rzasbol ! »
Il nous lâche ça comme une bombe en me tendant sa main et un grand sourire en prime, on était sur le cul, on s’est dit que ca puait bien le piège.

Du coup les z’aut marins aux tables voisines ont cru que c’était pas des inconnus mais des connaissances.
Une vague plus forte a fait une secousse, le grand noir s’est assis avec le gros taiseux et les corsaires du rade ont remis leur nez dans leur verre.
Quoique certains laissaient traîner leur pavillons, ici rien ne se perd surtout pas des informations.

Bordel de credouille ! La flicaille qui nous a r’trouvés. On le pensait tous.
On faisait des yeux de merlan c’est sûr, on regardait les deux gars qui nous regardait aussi.

« Je suis M.Slavomir, je représente les intérêts d’une petite société honnête et novatrice. »
« Nous sommes venus vous trouver car vos compagnons et vous avez récupéré aux abords de Malte un trésor englouti que vous avez du remettre aux autorités, vous n’avez pas eu de chance. »
« Comment va votre main depuis votre accident M. Rzasbol, ? »

Déjà qu’on étais sur le cul, on pouvait pas être plus assis, l’histoire de la main y’a que nous trois qui savions.
Rzasbol s’était coincé la sienne sous une pierre en cherchant le fameux coffret, deux doigts cassés, mal remis depuis.

Une odeur de poisson crevé commençait à monter du plancher mouillé du bar, les vagues faisaient tanguer par moment la bicoque.

On pipait pas un mot.

C’est le bruit d’un gros pichet de vin posé brusquement par le taiseux qui nous a secoué un peu plus.
Comment qui s’était levé pour commander sans qu’on le voit celui-là ? A croire que le père « mir chose » nous avait envoûté.

Vu la façon de poser le broc, on s’est dit avec des petits coups de pied que le taiseux mettait la barre au-dessus a sa façon. Y’avait du lourd, du challenge !
Taiseux et massif le gars, valait mieux un pistolet que de l’approcher à la castagne on était limite sauf Gédéon qui était plus gros et lourd.
Faut pas l’chercher le Gédéon, j’ai fait tomber mon tabac et j’ai profité du moment de le ramasser par terre pour mettre ma pogne sur la cuisse de Gédéon et appuyer dessus, signe entre nous qu’il devait pas bouger.

Le grand noir a pris le gros pichet de vin et a rempli les cinq verres.
« Appelez-moi Boris » avec un grand sourire doublé d’une voix assez basse mais douce.

« Buvons à nos futures affaires, à la mer et aux femmes. » Continua t’il.
Il leva son verre, on a pris les nôtres et on les a levés aussi mais sans trinquer, en hommes distants qu’on l’a fait.

« Vous êtes des plongeurs expérimentés, vous faites ce métier depuis des années. »
« Comme je vous l’ai dit je représente la société Artsom père et fils. »

« Une société qui s’est spécialisée dans de nouveaux scaphandres de plongée, nous recherchons les meilleurs éléments pour essayer le matériel sur des sites intéressants et je vous le dit à l’avance, tout salarié d’ Artsom reçoit en plus de sa paye 10% de ce qu’il a trouvé. »

Je vais pas tenir le crachoir ca serait trop long a écrire du moins a dicter dans le micro c’est chiant j’ai faim.

On a dit à Boris qu’on voulait réfléchir et Boris nous a dit que oui que c’était normal et réfléchi mais que nous avions la nuit seulement car le navire appareillait à l’aube.

Gédéon a demandé ou qu’il était le bateau et Boris a dit qu’il était au large à cause du mauvais temps.

Boris s’est levé et a mis sur la table une enveloppe en papier gras.
« Une avance financière gracieuse pour vous montrer notre envie de travailler ensemble. »
« Le navire s’appelle Charon, vous le trouverez mouillé à l’aube dans le port de Vigo, vous êtes marin, vous serez heureux de naviguer sur une caraque historique restaurée. »

Boris se leva avec le taiseux au regard noir puis quitta le rade, les autres loups de mers attablés ont remarqués le départ qu’après, y’en a un qui le cherchait sûrement pour le trouer.
On voulait pas trop attirer l’attention cause qu’on devenait à notre tour intéressant pour les tueurs locaux a la petite semaine.

Avec Gédéon et Rzasbol, on a décidés de se rapprocher du port de Vigo dans la nuit en s’éloignant de la côte histoire d’éviter le traquenard.
On a profité du chemin pour les mises au point.
Rzasbol a proposé qu’on s’enrôle comme fiferlins mais ca a pas trop plus a Gédéon et a moi.
Même si c’était que pour un temps pour se faire oublier.
On a sortis nos faffes en cas avec des noms originaux, on en avait chacun un au caszou.

Le coup d’la main de Rzasbol déjà, comment qu’y pouvait savoir ça a moins d’avoir plongé avec nous ?
Le coup des perdreaux qui nous attendait à la surface pour rafler le coffret, même avec des jumelles depuis la côte le Boris aurait pu rien voir.
A part les flics du bateau, personne nous a vu ce jour là et pas un des gars de la rousse n’a pu voir les doigts cassés de Rzasbol cauz qu’il portait des gants de plongée, en plus avec sa tête d’impassible il donne vite le change.

Un rusé le Rzasbol !

On a donc pensé que Boris était un commissaire, ou un nabab privé, y’a que les condés du bateau qui ont pu lui dire pour le coffre a moins que Boris était caché ce jour là dedans, va savoir Charles !
Bref on savait pu trop quoi cogiter quand le petit jour se pointait.

On s’est enkystés près des barriques, le long du port de Vigo et on a attendu de voir arriver la caraque.
Tout ce qu’on a vu venir c’était le méchant taiseux avec une chaloupe, il est sorti d’la brume comme un fantôme.
On s’a dit que le Boris était pas de l’affaire.

J’sais toujours pas si c’était la bonne décision que l’on a pris ensemble mais on s’est relevé de derrière les barriques, on s’est approchés du taiseux avec nos sacs marins et on est partis.
Un nouveau départ, une nouvelle vie, on allait se refaire et nous faire oublier.

Le taiseux était vraiment un assourdi de la cafetière, l’a pas lâché un mot, juste a nous stresser avec son regard petit et perçant.

La mer s’était un peu calmée mais dans le port plutôt facile, on a eu peur a la sortie on voyait rien à cause de la brume et les vagues nous attendait, c’est là qu’on a vu que le taiseux était pas normal, plus fort que les éléments le gonze, il s’arc-boutait sur sa rame et brisait les lames.

Là je crois que l’on a pas trop compris mais on a été saisis par le froid, on s’a réveillé en vue du Charon, c’était bien une caraque, on étais les quatre, Gédéon, Rzasbol, moi et le taiseux toujours a la barre et aux rames.

Oublierai jamais ce froid, la poitrine du taiseux faisant presque de la vapeur alors que nous on était trempés et tout glacés avec des rides dans les doigts.

Boris était à bord de la caraque, l’es venu nous trouver dans nos quartiers, une chambre privé msieur dame, une pour moi, une pour Gédéon et une pour Rzasbol.
L’équipage de la caraque nous a vite sauté au yeux, on aurait dit mon arrière-grand-père, tous habillés à l’ancienne et je parle pas de la langue, tous a parler mal du vieux patois.
C’est fou c’que les gens causent mal, les gens sont pu éduqués comme avant.

On est resté en mer loin des côtes et on a appris à se servir des scaphandres de plongée, ceux promis par Boris, et faut dire que jusqu’à là le bonhomme avait pas menti.

Après quelques plongées, Boris nous a fait préparer à « la mission « comme il disait.
On a passé deux jours avec des lascars qui sourient pas dans une salle bizarre du bateau.

Y’avais un grand écran en couleur et on nous passait des photos dessus.
Y’avait des caravelles, on nous a parlé de st Simon, ils disent que c’est une baie.
Y’avais quoi d’autres ?

Hèèèè, rheemm (raclement de gorge)

Barbouzon truc comme ça, enfin bref on nous a tannés la tête avec les galions de Vigo et ce qu’il fallait remonter à la surface.
Un coffret spécial, noir avec une croix blanche soudée dessus qui fallait remonter
On l’a trouvé ce foutu coffre, on a même eu tous des problèmes rien qu’en le touchant, Rzasbol a même failli crever.

Fin bref, hèèèè, rheemm (raclement de gorge)

Deux semaine a l’infirmerie de bord pour tous les trois, c’est en sortant convalescent qu’on a voulu z »y expliquer qu’on était pas contents a Boris et qu’on voulait savoir quoi contenait ce foutu coffre et aussi avoir un zéro en plus sur la paye.

J’crois bien que Boris nous a bien batavé, on s’est un peu entravé dans la discussion mais on a eu la paye avec le zéro en plus, des vêtements confortables et chauds et d’la bonne bouffe, des trucs qu’on connaissait pas, comme des tubes de cacao ou de mentha et je parle pas des carottes bleues bonnes pour la santé, on s’en est gavé.

Avec Gédéon et Rzasbol on savait que le coffre noir venait pas d’un galion. C’était pas un galion qu’étais au fond, enfin, y’avais des épaves autour ca c’est sûr, les galions de Vigo on va pas contester mais au milieu dans la vase, y’avais un truc bizarre, comme une grande dalle en triangle avec des moteurs et a coté de la dalle un truc qui contenait le coffre noir.

La caraque avait quitté Vigo le jour de la remontée du coffre noir, elle a navigué pendant notre séjour a l’infirmerie et c’est là que Boris nous apprend que le profil de côte qu’on voit devant c’est la côte de l’ Honduras avec a l’est celle du Guatemala, but de la seconde mission.

On devait être à plus de quatre semaines depuis notre accident.

Gédéon et Rzasbol étaient tout excités, faut dire qu’un nouveau continent c’était du tout bon pour se casser.
On se prépara une évasion aux petits oignons, coffret noir en prime direction la jungle.

Problème fallait attendre qu’on accoste.

Un matin les gonzes nous ont refait le coup de la pièce bizarre et on s’est encapsulé de nouveau des photographies et des consignes.

Mission deux, l’aven de Machaquila, une grotte paumée dans la jungle du Guatemala.
Pour ceux qui savent pas la géographie un aven c’est un foutu trou rempli d’eau de rivière souterraine, on devait plonger au fond, faire la cartographie et remonter à la surface un truc bizarre et lourd.

On le sentait pas trop.

Après 1semaine de marche avec les taiseux du bord en pleine jungle on le sentait plus du tout.
Une fois sur le site y’avais des trucs

Gédéon qu’était costaud arrivait a porter son matos mais moi et Rzasbol on en a chié des pendules suisses, faut pas croire que trimballer des scaphandres de plongée c’est fastoche dans la jungle.

C’est la merde la jungle, on s’enfonce et on se fait piquer par des conneries qu’on voit pas.
Bref, on a fini par s’y pointer à Machaquila, et là les taiseux ont fait forts, z »ont étés encore plus taiseux en regardant partout.

Y’avais un truc que ‘l’on a reconnu sur les carnets de mission, un altar, ca s’appelle comme ça, hé oué mon gars t’en apprends quand tu voyages pis plus loin la grotte dans laquelle on devait entrer avec ce credouille d’équipement a traînasser.

Ca a foiré le truc, on est arrivé au trou vertical de la rivière, on a plongé, une fois loin des taiseux surveillants on a fait nos signes comme quoi fallait se casser par une sortie, on s’est mis d’accord, Gédéon plus gros est resté en arrière, moi au milieu de la cordée et Rzasbol qui ouvre le bal.

Gédéon a commencé à avoir un problème d’air en cognant la paroi, Rzasbol a trouvé une grotte, il a pris le plus gros conduit a portée et on s’est installé là dans la poche d’air pour faire un point.
Dedans la grotte, c’était une tombe avec des os recouverts de pierre, on s’est rempli les fouilles avec des bijoux et des blocs d’or, y’avait des émeraudes par centaines.

Hèèèè, rheemm (raclement de gorge)

Une putain d’urne avec des os dedans, Rzasbol a trouvé dans les renfoncements des étuis en pierre avec des dessins roulés dedans.
Dans les dessins on a vus comme des grosses armures de chevaliers on s’est dit ptet que c’est des espagnols mais Gédéon a dit que y’avait comme un moteur au dos que ca collait pas.
Gédéon pour le coup était pas si con, mais il aimait bien la méca, faut dire il a eu l’œil.

On a fait vite, on a décidé d’économiser l’air de la grotte en cas qui soit pas renouvelé par des fissures et Rzasbol le plus rusé devait repartir nous trouver une sortie de secours n’importe ou sauf de là d’où on venait.

On a attendu ptet des jours, l’air se renouvelait mais Rzasbol est pas revenu, Gédéon avait son scaphandre pété, moi trop faible pour plonger comme Rzasbol d’ailleurs, on crevait de faim.

Après ca part en couille de grondin, j’pense que Boris nous a fait chercher et qu’on nous a trouvés, c’était comme un long tunnel froid avec des visages qui parlent.
J’suis sorti d’un drôle de caisson bleu, pas mal en forme d’ailleurs.

J’étais dans un bunker de l’armée ca c’est sûr.
Y’avais posé sur une table tout le trésor que j’avais gapouillé dans la tombe et y’avait même un garage avec un scaphandre mais comme j’en avais pas vu encore, plus gros et mieux que ceux pour la grotte ou le coup des galions de Vigo.

J’ai eu du mal a cogiter comment que ca marchait mais j’ai réussi à ouvrir les volets du grand bureau, ha credouille, on était pas sous l’eau mais dans le désert.
La surprise quand les panneaux de fer se sont ouverts !

Ha yé j’ai soif, et y’ a pas de boutanche ici, j’attends que Boris se pointe, il a l’air d’être le patron ici mais a part le voir sur les grands écrans….

Sacré Rzasbol, je suis sûr qu’il a réussi a sortir avec son magot, je doute pas qu’il vienne nous chercher à Gédéon et moi, Rzasbol il est rusé, beaucoup moins con que Gédéon ca c’est sûr.

Hèèèè, rheemm (raclement de gorge) punaise ca devient un tic, faudra que je me surveille faudrait pas que finisse croulant en faisant héééé.

Comment qu’on arrête le magnétophone déjà, ici « Clok » (bruit d’interrupteur)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:48



- Momie mécanisée -
(Ecussonoir du Bouclier)
M. Adresse inconnue ex ethnologue pour La Firme a écrit:
Les Ecussonnoirs de l’Ordre du Bouclier sont une problématique ici, sur cette planète déjà elle-même complexe.

Personne n’a idée de la date précise de leur installation ni comme d’ailleurs le Bouclier Noir ni comme d'ailleurs nous...
Depuis le temps, les Grands Ordonnateurs se succèdent avec la même voix sans que nous, scientifiques ou Terraformers, ne puissions jamais les voir vraiment à part des émissaires.

Il y eut un Ecussonnoir en très mauvais état récupéré sur Mars voici quelques siècles dans ce qui s’appelle la zone Cydonia et, d’après les épreuves photographiques avec d’autres spécimens, une des rares certitudes reste que les momies enchâssées dans les structures à défaut d’être humaines sont au moins terrestres.

Toutes comportent des tatouages en langue primitive sans arborescence …… précolombiens.
Sans se lancer dans des détails épuisants et des bagarres d’experts élitistes, quelques bases de Nahuatl permettent de mieux comprendre.

La Firme et sa puissance n’est sûrement pas ce qu’elle est vraiment et l’obscurantisme reste souvent de mise dans ses démarches.

On peut observer que les momies à l’intérieur des structures sont brisées et préparées et que des lames en obsidienne agrémentent les bords des gantelets, ce qui les rend dangereux si une personne reçoit un coup porté de leur part.

Les Ecussonnoirs contiennent les momies de grands guerriers -c’est une de mes validations sur cette thèse- et ils ont été importés de la Terre pour être fabriqués ici.

C’est là que cela devient intéressant car bien que considérée momie pour nous, les cadavres étaient sûrement encore frais lors de la préparation et cette réflexion nous plonge dans de grands abîmes au niveau de notre propre arrogance intellectuelle.

Les Grands Anciens, ces fameux crânes aux mâchoires à pointes, la taille gigantesque et ces souterrains emplis de sépultures, la nécropole posent interrogation.

Les recoupements se tiennent et je suis certain que les «choses» qui dirigent ce projet de Terraformation n’appartiennent pas à notre «règne humain». Je ne peux actuellement positionner certaines choses par manque de vérifications «réelles» comme par exemple, le fait que l’on n’ait jamais vu un responsable mais que des sbires embauchés par La Firme.

Le fait qu’ils vivent dans Colossus ou dans une base enterrée protégée et inconnue ne rassure pas mais encore faut-il prouver ces deux théories.

J’ai eu, il y a quelques jours, un plan de fabrication d’un Scaphandre de niveau 20. Je l’ai eu à un prix faramineux ; cette nouvelle génération de Scaphandre intrigue par son design très particulier, il se rapproche des coiffes de guerre aztèques originelles mais avec la technologie actuelle étonnante de La Firme.

Je pars en exil dans le no man’s land à l’abri, bien malin celui qui me trouvera en dehors des tribus du désert profond !

Ces Scaphandres niveau 20 soulèvent des questions importantes: La Firme a-t-elle des plans ? Nous voit-elle comme des guerriers, les siens ? La Terraformation cache un effrayant secret et pourquoi nous habiller ainsi selon ces Dogmes incompréhensibles de la part de ces dirigeants invisibles mais omniscients ?

Une question encore plus inquiétante...pourquoi aucun de nous ne se souvient de l'arrivée ici sur Mars, juste notre carte d'embarquement dans la main ?

Une personne peut faire le relais en ZDV3 et vous faire parvenir une carte de localisation, elle vous mènera dans un secteur situé dans le no man’s land, vous y trouverez un rocher assez gros, ce rocher contient une puce permettant d’activer ma VOXCAM.



M. Adresse inconnue ex ethnologue pour La Firme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:49



- Mon vieil ami -
Citation :
Mon vieil ami,

La vie nous aura apporté une bien étrange destinée.
Le canal que tu m’as indiqué voici des années continue toujours de diffuser les musiques des grands maîtres.

Tu avais raison, il y a des vérités bien plus grandes que celles que les êtres humains peuvent fabriquer.
Sais tu que je t’écris ce mot en écoutant une oeuvre de Giacomo Puccini ? Etrangement le même passage que nous écoutions, lors de la guerre, lorsque nous étions tous deux dans cette cave profonde, sous Berlin.
"In quelle trine morbide" ...
Le haut-parleur fait entendre le morceau identique à celui du disque écouté dans la cave : quatre mesures de départ, répétées, comme si l'air joué provenait du disque de l'époque avec les mêmes grésillements et souffles originels.

Nous profitions du vacarme des chars allemands et des vibrations qu’ils engendraient avec leurs chenilles sur le sol pour mettre un air d’opéra.
Moi, le jeune professeur en biologie et toi, le prêtre passionné de technologie, terrés comme des rats fuyant le mal, un mal plus destructeur que n’importe quel fléau ou peste noire.

Tu avais réparé le pavillon, t’en souviens-tu ?
Avec le peu que nous avions dans cette cave, tu avais restauré le phonographe.
Tu as toujours été le plus doué mon ami, et avec une épingle de nourrice prise à la doublure de mon costume de ville, tu avais opéré un miracle. J'étais émerveillé d’entendre la musique passer par un élément de mon vêtement. Toi, tu souriais l’air las, peut-être est-ce la lumière de la chandelle qui te donnait cet air triste, mais moi, je pense que tu as toujours eu ce visage triste.

Notre nourriture était la musique, elle chassait la peur, Manon Lescaut je crois, tu te souviens ? C’était romantique.

Nous cherchions à rejoindre la Résistance, le bastion 402, de là a trouver une arche…
Tu aimais beaucoup Ludwig Van Beethoven, tu avais beaucoup appris de choses par passion pour son oeuvre.
Lorsque les chars cessaient de battre la mesure, nous retirions la clef mécanique du phonographe et l’on chuchotait dans le noir et le silence comme des enfants.

Tu voulais me montrer Vienne, moi je voulais te montrer des planètes, tu me répondais par l’essence divine et j’y opposai des êtres organiques probables et lointains.

Mon vieil ami, toi seul étais capable de pester contre la guerre franco- autrichienne alors que nous avions nous-mêmes un cataclysme au-dessus de nos têtes.

Je n’ai jamais réussi à m’intégrer ici, bien trop dépassé par tout ceci.
De là où tu te trouves, tu entends tout mon ami.

Je suis à l’hiver de ma vie tu sais, un hiver qui dure depuis des siècles je crois.
Le fauteuil que tu m’as construit voici 37 années marche toujours bien, tu as toujours été le plus doué des deux.
Je me tiens, comme à l’accoutumée, dans la salle des logistiques. J’aime la lumière des deux grandes baies et je sais que tu n’es pas loin de mon cœur et que tu veilles sur moi.

Mon cher Svante, je ne pense pas vivre encore bien longtemps. J’ai toujours été le plus fragile des deux.
Grâce à toi j’ai survécu et tu m’as porté de Berlin jusque dans les cieux.

Je pense que tu arriveras à guider un peuple et je suis infiniment fier d’être ton ami et frère de cœur.
Je t’aime mon ami et te dis adieu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Ven 15 Oct - 11:51



- Mon vieil ami -
(recommandation)
Svante a écrit:
Mon très cher vieil ami,
Voici ton nouveau fauteuil.
Même si tu ne peux plus marcher, c’est lui qui le jour venu te portera vers nous.

Veille à ce que le clavier situé sur le côté ne soit pas abîmé.
Tu devras entrer un code pour que ton fauteuil se mette en route.
Ne t’inquiètes pas, il sera guidé.
Au-dessous du siège, tu trouveras les réserves d’air qui te permettront de survivre dans le désert pendant ta traversée. Surtout vérifie les avant de partir : tu es si tête en l’air ! Et ne graisse pas les courroies !

Ton fauteuil roule lentement mais tu ne souffriras pas durant le voyage. J’espère l’avoir rendu aussi confortable que possible.
Ici, à Berlin, dans cet enfer équipollent, il est extrêment difficile de se procurer à l’extérieur des matériaux pour faire quelque chose de mieux. J'ai fait ce que j'ai pu avec les moyens du bord.
Te souviens-tu du phonographe de la cave ? Si oui, tu trouveras le bras du pavillon à ta gauche, c’est dorénavant le porte gobelet de ton fauteuil. J’espère que ceci te fera sourire mon ami.
Les roues peuvent passer les obstacles, les petites a l’avant sont indépendantes.
Durant ton voyage, après le désert, tu t’enfonceras dans des tunnels sombres, tu entendras des voix. Je te demande d’avoir confiance et de fermer les yeux : ton fauteuil saura trouver la voie.

En attendant le départ, tu pourras aller et venir sur ta zone durant mon absence, mais je préfere que tu restes à l’abri dans ton blockhaus.

Ecoute la boite magique et continue de prendre soin de toi.
Mon très Cher Vieil Ami,je te dis à très bientôt :

Svante
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Mar 19 Oct - 17:46



- Morgues -
Konig a écrit:
New data
*------*


Début de la journée, du moins de ce qui me semble être la journée.
Les néons de classe 4 viennent de s’allumer pour un nouveau cycle.
Survivre encore et toujours des questions.

J’ai réussi à alimenter en énergie ce pupitre de contrôle et je peux écrire mes pensées.
Cette action me paraît salutaire vu mon isolement.

Je me nomme Konig, de la section Melpomene.
J’ai perdu mon épouse lors de la charge contre l’entité abjecte des B.O.S.S et je me suis retrouvé soudé sur une stèle vers Cydonia.

J’étais en train de m’asphyxier lorsque dans les brumes de la douleur j’ai vu s’approcher un être de grande taille.
Il a fait sauter les soudures et m’a décroché de cette stèle de métal.
Son scaphandre était noir comme l'horreur.
C’est ma dernière sensation avant mon évanouissement que je croyais final.

Depuis je vis ici .. Seul.

Je me suis réveillé dans une morgue glacée.
Pris de tremblements et de spasmes violents j’ai réussi à faire coulisser le plateau d’inox et sortir du tombeau.
J’ai du perdre la raison un long moment mais lorsque mon cerveau s’est rétabli, j’avais chaud. j'ai lancé un regard circulaire : j'étais dans une pièce, une sorte de bureau.

Depuis je vis ici .. Seul.

C’est une structure labyrinthique mais sans portes de sortie vers la surface de Mars. Il y a des couloirs, des sas de jonction, des successions de pièces, des cuisines, des réfectoires. Des tunnels qui relient d’autres complexes apparemment identiques.
Il y a tout ce qu’il faut pour survivre sauf des dortoirs que je n'ai pas encore localisés, mais je suis sûr qu'il y a des pièges.

J’ai déniché un scaphandre haute pression. Il gène les mouvements mais je suis à l’abri des problèmes de pression ou de température.
Ici tout peut paraître normal, puis, l’instant d’après la température chute effroyablement puis remonte ou bien c’est l’oxygène qui disparaît.
Entre un froid mortel et une cloche à vide j’ai pris des mesures.
Je vis dans ce Scaphandre. Je ne le quitte plus et j’essaye de comprendre ce que je fais ici.
Mes compagnons, je vous espère vivants et si vous m’entendez, il y a ici un mal qui ronge cet endroit.

Le plus étrange voire morbide ce sont ces morgues immenses.
Des milliers et des milliers d’emplacements frigorifiques.

Il y a des hommes et des femmes nus ou en scaphandre tels quels posés là où bien rangés sur les plates-formes coulissantes.
Quand la température chute, les corps présents dans les morgues se congèlent.
Quand la température remonte, ils commencent à décongeler et une odeur insupportable se diffuse dans le complexe.

Il y a ici des Camdrones, dés que j’arrive à en activer une je le fais, ça m’occupe et ça peut servir.
Je répare si possible ce qui est cassé.
Cet endroit est pourtant abandonné depuis longtemps et malgré les filtres qui alimentent les brasseurs d’oxygène il y a une petite couche de poussière partout.

Dés que les lumières tremblotantes des néons classe 4 s’éteignent, une lumière indigo baigne le complexe.
Au début je continuais mes progressions avec la volonté fixe d’en faire un plan.

Seulement il y a les morgues.
Sous l’éclairage indigo, les yeux grands ouverts de certains cadavres ont des reflets étranges, pire certains suivent mes mouvements.
Cette situation a entamé mes ressources nerveuses, je ne progressais plus dans ma cartographie des lieux.

J’ai mis au point un plan de bataille : j’ai empilé sur un chariot médical toutes les bandes autocollantes de pansements compressifs que j’ai pu récolter.
Chaque cadavre avec les yeux ouverts avait droit à un bandeau, bien collé sur le visage.
Au bout d’une semaine j’y étais encore, ils sont trop nombreux : c’est utopique.
Au bout d’une semaine et quelques jours j’ai abandonné.
Je finissais par leur parler et leur donner des noms.

C’est pendant une nuit que le mal à failli me surprendre dans une morgue.
J’ai senti un énorme malaise déferler en moi, une terreur profonde.
Je me suis mis à paniquer et la seule issue possible à cet instant était de me mettre dans un casier de morgue ou de fuir. Mais vers quel autre danger ?
Je me suis énervé pour décoller le corps du plateau. Il était congelé et la peur me faisait faire des mouvements incontrôlés.
J’ai réussi à l'arracher de la plaque de métal mais sa peau y est restée en partie et je me suis engouffré dans le casier ; je me suis allongé avec le cadavre dessus. J'ai essayé de faire dépasser les pieds de la dépouille et de lever les miens vers le haut un peu en retrait : avec l'obscurité et de la chance….

J’ai forcé un moment pour maintenir les pieds vers le plafond du casier, puis mes jambes ont lâché : les bottes sont trop lourdes.
C’est sans respirer que j’ai senti le mal passer dans la salle, mon cœur figé dans une terreur ignoble.

J’étais toujours dans cette position lorsque l’éclairage classe 4 est revenu.
Je tremblais d’inquiétude comme si j’étais redevenu un enfant.

Ce fut le second plan de bataille.
Trouver un endroit sécurisé pour la nuit.


New data
*------*

C’est donc le local à incendie qui sert désormais d’habitation officielle pour les cycles indigo, du moins je suppose que cette pièce avec sa porte coupe feu sert à ça.
La porte est blindée, lourde et a un volant de fermeture intérieur.
J’ai emménagé un peu l’espace pour y vivre plusieurs jours au cas où...

Chaque jour je procède à la cartographie des lieux et lors des cycles indigo je m’enferme dans mon local anti-incendie et respire doucement pour ne pas me faire repérer.

Je commence à sentir moi aussi la viande putréfiée, je pense que je deviens imprégné de l’odeur qui règne ici.

Les explorations deviennent plus longues.
Ces errements m’inquiètent car je quitte l'abri au début du cycle et j'y suis de retour presque avant l’autre cycle.

Je vais devoir trouver un autre abri, le sécuriser et l’emménager.
Faire des relais, c’est ça la solution.

C’est le début du cycle des néons 4. Je vais essayer de relâcher un peu la pression et en profiter pour afficher le plan sur une Camdrone.

Ce sont des modèles Ocre. Je n’en avais jamais vu et ne vois pas la différence avec le modèle orbital 2.
Le pupitre de contrôle fonctionne bien et tout ce que j’écris sur l’écran se sauvegarde correctement dans une base de données.

Mon journal est dans un dossier « Dame » en souvenir de ma bien aimée.


New data
*------*

Début du nouveau cycle.

Il y a quelqu’un d’autre qui traîne ici : je ne suis plus seul, les papiers sur mon pupitre ont été touchés et le fauteuil déplacé.
Il manque mon stylo graphite trouvé dans une des salles, un superbe stylo avec un barre de décor chromée, épaisse et un bouton poussoir pour la mine en carbone.

Je m’y étais attaché, ça me contrarie et les autres stylos qui sont trouvables ici sont vieux, les encres sont figées depuis des années.
Mon stylo graphite permettait le tracé des plans dans une atmosphère sous vide ou par un froid extrême : j’ai relevé un –204 sur l’indicateur thermique de mon scaphandre lors d’une exploration.

Qui donc a besoin de ce stylo ? Est-ce pour faire un plan comme moi?
La paranoïa me guette et je ne sors plus que bardé de pistolets injecteurs de tranquillisants.
Ce n’est pas pour moi mais pour les planter dans ce qui pourrait me tomber dessus.
J’ai aussi des outils récupérés dans un bloc opératoire, de grands couteaux de découpe. Je suis armé comme un Toxodon.

Ca perturbe mon organisation pour ce cycle : sans le plan, impossible de jouer les aventuriers, cet endroit est un labyrinthe.
Il n’y a aucune logique dans la conception, personne ne peut y travailler sans se perdre ou bien un système de guidage m’échappe.

Les plafonds sont hauts, ils sont en béton avec des traverses blindées.
A chaque intersection des couloirs mortuaires il y a des écrans Voxterm.
Chaque écran de chaque allée affiche une image de la planète Terre. J’y reconnais des grandes capitales mêlées à des endroits inconnus.
Il y a des écrans cassés sur lesquels une neige parasite fait office d’image.

Le réfectoire ne contient que des armoires de rations conditionnées en sachets sous vide. Je ne trouve pas de sauce que je pourrais utiliser pour faire des repères à des endroits discrets.
Il n’y a pas de local avec des pots de peinture, ici tout est en métal et béton.
J’essaierai au prochain cycle les frigos des laboratoires, peut être qu’ils ont des poches de sang pour les transfusions, ça servira de colorant pour baliser un tracé discret.
J’ai pensé à gratter le béton pour faire des repères mais il faut ramasser les débris et ça se voit. Je me prends la tête et deviens très suspicieux.


New data
*------*


J’ai avancé dans les Camdrones, je fais des expériences.
Les séries Ocre ont un fonctionnement bizarre : dès que je les déplace trop loin, les voyants s’éteignent.
Je dois les reposer dans le périmètre où je les ai trouvées.

Si j’en mets deux face à face elles grésillent, on dirait qu’elles n’aiment pas se filmer.

Il y a des miroirs en matière plastique ici. Je vais en découper des morceaux et les orienter de telle manière que je puisse filmer des angles puisque je ne peux pas bouger les Camdrones.
Je vais fabriquer une sorte de périscope dans les couloirs avec un jeu de bouts de miroirs plastique.

Je vais faire ça puis aller m’isoler dans mon local pour réfléchir sur la chose qui m’a pris mon stylo.
Si c’est une personne elle ne se laissera pas piéger. Je préfère aussi éviter la rencontre sans savoir de quoi il retourne.


New data
*------*


Ceci est consigné quelques jours plus tard.

Je n’ai rien vu venir.

La chose est un homme.
Il m’a surpris dans le couloir allant vers le réfectoire que j’appelle A.
Il a surgi de derrière les canalisations avec un scaphandre haute pression en hurlant.

J’ai juste eu le temps d’apercevoir un reflet chromé sur son casque et j’ai pris un énorme coup dans la visière et le respirateur.
Je suis revenu à moi alors que le cycle indigo était en route et j’ai du me traîner encore sonné jusqu’à ma cachette.

Mon visage est commotionné, mon casque est véritablement abîmé.
Les tuyaux de respiration sont enfoncés et les boîtiers filtre sortis des logements.
La visière est fêlée, j’en aurai pour deux jours à réparer les dégâts.

J’ai trouvé enfoncé dans le respirateur, un morceau chromé de mon stylo graphite, irrécupérable lui aussi.

Ce Terraformer est un vrai danger pour moi.
Je vais rester caché quelques jours le temps de réparer et de me rétablir.


New data
*------*


J'arrive à activer de plus en plus de salles en réparant les boitiers électriques.
Les salles s'appellent "kiosque". Elles sont numérotées et je ne connais pas leur nombre mais grâce aux Camdrones j'ai pu en voir trois.
Dans un des kiosques se trouve un cadavre dont les os bien récurés augurent le signe du Mal.

A diverses reprises, j'ai vu dans les couloirs l'inconnu qui m'avait agressé.
Je l'observe depuis le Kiosque numéro 2 et je peux suivre un petit morceau de son parcours.
C'est un grand gaillard et après avoir observé attentivement son comportement pendant quelque temps, il ne me semble pas très futé.

Je le convertirai à l'Echiquier.

Une chose est sûre c'est qu'il est comme moi, perdu dans cet endroit.
J'ai mis la main sur une plaque de cuivre de grand format, elle deviendra le nouveau masque Melpomene et remplacera celui que l'on m'a volé.

Ce complexe avec son dédale d'installations reste un mystère entier.
C'est dans cet endroit que je dois affronter mon destin.
Il y a ici dans ce lieu une puissance et un savoir qui m'aideront à obtenir une vengeance digne de l'Echiquier.

"On s'adapte à son biotope"
J'ai entièrement refait mon scaphandre haute pression.
Je suis sûr maintenant de pouvoir affronter les pires problèmes dans cette armure.
J'ai aussi dérivé la vision sur un écran : les Battlesuits fonctionnent de cette façon d'après les dires.
C'est artisanal mais ça marche. Je peux changer les couleurs lors des phases indigo : une idée comme ça...

Cette armure devrait mieux résister à la brute qui tourne en rond dans les couloirs.
J'aurai du répondant cette fois.

Il y a un escalier qui s'enfonce encore plus profond, cette armure m'y emmènera et résistera aux pires horreurs atmosphériques.

Le Roi marche à nouveau.
La brute des couloirs sera une des nouvelles pièces.


New data
*------*

Aujourd'hui mes essais sont conséquents ! J'ai réveillé quelque chose.
La voix aborde différent sujets et le pupitre affiche le programme originel de La Firme.
C'est un logo avec des interfaces, je suis dans le Bunker soeur.
Il y a des secousses dans le bâtiment et les canalisations produisent un bruit sourd.


New data
*------*

hahaha claviéééés ordinacomput
tous diffeRENT 24 fois 24 postes sur 4 kiosssquezjffoi
hahahaje sais ecrire
la voix la voixlehautparleur
ma terre


New data
*------*


huhu a mooii


New data
*------*


Le Terraformer inconnu est enfin du côté de l’Echiquier.
Il me suit comme un animal et commence à avoir confiance en moi.

Devenir un familier et ne plus représenter pour lui une menace a pris beaucoup de temps.
Il aime tout ce qui est gros ou petit tant que ça fait du bruit et que ça brille.
C’est comme un enfant capricieux qui veut quelque chose et l’arracherait en utilisant la force d’une brute.
C’est toujours un peu la guerre car il veut mon exosquelette et il n’a aucune patience.
J’ai essayé de lui faire comprendre qu’ensemble nous en ferons un autre pour lui.

Le roi fut magnanime pour cette recrue de bon niveau.
Je me sens moins seul.

J’essaye de lui apprendre à parler et aussi à compter. Bien qu’il possède quelques bases, ce Terraformer inconnu n’utilise que peu de mots et a du mal avec les chiffres.

Lors des cycles sains nous nous mettons dans un réfectoire et, avec calme, je lui apprend à compter avec des rations déshydratées.
Il a une curieuse façon de compter en bloc.
On compte aussi avec des tubes, des capsules à poivre qu’il affectionne.

Ce réfectoire est bien pour nous deux.
Je l’éduque aussi sur l’alimentation.

Je l’installe à une table, lui met des couverts, indique les tubes à hydratation.
Une fois que tout est en place je lui récite la loi de l’Echiquier puis nous mangeons dans le silence.

Il m’est pour le moment impossible de lui faire une prise de sang, il m’assommerait ou nous passerions encore une heure en bagarre.
Se battre est de moins en moins courant mais j’arrive à avoir le dessus, enfin, ce qui lui montre qu’il ne doit plus me chercher querelle.
C’est en allant souvent me recoudre la peau dans les laboratoires cloisonnés que l’idée des tests sanguins m’est venue.

Pour le moment j’arrive à faire des essais salivaires, j’utilise la fourchette dont il s'est servie, faute de mieux.
Mon compagnon au nom inconnu a des boutons sur le visage et crache beaucoup, je pense qu’il est malade.
Je le suspecte d’avoir mangé des morceaux de cadavres.
Cette viande est impropre, elle se congèle et se décongèle à chaque dérèglement de l’atmosphère.
Certains corps ont des amputations, des blessures par balles, d’autres sont âgés et morts de vieillesse.
Beaucoup doivent être là pour une maladie ayant entrainé la mort.

J’ai remarqué lors de ma période bandage que des corps était mordus et que certains avaient des parties en moins. Ceci apparaissait comme récent.
C’est comme ça qu’il a dû survivre, en mangeant des cadavres.
Il doit avoir contracté des maladies.

Je vais l’appeler Laufer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Mar 19 Oct - 17:48



- Nuke syndical -
Murphy , assistant du professeur Gottfried Von Dobrshejewiser a écrit:
Ceci est un complément d’information généraliste sur la force nucléaire qu’utilisent les Boss de Syndicats.
Il y a eu peu d’évolution par rapport aux rivalités atomiques Terriennes de la tranche 1939-1966 concernant la forme ou la structure massive.

L'arme nucléaire est une arme de destruction massive mais surtout de dissuasion.
C’est l’énergie produite par la fission de noyaux atomiques dits « lourds ».

Il y a plusieurs sortes de types de bombes :
- La Bombe A (Uranium et Plutonium).
- La Bombe H (Fusion de noyaux légers , par exemple Hydrogène).
- La Bombe N (Rayonnement Neutrons).
- La Bombe Technologie B.O.S.S (à ce jour non comprise).

Les Bombes Syndicales sont en fait de Minis-Nukes de structure Bombe radiologique.
C’est une arme nucléaire tactique dite sale.
L’effet de Blast est similaire à un type de bombe atomique et l’effet thermique est très puissant.

La zone se contamine et le matériel grille sous les radiations.

Le Nuke part du dôme d’un Bunker de Commandement Syndical si le Boss est présent et possède assez de Charisme.

Les degrés d’irradiation s’étalent sur 15 jours et chaque Terraformer irradié peut aller fausser la jauge d’irradiation d’un Syndicat en s’y faisant embaucher.

Il contaminera ainsi les structures. Le danger est que une seule attaque par Nuke peut en valoir deux si des irradiés sont présents dans un Syndicat qui n’a pas subi d’attaque Nuke.

On parle beaucoup de Terraformers qui, par sacrifice pour la gloire de leur Syndicat, ont décidé d'être irradiés volontaires et se font embaucher sous forme de "taupe".

Il faudrait voir au niveau politique et industriel comment faire modifier le règlement interne mais les Syndicats n’aiment pas que l’on touche à leurs structures et font un peu obstruction.

La Firme peut intervenir pour une décontamination du personnel et des structures si le niveau radioactif d’une Zone est trop élevé .

Les radiations affectent le matériel , les bâtiments et les organismes et sont d’une nuisance telle que des niveaux d’évolution peuvent être perdus. Le matériel endommagé repasse à son niveau technologique antérieur.

J’avais proposé un moratoire sur un Nuke général planétaire pour élever la température mais le professeur doit me faire de l’ombre : j’en suis sûr, il est jaloux de mes idées!

Murphy , assistant du professeur Gottfried Von Dobrshejewiser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Mar 19 Oct - 17:50




- Petit ossuaire -
(Ossuarium)

Citation :
Lors de leur exploration et grâce au travail de repérage par positionnement satellite de La Firme (Colossus), les Rovers peuvent trouver des objets et les ramener.

C’est le cas des restes humains.

Les tempêtes couvrent ou découvrent des tombes et malmènent souvent les cadavres des Terraformers morts sur le lieu de leur travail.
La poussière martienne abrase tout, continuellement, inexorablement.
Les scaphandres sont polis, puis usés, puis ajourés jusqu’à la trame, et enfin se délitent par petits fragments. Certains alliages sont plus solides et résistent longtemps au ponçage naturel.

Le propriétaire du Rover qui en fait la découverte peut décider de revendre les restes humains à La Firme.
Cette dernière s’occupe des analyses ADN pour transmettre les informations à la famille de la ou du disparu(e).

Il arrive que certains Terraformers décident de conserver les restes humains.
Cet acte morbide n’appartient qu’à leur libre arbitre.

Souvent, au début, ils commencent par garder un crâne. Si ce dernier est poli par les éléments, il représente une source de questionnement : certains le trouvent décoratif et il prend place dans le Bunker logistique.
Mais parfois certains crânes sont encore des têtes intactes, congelées, récemment mises au jour par une tempête et la température intérieure dans un Bunker accélère la fonte et la putréfaction des chairs.

Si le Terraformer ne veut pas vivre dans une épouvantable odeur de charnier et dans un bain de bactéries, il doit entreposer les ossements dehors.

Au fil du temps s'édifie un petit ossuaire et, en général, le Terraformer construit une cuvette pour éviter l’abrasion. Selon le cas, il entasse ou range méticuleusement les ossements.
Les températures négatives souvent extrêmes de Mars préservent les restes humains.

Il existe plusieurs dangers à cette attitude :

- La Firme rappelle que le trafic de reliques et de restes humains est proscrit.

- Un charnier est source de contamination bactériologique et soulève des questions d'éthique.

- Les Terraformers morts et ramenés entiers ou par morceaux ont tous quelque chose de différent (un implant électronique, des tatouages, des objets rituels greffés). Il s’avère que, sur Mars, des phénomènes ésotériques mal connus peuvent entraîner de curieuses ou mortelles transformations.

- Les Terraformers « suceurs de moelle » se livrent parfois des guerres pour augmenter la taille de leur ossuaire ce qui pose de sérieux problèmes.

Beaucoup de Terraformers repérés en possession d’un ossuaire expliquent qu’ils entendent des gémissements ou des bruits sourds qui ont l’air d'être portés par le vent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Mar 19 Oct - 17:51



- Plate-forme géante -
(Big Quake)

Citation :
La plateforme de forage en grande profondeur, surnommée Big Quake, fut l'une des premières mises en place par La Firme sur Mars pour le programme TEM.

«Big Quake» car sa mise en route, sa taille et les trépidations engendrées par son fonctionnement, affolent les détecteurs d’activité sismique.

Elle peut accueillir 400 Terraformers pour une capacité totale et optimale de fonctionnement.
C'est une sorte de mini ville avec son bloc opératoire, sa cantine et même une salle de cinéma (bien que cette dernière soit infernale pour regarder un film au calme.)

Le travail sur Big Quake est de mémoire de Terraformer, cauchemardesque : fuites radioactives, saturation gazeuse et poussiéreuse, sans compter un substrat martien profond et non étudié pouvant être facteur à risque. Les trépidations et le niveau sonore élevé sont épouvantables à supporter.

Big Quake possède un puits de forage (Drill – A) vertical qui peut être automatisé et suivi par un foreur spécialiste. Ce dernier prend place dans la cabine de commande, sorte de grande salle équipée d' un fauteuil de surveillance maintenu en suspension par harnais. Tout se passe par écrans vidéo et par joysticks.
(Note des Archives : Mictana a travaillé à la restauration de la cabine du puits de forage principal, durant une courte période).

L’alimentation énergétique nucléaire est fournie par quatre Kréators démontés et modifiés.
Ces quatre véhicules sont situés sous Big Quake et permettent de faire rouler la station géante.

Le poids de Big Quake en pleine charge fonctionnelle est de 253.000 tonnes.
La charge des outils et machineries annexes peut se greffer sur des modules d’extension pour une charge de 27.000 tonnes. Sa vitesse de déplacement par chenille est de 220 mètres par heure (démultiplication par secteur de ponts).

Big Quake a récemment été utilisée après plus de 100 ans d’inactivité. Un forage à grande profondeur a eu lieu dans l’urgence et en pleine guerre.

Suite à la mission, Big Quake a accusé le souffle d’éjection et la chaleur d’un flux nucléaire violent et les structures ont fondu partiellement sous l’effet de blast.

La station est inutilisable, la zone dangereuse.
Sous la structure, les quatre Kréators endommagés sont instables.
Le flanc gauche des chenilles porteuses a sauté, ce qui rend impossible la migration de la station géante pour un démantèlement.

Anghorr Ahrtka du recoupement pour les archives.

Un fait nouveau complète ce dossier.

Il apparaît qu’un certain Deimos, un Terraformer faisant partie des enfants de Mars mais non pupille de La Firme, se serait mis en tête de réhabiliter «Big Quake», en créant un groupuscule dénommé la Caste des Casseurs.

Assez charismatique, il parle bien et de ce fait, arrive à trouver des gens pour adhérer à ses idées. Il semble illuminé, habité presque…

Leur but «forer Mars jusqu’au cœur» apparaît étrange, mais n’est pas Foreur Elite qui veut.

A l’aide de tôles, de morceaux de bunkers, de gravats, ils ont entamé l'édification d'un chantier géant autour de Big Quake. L’accès commence à se fermer et des contrôles émanant de leur organisation ont l’air de se mettre en place.
le responsable de la Caste des Casseurs délivre un pass sur lequel figure un crâne en métal moulé dans la puce codée.

Ils récupèrent au marché noir tous les métaux pouvant être recyclés et le moindre écrou est traqué.
L’atmosphère là-bas est étrange : on pourrait se croire dans une casse géante assez sinistre : il y a de la poussière, les projecteurs diffusent des halos à travers l’opacité atmosphérique et pas mal de restes humains congelés sont encore collés sur certaines structures de Big Quake, depuis la mise à mort de Grave Digger.

Nous allons les laisser faire pour les raisons suivantes :

- Les hommes sont occupés à quelque chose et nous avons constaté qu'il y a ainsi moins de problèmes dans La Firme. Beaucoup sont de gros durs assez burinés par Mars.

- Plus ils s’occupent l’esprit et se dépensent physiquement, moins ils passent le temps à se bagarrer.

- En construisant une enceinte autour du site, ils évitent aux nouvelles recrues de se blesser gravement dans les débris épars.

- S'ils arrivent à décontaminer la zone eux-mêmes, c’est autant de temps et d’argent gagnés pour La Firme.

- Nous devons leur laisser l'espoir de mener à bien la mission qu'ils se sont créée bien que Big Qake soit une ruine de centaines de milliers de tonnes radioactives carbonisées.

- Nous les laisserons croire aussi aux légendes urbaines qui racontent que Big Quake est hanté ...

«La Caste des Foreurs», groupuscule à surveiller.

B.Slavomir (dossier vert - accréditation basique)

Nouvelle entrée :

Complément informatif suite aux mouvements Syndicaux nocturnes de la nuit du 5 au 6 Avril système Sol.

La station Big Quake a subi de grosses attaques assez diverses.
je note ici, rapidement, quelques faits vérifiés :

- raids aériens, Nukes. Les bagarres entre les commandos de la Caste et les Adeptes ont mis à mal la superstructure
Big Quake.
- avec ses 4 Kréators porteurs déjà abîmés lors de l’explosion Grave Digger, Big Qake a entamé son chant du cygne.
- Le Froid Martien avec son atmosphère fera baisser tôt ou tard le brasier radioactif. il n’en reste pas moins que cet amas de ferraille radioactif est plus dangereux qu’autrefois.

Je me demande si une donation de La Firme envers la Caste des Foreurs pourrait être une alternative permettant de se débarrasser sans frais de ce monstre métallique.
Nous pourrions élaborer une sorte d’accord de démantèlement. Ils pourraient vendre les parties valables décontaminées.

A noter un autre fait marquant :
- Le Syndicat Cronos dont la violence aveugle de son Boss commence à provoquer des remous Syndicaux, fait partie de l’intrigue politique. Son implication dans la destruction de Big Quake est sûre mais le but m’échappe.

A surveiller également le Terraformer Wiweb qui s’est déjà illustré par la destruction du Marteleur ce qui pose à La Firme de gros problèmes et tractations avec le Grand Ordonnateur de l’Ordre du Bouclier.

A surveiller également la réaction de Deimos.

A rajouter : nouvelle apparition des Grands Spectres dans la zone Big Quake, à envoyer au recoupement pour le dossier Soochow.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Mar 19 Oct - 17:53



- Possédé des Grands Anciens -
(Cadavre animé)
Gottfried Von Dobrshejewiser a écrit:
Gottfried Von Dobrshejewiser s'adresse aux terraformers-artisans qui assistent à ses cours. Il parle dans sa langue natale et ses explications nécessitent la traduction simultanée. Il met donc en route le Vox-Paraphraseur. La petite voix synthétique douce mais grave, prend le relais et traduit :


"Il est Frément amusante de fapriquer des kadafres (mise en route du Vox-paraphraseur) :

Il est vraiment amusant de fabriquer des cadavres doués d’un semblant de vie, en quelque sorte des pantins animés.
J’ai un vieux souvenir de krenouill (grésillement du Vox-paraphraseur : terme inconnu) qui morte, bougeait encore ses pattes grâce au courant électrique.

Le schématique que j’ai écrit permet de jouer à Dieu et de faire lever un mort.
L’expérience est facile et le plan prévoit des morceaux et objets de remplacement si l’on n’a pas de corps frais sous la main.

Bien que la quête du Cube Karmique reste une chose conceptuelle et « inaccessible » pour les petites gens non dévouées aux approches scientifiques et qui sèchent mes cours… , l’âme humaine n’est rien d'autre que du courant électrique, c’est à dire pas grand chose, du moins peu important.

Je balaierai d’un revers de main méprisant les bien-pensants et leur morale sur les corps des morts et qui freinent les avancées.
Ce ne sont plus que des objets inanimés au même titre que le balai de mon laboratoire.

Un circuit électronique permet de coordonner les mouvements, la démarche de votre cadavre sera amusante, un peu comme celle d'une personne ivre. L’avantage c’est qu’en faisant des essais, il ne se blessera pas en tombant.

Il pourra parfois émettre des sons, des rots ou des pets selon que vous ayez conservé les intestins ou le larynx mais rien de plus.
Si vous êtes gênés, enlevez aussi les organes génitaux : vous gagnerez en légèreté pour toute la visserie.

Doublez la difficulté de l’expérience en conservant son cerveau que vous devrez réhydrater. L’énergie électrique donne des gestes différents mais ne voyez pas là, l’âme humaine. Ce sont des gestes chaotiques rien d’autre.
Les yeux sont blancs et bougent, vous pouvez les enlever ou les peindre. Pourquoi pas ?

N’oubliez jamais que chaque expérience se fait avec du matériel de bonne qualité : votre cadavre résistera plus longtemps au climat hostile martien.
Difficile d’éviter l’odeur puante de la chair nécrosée mais à l’extérieur ça ne pose pas de problème.

C’est une expérience facile à faire et qui amusera vos amis, vous aurez un domestique pour peu cher en fait.

Par contre les Golgothas du Syndicat B.O.S.S sont plus compliqués. Je pense avoir une hypothèse mais ils n’aiment pas trop que l’on s’approche de leur zone.

On abordera plus tard une théorie sur les momies mécanisées qui sont plus une arme de guerre qu’un pantin animé amusant.
D’ailleurs la Firme est très discrète sur ce sujet et je trouve regrettable qu’elle ne communique pas un superbe échange de savoir-faire.
Le fait est là : nous reproduisons avec peine ce qui semble assimilé ou ancien pour Elle et c’est pour moi un défi assez vexant.


Gottfried Von Dobrshejewiser
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Mar 19 Oct - 17:55



- Radeau de fortune -

Citation :
Foutu îlot de merde, foutue mer et fichu Scaphandre qui me lâche.
Je vais crever dedans.

Toi qui lis ce message, sache que tu as bien fait de ne pas jeter cette membrane de scaphandre, que tu as bien agi en dévissant le couvercle pour chercher quelque chose à récupérer.
Je n’ai aucune idée de la façon dont le cylindre de métal s'est retrouvé entre tes mains. Peut être s'est-il échoué sur une des berges, sans doute a t-il été récupéré et amené à la surface par ces dégénérés qui ne comprennent rien a rien que par la violence.

Voilà ! Tu as cette lettre, mon histoire et tu vas assumer parce que tu me le dois !
Je suis de la troisième génération, et cette entreprise est une folie incroyable. Je n’avais jamais vu autant de machines. Tu sais quoi ? Ils creusent des galeries pour faire un gros calculateur, un MMEMO pour nous aider, ça t’épate hein ? J’ai un pote qui y travaille, comme moi, troisième génération, une famille de foreurs.

Info gratuite, rien que pour toi : tu pourras briller au Bar avec cette nouvelle et tu feras jaser ! Va pas dans l’arrière-salle, elle est toujours en construction et des gaines sont pas étanches, va pas cramer ma chance de me faire ma tombe, tu cherches d’abord ma dépouille et après tu feras le beau au Bar.

Demain, avant que l’asphyxie ne commence, j’arracherai mon tube à membrane du pectoral, roulerai avec précision ce feuillet pour l’introduire dans le cylindre puis je visserai fortement le capuchon à valve.

Puis je lancerai ce message à la mer, le regarderai flotter.

Ensuite, je vais m’asseoir et affronter la mort par asphyxie car sans cylindre, le Scaphandre n'octroie que 5 minutes de survie.
Cinq minutes - mais n'est ce pas trop pour agoniser - pour arracher, rouler, visser jeter et me préparer à mourir.

Et oui gros têtard ! Il y a bien une mer intérieure, une mer de caverne, le cœur de Mars est encore chaud.
Je vais même te dire sa taille à cette mer, dans les 180 kilomètres, distillant une sale atmosphère qui bouffe les joints de ton Scaphandre.

Tu trouveras mon îlot et mon cadavre. Je te demande de venir me chercher et de me faire une sépulture. Ne me mets pas à Kipini 1 ni a la Caste du Pilon, c’est des cons qui sont pas foutus de calculer une courbe, mets-moi devant l’entrée de la caverne. Ma caverne, la mienne.
Tu vas écrire en gros mon nom sur du beau métal.

Ce métal, tu le prendras sur MON radeau. Je l’ai hissé sur l’îlot.
8 Bidons pour flotter, une cahute en cas de bizarrerie et pour stocker toutes les recharges d’air que je traîne sur un brancard.
Tu verras il est pas mal mon radeau, il m’a porté jusqu’ici.

Je suis serein tu vois parce que j’ai tout compris ! Je sais où se trouve le Pyrophore de Svante.
Attention, je t’ai pas dit qu’il était là, en dessous, c’est pas du tout là en dessous, c'est ailleurs.
Dis-toi que quand toi aussi tu auras fait ton radeau et que tu viendras chercher mes restes, une partie de cette eau part dans la Forge, c’est ça le secret de la Forge.

La Terraformation par principe souterrain, le magma du cœur, La Forge, le 37 !
Et tu sais quoi ? J’ai plus de feuillet membrane pour parler encore un peu : creuse-moi ma tombe, tu verras mon nom sur mon scaphandre. Pas la peine d’alerter ces tarés de l’échiquier surtout que les kiosques ne répondent plus depuis un long moment.

P.S.
Hé ! tu vends pas mon crâne et ma plaque ! On a un deal toi et moi !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Mar 19 Oct - 17:59



- Servante -
(Atelier mobile motorisé)
R.O- Annexe Syndicale sud a écrit:
La servante ou atelier mobile est une unité métallique comportant une motorisation et des grosses roues capables d’arpenter la surface martienne sur une très courte distance.

- Le support établi déplié peut supporter une charge de 850 kg.
- 24 tiroirs dont 4 sous contrôle de pression barométrique.
- Glissières antigel par roulement à bille en carbone.
- Diverses poignées de manutention.
- La charge maximale de roulement pour la servante est de 1000 kg et son rayon d’action est de 1900 mètres.

Cette servante contient tout le matériel nécessaire pour ériger une petite structure si la matière première requise est entreposée sur le site de construction.

Voici la liste non exhaustive de ce que contient l’atelier mobile.

- 7 pinces dites ergotorques
- Jeu de douilles de 34 pièces en métachrome contrôlé.
- Jeu de clés de type mixte 20 pièces.
- 14 tournevis avec poignée de préhension adaptable gantelets.
- 3 cliquets en métachrome avec jauge de pression à loupe pour confort visuel.
- 1 tablier de protection magnétique clipsable au heaume du scaphandre.
- 1 enrouleur pneumatique de 5 mètres.
- 1 échelle télescopique de 3 mètres avec harpons grips.
- 14 clés à pipes métachrome.
- 1 pince étau
- 1 pince multiprises avec axe de force.
- 2 marteaux
- 2 pinces circlips
- 1 enclume light surface plane avec déversoir.
- 1 compresseur intégré servante coaxial tubulaire 4 L
- 1 bac de récupération 5 L
- 1 entonnoir.
- 1 petit cric de levage 400 Kg
- 1 chasse goupille.
- 1 ciseau universel.
- 1 brosse type métallique.
- 1 clé à choc sur batterie ronde – 120° 1600 impacts minute.
- 1 baladeuse fluorescente.
- 1 perceuse
- 1 visseuse
- 1 fer à souder des éléments electroniques
- 1 pompe à étain
- 1 scie métal et béton.
- 4 limes
- 1 poste à souder incorporé type Mig (soudure fer, aluminium, inox et acier)

A noter :
Aucune boîte de premier secours n'est livrée avec.
Mieux vaut emporter le nécessaire sur le site.
Les essais sont satisfaisants (en dehors du compresseur trop limité à mon goût)

R.O- Annexe Syndicale sud.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   Mar 19 Oct - 18:00



- Souther -
(Le Procureur)

Citation :
Souther était à une certaine époque un solide foreur et c’était mon ami.
Solide pour être classé parmi les plus gros gabarits recensés par La Firme et j’étais fier de lui.

Agréable et dévoué avec ses frères et sœurs de métal, il ne rechignait jamais à apporter une aide quelconque ou servir de cric pour changer une pièce cassée.

Le fait que Souther soit peu instruit ne le rabaissait jamais pour autant. Il était très respecté.
Comme il aidait les autres, les autres l’aidaient aussi comme par exemple pour lire un plan de chantier.

Ce géant de 2m17 suffisait par sa seule présence à calmer la moindre bagarre et désarmait ainsi toute l'agressivité des gens mauvais.

Un jour Souther fut porté disparu quelques temps, une semaine, puis deux, puis quelques mois jusqu'à sa réapparition.

A partir de là, plus rien ne fut comme avant !

Il portait une grosse cuirasse bizarre avec un crâne et il sentait mauvais.
D’ailleurs il parlait comme jamais il ne le fit, c’est-à- dire qu’avant on rigolait bien en parlant de choses simples avec un vocabulaire simple.

Tout a changé, à présent Souther mitraille les mots comme une Gatling et il s’attaque aux Terraformers.
Pour un rien il hurle et tape du poing et fait un procès et alors … malheur pour sa victime.

Il s’est imposé depuis quelques semaines et j’ai peur que son retour ne fasse trop de bruit.
La Firme n’aime pas trop les gens qui ne travaillent pas selon leur contrat. Elle lui a coupé son arrivée d’oxygène mais ça n’a pas l’air de le déranger. En allant pour lui donner un coup de main, j’ai vu du monde près de son Bunker, des sortes de fidèles qu’il a récolté je ne sais où.

Ce sont eux qui l’aident. D’ailleurs je n’aime pas leurs Scaphandres, on dirait que ce sont de vieux scaphandres comme on n’en fait plus.

Le pire de tout, c’est qu’il se dit investi d’une mission et que la loi c’est lui, mais le problème c’est que Souther n’était pas très cultivé à la base et je trouve que les jugements qu’il assène avec violence ici et là sont dénués d'objectivité.

En fait, il suffit de faire une chose qu’il n’aime pas et il vous fait un procès lui-même, tout seul.
Je sais pas ce qui s’est passé, la seule chose c’est que beaucoup ici à cause de la pression et du manque d’oxygène sont devenus fous.

C’était mon ami et je ferai tout pour l’aider.
Son Karma était bleu et l’est sûrement encore mais il s’enfonce.

Boris ! Si toi ou tes sbires décryptez ce message allez vous faire f*(illisible)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guide Rp pour votre personnage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Guide Rp pour votre personnage
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quel est votre personnage préféré et pourquoi?
» GTO : votre personnage préféré ???
» Fumer est dangereux pour votre santé >>>
» Martine, Accro 46, MERCI pour votre générosité
» Votre personnage préféré !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dédale de la Biblis Patera :: Loge des Biblis :: Forum de Métal-
Sauter vers: